City of Bones (The Mortal Instruments, tome 1) – Cassandra Clare

Synopsis: 

Clary n’en croit pas ses yeux. Elle vient de voir le plus beau garçon de la soirée commettre un meurtre. Et détail terrifiant: le corps de la victime a disparu d’un seul coup! Mais le pire reste à venir…Sa mère a été kidnappée par d’étranges créatures et l’appartement complètement dévasté. Sans le savoir, Clary a pénétré dans une guerre invisible entre d’antiques forces démoniaques et la société secrète des chasseurs d’ombres… Une guerre dans laquelle elle a un rôle fatal à jouer.

image9 bis

Mon avis: 

Avant d’attaquer la chronique proprement dite, je voulais évoquer brièvement mon rapport à la saga The Mortal Instruments (Shadowhunters). C’est une série qu’on voit un peu partout depuis plusieurs années maintenant, à la fois sur la blogo et sur nos écran (avec le film de 2013 et la série, dont je mets les bandes annonces plus bas). Pour être tout à fait honnête, j’ai longtemps cru qu’il s’agissait d’un jeu vidéo, du coup ça ne m’a jamais intéressée. Quand j’ai fini par comprendre qu’il s’agissait bien de livres, je me suis vaguement penchée sur le phénomène, mais ça me semblait vraiment être très jeunesse et, comme vous l’aurez peut-être remarqué, j’ai tendance à être vraiment vite déçue avec le YA, du coup je limite au max ce genre dans mes lectures. Rien que la phrase dans le résumé VF « Elle vient de voir le plus beau garçon de la soirée commettre un meurtre », ça me déplait. D’autant que là, les couvertures me semblaient toutes plus midinette les unes que les autres, et ça me rebutait complètement. Et puis je suis tombée sur cette édition des livres en VO, et je les ai trouvés juste sublimes. Ils tranchent totalement avec les autres éditions au niveau du style, et ça m’a paru plus adulte. J’accroche aussi beaucoup plus aux titres VO. Du coup, vu le succès de la série, la curiosité a fini par l’emporter et je me suis dit « ok, allez, je vais les lire, mais en anglais, comme ça, le côté YA me sautera peut-être moins aux yeux ».

Au final, ça a donné quoi? J’ai commencé le livre il y a une semaine tout pile et je viens juste de le terminer – pour moi, c’est excessivement long. Je tourne habitellement entre 3 et 4 livres par semaine alors un seul, ce n’est pas très bon signe. En fait, j’ai lu la première moitié le premier jour, et il m’a fallu 5 jours pour aller de la moitié aux deux tiers… Pendant ces 5 jours, espérant relancer ma lecture, j’ai visionné le film, mais je n’ai pas été convaincue du tout. Comme d’habitude, trop de changements par rapport au livre, trop girly, trop blockbuster, trop superficiel, pas assez de profondeur, bref, déçue. Et ça ne m’a pas aidée à avancer le livre plus vite ^^. Pourtant, contrairement au film, je n’ai pas trouvé le livre si mauvais, même si j’ai mis du temps avant d’en voir le bout. J’aurais même probablement beaucoup aimé si je l’avais découvert ado. Le problème, c’est que j’ai 27 ans et que j’ai l’impression d’avoir déjà lu ce type d’histoires un million de fois. Du coup, ce type d’intrigues où une jeune fille naïve va être initiée à un monde surnaturel dont elle ignorait l’existence – sans oublier le beau mec de l’histoire -, ça fait un moment que ça ne me convainc plus vraiment. Dans toutes les histoires de ce style, l’univers a sa propre originalité, mais finalement, ça sent très souvent le réchauffé et les intrigues vraiment originales ne sont pas légion – et Shadowhunters n’en fait pas partie. 

Je n’ai pas encore parlé de l’histoire en elle-même, mais en gros, une ado new-yorkaise va découvrir que les démons / vampires / loup-garous (etc) sont réels, et sont traqués par les Shadowhunters (Chasseurs d’Ombres en VF), descendants de la race des anges. Alors que sa mère disparaît, visiblement capturée par un démon, elle va travailler avec un groupe de Shadowhunters (avec son ami humain Simon) pour retrouver sa mère – tout en découvrant les enjeux qui se cachent derrière sa disparition.

Une fois passés le manque d’originalité et le côté girly/jeunesse, City of bones se laisse lire, la plume est efficace, et si ce genre d’histoire a du succès, ce n’est pas pour rien non plus. La réécriture des mythes fantastiques a quelque chose de fascinant et j’aime toujours découvrir l’imaginaire d’un auteur autour de ça, voir comment ils s’approprient les mythologies et les construisent autour d’une histoire neuve. Ici, pas de discrimination, on retrouve un peu tout le bestiaire fantastique dans une seule série, ce qui promet un univers un peu plus riche et fourni que quand l’auteure se concentre sur un seul. Il y a de l’action, des rebondissements, des révélations, bref, de quoi maintenir le lecteur en haleine, même si certaines ficelles sont un peu grosses.

Malgré pas mal de points qui m’ont dérangée, je pense simplement que je ne fais plus vraiment partie du lectorat cible de ce type de sagas, et je comprends qu’elle plaise à d’autres. La bande annonce de la série me donne envie de me jeter par la fenêtre alors que je serai curieuse de regarder à la base, donc je ne sais pas si je le ferai, mais je suis tout de même contente d’avoir enfin découvert cette saga dont tout le monde parle, dont je lirai les tomes suivants très prochainement. Je suis loin du coup de coeur mais la lecture reste sympathique à partir du moment où on en attend pas trop! 

En résumé: 

 

2 réflexions au sujet de « City of Bones (The Mortal Instruments, tome 1) – Cassandra Clare »

  1. J’avais lu les deux premiers tomes il y a un moment et j’avais bien aimé mais la série est trop longue je ne l’ai pas continuée. Par contre je me suis lancée dans la série Netflix, j’avais bien aimé la saison 1 malgré ses défauts et je trouve la saison 2 largement meilleure ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *