Les âges sombres – Karen Maitland

Synopsis: 

1321. Les habitants d’Ulewic, une petite cité isolée de l’est de l’Angleterre, sont sous le joug de leur seigneur et de l’Église, celle-ci ayant supplanté, depuis quelques années, le paganisme qui régnait dans la région. Non loin du village s’est installée une petite communauté chrétienne de femmes, des béguines originaires de Belgique. Sous l’autorité de sœur Martha, elles ont jusqu’alors été assez bien tolérées. Mais les choses commencent à changer. Le pays connaît en effet des saisons de plus en plus rigoureuses, les récoltes sont gâchées, les troupeaux dévastés et le besoin d’un bouc émissaire se fait sentir. Neuf hommes du village, dont on ignore l’identité, vont profiter de la tension qui commence à monter pour restaurer un ordre ancien et obscur. Renouant avec de terribles rites païens, usant de la terreur, du meurtre et de la superstition, ils vont s’en prendre aux béguines, qui devront les démasquer et élucider les secrets du village avant que la région ne soit mise à feu et à sang.

image9 bis

Mon avis: 

Roman historique assez noir, pouvant presque s’apparenter à un thriller, nous sommes plongés au coeur du XIVème siècle anglais dans Les âges sombres.

Dans une ville de province, un groupe de béguines originaires de Bruges s’est installé pour développer un des premiers béguinages anglais. Leur communauté, exclusivement composée de femmes, est très mal vue par la population et par le curé du village, tandis qu’un groupe d’extrêmistes, les « Maîtres Huants », tentent de ré-imposer un ancien culte en terrorisant la ville.

Il s’agit d’un roman choral, puisque nous suivons alternativement différents personnages: le curé, la chef des béguines, l’une des béguines, une petite fille du village, ou encore une jeune fille qui trouve refuge au béguinage. Au début, j’ai d’ailleurs eu beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire: il y a beaucoup de personnages, de narrateurs, et je les mélangeais tous un peu. Ça a fini par passer et par s’éclaircir petit à petit, et l’auteure réussit le tour de force de nous faire sinon apprécier, du moins comprendre chacun d’entre eux, avec ses enjeux et ses problèmes. Aucun n’est tout blanc ou tout noir, ils sont tout en nuances (bien plus que dans les romans du même genre de Ken Follett, par exemple, dont les personnages sont nettement plus manichéens).

Le thème essentiel du roman, en dehors du sujet des béguinages et de la position des femmes au Moyen-Âge (d’ailleurs bien expliqué en postface), c’est la dimension religieuse, qui, des siècles après l’avènement du christianisme, reste bien fragile. Entre les «sorcières», le prêtre ambitieux mais pêcheur, le catholiscime compatissant des béguines, et les croyances païennes qui prennent forme avec le monstre révéré par les Huants (l’ »Owl Man »), on sent toute la tension entre les différentes formes de croyances qui existaient à cette époque.

D’un point de vue historique, le roman est vraiment intéressant, d’autant que c’est bien écrit. D’un point de vue littéraire, j’ai trouvé que ça manquait un poil de souffle pour être vraiment prenant et efficace, mais l’ensemble demeure néanmoins un bon roman historique qui devrait plaire aux amateurs du genre 🙂

En résumé:

2 réflexions au sujet de « Les âges sombres – Karen Maitland »

  1. C’est le premier Karen Maitland que j’ai lu il y’a…trois ans maintenant. 😉 Ca remonte… Je me souviens avoir été totalement captivée par l’ambiance assez noire alors que je ne suis pas forcément fan de ce genre de romans en général. J’avais trouvé qu’elle collait tout à fait à cette époque médiévale, qui n’est peut-être pas un monde de ténèbres comme on s’est plu à le croire mais qui était très violente par bien des aspects. Et ces superstitions venues des temps anciens et qui se mêlent à une religion chrétienne mal établie sont effrayantes à souhait, comme certains des personnages… 🙂 C’est une époque qui me fascine depuis longtemps donc évidemment les romans de Karen Maitland ont tout pour me plaire. A ce jour, seul La Malédiction de Norfolk ne m’a pas complètement convaincue même si j’ai bien aimé… D’ailleurs, as-tu lu La Compagnie des Menteurs ? Si non, je te le conseille… même si tu n’as pas complètement apprécié Les Âges Sombres, je pense que tu pourrais aimer celui-là…

Répondre à A-Little-Bit-Dramatic Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *