Luca – Franck Thilliez

Synopsis: 

Partout, il y a la terreur. Celle d’une jeune femme dans une chambre d’hôtel sordide, ventre loué à prix d’or pour couple en mal d’enfant, et qui s’évapore comme elle était arrivée.
Partout, il y a la terreur. Celle d’un corps mutilé qui gît au fond d’une fosse creusée dans la forêt.
Partout, il y a la terreur. Celle d’un homme qui connaît le jour et l’heure de sa mort.

Et puis il y a une lettre, comme un manifeste, et qui annonce le pire. S’engage alors, pour l’équipe du commandant Sharko, une sinistre course contre la montre. C’était écrit : l’enfer ne fait que commencer.

image9 bis

Mon avis: 

Dernier titre en date d’un de mes auteurs fétiches, il était impensable que je passe à côté de Luca, tour du monde ou pas. Car oui, Luca est l’avant-dernier livre lu pendant le voyage (je suis clairement en retard dans mes chroniques), et comme d’habitude, c’est une très bonne pioche avec Thiliez, même si je ne suis pas transcendée (comme semblent l’être beaucoup de lecteurs).

 Luca, c’est une nouvelle enquête de Sharko et Hennebelle, dans laquelle ils vont devoir faire face (avec leur équipe) à une affaire complexe. D’un côté, un cadavre est retrouvé en forêt près de Paris; de l’autre, ils reçoivent un courrier inquiétant, délivré par un messager qui meurt sous leurs yeux, alors qu’un contre-la-montre s’engage pour sauver deux personnes disparues. On a aussi la recherche d’une femme disparue, ayant « vendu » son bébé à un couple essayant désespérément de faire un enfant…

Les thèmes brassés dans le roman sont nombreux, mais ressemblent à une forme de réquisitoire anti-réseaux sociaux et technologies ultra-modernes – en tout cas, anti-dérives. Les GAFAs (Google, Amazon, Facebook et Apple) sont clairement dans le viseur de l’auteur, de même que certaines pratiques médicales à la limite-limite de l’éthique, le fait d’être hyper-connecté en permanence, le big data… bref, des problématiques très actuelles et qui, une fois mises bout à bout dans le livre, font froid dans le dos. On se demande bien comment va tourner l’humanité…

Les personnages sont un poil en retrait par rapport à d’autres livres qu’a pu écrire Thilliez; Nicolas Bellanger est pas mal mis en avant, de même que la nouvelle recrue de l’équipe, Aubra. Sharko et Hennebelle sont donc moins au centre des évènements; mais c’est vraiment l’enquête qui prime ici, le contre-la-montre et l’enchaînement des découvertes.

Comme d’habitude, c’est hyper bien écrit, l’intrigue est très maîtrisée, le timing des rebondissements et autres coups de théâtre bien pensé, on sent que l’auteur n’en est pas à son coup d’essai et maîtrise son histoire de bout en bout. Je n’ai pas eu de coup de coeur car les thèmes abordés m’ont un poil moins parlé que les intrigues plus médicales que Thilliez peut écrire (même si ça reste très intéressant et qu’il y a tout de même une dimension scientifique et médicale), et puis aussi parce que les chiens ont une place assez importante dans le roman (et je ne suis pas à l’aise avec ces animaux…).

En tout cas, si vous appréciez l’auteur habituellement, je ne vois pas ce que vous pourriez trouver à redire à Luca 🙂

En résumé:

6 réflexions au sujet de « Luca – Franck Thilliez »

  1. Ping : La dernière chasse – Jean-Christophe Grangé | Les chroniques de Totoro

  2. Eh bien… Justement.
    J’adore Franck Thilliez, et c’est pour ça que j’ai trouvé à redire sur ce roman. Ma plus grosse critique est que, pour moi, tout cela sent le déjà-vu, et qu’un petit renouvellement dans les intrigues (celles avec Sharko et Hennebelle notamment) ne feraient pas de mal.

Répondre à Le Chat du Cheshire Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *