La dernière chasse – Jean-Christophe Grangé

Synopsis: 

Le cadavre d’un chasseur est retrouvé en forêt, horriblement mutilé : la cage thoracique est ouverte, les organes vitaux arrachés, le corps porte des traces de morsures multiples. Accentuant encore le caractère macabre de la scène, les assassins ont placé un brin de chêne, trempé dans le propre sang de la victime, entre les dents. Le défunt n’est pas n’importe qui. Il s’agit du jeune héritier d’une des plus grandes fortunes européennes. Yvana et Niemans pénètrent le cercle intime de la victime, les von Geyersberg, représentée et dominée par sa soeur, Laura…

image9 bis

Mon avis: 

Comme Thilliez, Grangé est l’un des auteurs dont je lis les derniers titres dès leur sortie. La dernière chasse est le dernier roman que j’ai lu au Mexique, ma dernière lecture du tour du monde (terminée dans l’avion du retour), il a donc une saveur un peu particulière – dommage que j’ai été déçue. Car oui, je l’ai trouvé nettement moins bon que d’autres romans de l’auteur. 

Dans La dernière chasse, nous sommes plongés au coeur d’un duo d’enquêteur, un vieux de la vieille (Niémans, le même enquêteur que dans Les rivières pourpres, même si ce n’est pas une suite à proprement parler, il peut se lire indépendamment) et une jeune flic douée, Ivana. Tous les deux sont mandatés pour aller éclaircir le décès d’un héritier d’une riche famille allemande en pleine Forêt Noire.

Concernant la plume de Grangé, il faut bien avouer qu’elle reste excellente, fine, très prenante et efficace. J’ai toujours trouvé que c’est un des écrivains qui écrivait le mieux, et ça ne change pas ici, malgré ma déception sur le reste. Du coup, je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé le livre, car même si je suis déçue, il se lit tout seul et reste d’une grande qualité à ce niveau-là.

Globalement, plusieurs points m’ont chagrinée ou dérangée: d’abord, le fait que le roman soit •trop• court (même si là, je chipote). Ensuite, le personnage de Niémans ne m’a pas plu (je n’ai pas grand souvenir des Rivières pourpres, que j’ai lu à l’adolescence, mais dans La dernière chasse, je l’ai trouvé un peu ridicule, en mode vieux beau qui refuse d’accepter son âge, condescendant, bref, il m’a agacée).

Il y a aussi le fait que l’intrigue m’a paru trop fermée, trop cloisonnée, l’univers est très restreint (on ne quitte pas la forêt de tout le livre, il n’est question que de chasse), j’ai trouvé que ça manquait d’enjeux, que l’auteur n’était pas allé assez loin, qu’il s’était cantonné à une « petite » enquête assez simple au lieu de nous offrir une intrigue plus complexe.

J’ai aussi regretté le côté très « facile » ou cliché de certains aspects du roman; par exemple, les personnages principaux sont des enquêteurs français en Allemagne, et bien entendu, tous les allemands qu’ils croisent parlent un français parfait. Ca m’a paru un peu gros. (Même le personnage de Niémans le relève à un moment donné…). Il y a aussi le fait que nous sommes en Allemagne, et bien entendu, il va être question de nazisme… C’est tout de même très cliché. Globalement, je trouvais que l’intrigue était réchauffée, déjà-vue et manquait d’originalité (la fin avec la chasse à l’homme… voilà). Je n’ai pas été surprise pendant ma lecture, et je l’ai regretté. Enfin, je l’ai déjà mentionné dans ma chronique de Luca (et ça m’a fait un drôle d’effet d’enchaîner deux romans contenant ce point), je ne suis pas à l’aise avec les chiens (#teamchat), et dans La dernière chasse, ils occupent une place importante de l’intrigue, mais côté mauvais-rôle. Bien entendu, dans une enquête sur la chasse, c’est normal qu’il soit question de chiens, n’empêche que ça génère chez moi une forme de malaise diffus qui me gêne et m’empêche d’apprécier pleinement le roman.

Bref, vous l’aurez compris, La dernière chasse est probablement l’un des romans de l’auteur que j’ai le moins aimé, même si son style reste excellent. J’espère que le prochain me plaira d’avantage ^^

En résumé:

2 réflexions au sujet de « La dernière chasse – Jean-Christophe Grangé »

  1. Les rivières pourpres est un de mes gros coup de cœur de Grangé, alors j’étais curieuse de lire celui-ci. Même si j’ai bien aimé, je ne pense pas que ce soit un qui me restera le plus en mémoire. Et j’aurais préférée que Niémans reste mort, et qu’on revoit plutôt Abdouf !

Répondre à Le Chat du Cheshire Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *