Phobos (tome 4) – Victor Dixen

Synopsis: 

Il y a eu un « avant » : Phobos Origines, un tome « prequel » plongeant dans le passé des prétendants, à la recherche des motivations secrètes qui les ont conduits à partir pour toujours. Il y aura aussi un « après » : un horizon où les destins se rejoignent, où les mondes entrent en collision, où le futur s’écrit en lettres de feu.

image9 bis

Mon avis: 

Bon ben.. ça fait pschitt! 

Comme je le disais dans ma chronique du Cinquième artefact, je n’ai pas été convaincue par les premiers tomes de cette saga: trop manichéen, trop jeunesse, trop superficiel. Ca se lit vite, c’est sympathique sur le moment, mais il ne reste rien derrière de marquant. Mais comme j’aime me faire du mal, je voulais tout de même lire la suite, pour avoir le fin mot de l’histoire (quand même). Et finalement? Eh ben, finalement rien. Je n’ai pas compris où voulait en venir Victor Dixen avec ce tome, qui me semble ne l’avoir écrit que pour répondre aux hordes de ses fans qui me paraissent aveuglés par tout ce que cette saga peut avoir de clinquant: le côté téléréalité / réseaux sociaux (ici, sans jamais que le nom soit cité, il est quand même énormément question de chaînes Youtube, alors qu’à la base la saga devait parler de la conquête de Mars…), l’écriture très simple mais accrocheuse, les dessins pour « immerger » le lecteur et le côté un peu scénario (les histoires de ‘cut’, ‘contrechamp’ ‘hors champ’ qu’on retrouve à longueur de saga)… je trouve que tout ça focalise le lecteur sur la forme (jeune et très marketée) au détriment du fond, qui disparaît quasiment totalement dans ce quatrième opus. Je suis très dure, mais vraiment, je trouve qu’on est à la limite de la culture du vide, là.

C’est bien simple: il n’y a plus d’histoire à proprement parler, plus de fil conducteur. Les « pionniers » sont de retour sur Terre et pratiquement tout ce dont il est question ici, comme je le disais, c’est de chaînes Youtube. Alors, oui, ça se lit toujours aussi facilement, aucun souci de ce côté-là, mais enfin, d’où ça sort franchement? Je n’ai vu aucun intérêt à ce tome, qui tourne en rond et n’apporte rien à la saga, si ce n’est l’extrême fin, où il y a tout de même une grosse révélation intéressante – dommage que ça n’occupe que 50 pages sur les 650 que compte le livre! Et franchement, 650 pages de rien (ou presque): c’est trop long, et c’est inutile. Je finirai donc cette saga encore moins convaincue que je ne l’avais commencée – au départ, même avec un public jeunesse, je me disais qu’on pouvait tout de même aller progressivement vers quelque chose de plus mûr, mais c’est l’inverse ici. Je trouve que c’est destiné à un public de plus en plus jeunesse, dans le mauvais sens, avec des codes qui s’adressent vraiment aux ados mais sans leur proposer de réflexion derrière. Pourtant, des romans jeunesse qui proposent un vrai fond, ça existe. Bref, c’est une saga qui brille de mille feux mais qui pour moi est vraiment l’archétype de ce que je n’aime pas en YA, alors que je reconnais que l’écriture est addictive et facile (c’est d’ailleurs pour ça que ça a du succès). C’est superficiel et beaucoup trop marketing à mon goût. J’avoue que quand je lis les avis dithyrambiques qu’on trouve sur la blogo sur cette saga, je suis totalement perplexe, j’ai l’impression de ne pas lire la même chose que les autres, et pourtant, beaucoup de lecteurs ont le même âge que moi. Désolée d’avance donc pour tous ceux que cette chronique offusquera, je voulais donner un avis sincère qui reflète ma colère mais il ne concerne bien sûr que moi 🙂

En résumé: 

9 réflexions au sujet de « Phobos (tome 4) – Victor Dixen »

  1. Je suis assez d’accord avec toi. Le tome 3 m’avait vraiment énervé, car on aurait dit une pub pour Phobos Origines. Ce dernier tome m’a un peu plus plu, mais dommage que le seul fait interessant tienne sur les cinquante derrières pages et qu’on le devine dès le début…

  2. J’ai lu le premier tome, je l’avais trouvé sympa et sur le moment, j’avais hâte de lire la suite… que je n’ai jamais lue au final ! Comme tu dis, c’est chouette sur le moment mais après rien. Ton avis me conforte dans mon idée et je n’ai pas de regret de ne pas avoir continué ma lecture ^^

  3. J’ai acheté ce tome le jour de sa sortie mais j’avoue que j’ai peur de commencer pour ne pas être déçue ! Les défauts ce que tu as évoqué, énoncé dès le tome 3, me font douter… J’espère que je ne tarderais pas trop quand même mais lire 600 pages pour rien, c’est louper deux bons romans de 300 pages 🙁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *