Wicked – Gregory Maguire

Synopsis: 

Le roman s’intéresse en particulier au personnage de la méchante sorcière qui apparaît dans Le Magicien d’Oz. Il lui donne le nom d’Elphaba, lui donne une famille, et raconte sa jeunesse, avant l’arrivée de Dorothy Gale. Il met également en scène Glinda, et en fait une compagne d’études d’Elphaba.

image9 bis

Mon avis: 

Récemment réédité à 10€ avec une couverture verte assez affreuse, Wicked était initialement sorti en français en 2011, en hardback, dans une édition vraiment magnifique. Vu la quasi inexistance de romans en hardback en France, ça mérite déjà d’être souligné. Je me souviens vaguement l’avoir eu entre les mains à l’époque, mais je ne l’avais pas acheté. Là, en voyant cette édition verte vraiment moche, j’ai cherché l’ancienne version de 2011 (qui n’est donc plus éditée), et je l’ai trouvée sur internet. Bien entendu, elle est maintenant vendue plus cher que son prix d’origine, mais ce n’était pas la ruine et j’ai préféré investir dans cette superbe version reliée que dans la version 2019. Je ne regrette pas – le livre est désormais un des plus beaux de ma bibliothèque!

Et sorti de ces considérations esthétiques, Wicked, c’est quoi et ça vaut quoi? En fait (comme l’indique le sous-titre), c’est un préquel au Magicien d’Oz qui nous raconte l’histoire de la Méchante Sorcière de l’Ouest. Le magicien d’Oz est un livre pour enfants paru en 1900 et adapté au cinéma en 1939; les deux versions sont des classiques absolus aux Etats-Unis, (beaucoup moins chez nous), mais je dois bien admettre que de mon côté, je n’ai jamais ni lu le livre ni vu le film; je connais de nom, je sais qu’il est question d’une jeune fille qui se retrouve propulsée dans un autre monde, mais mes connaissances sur l’oeuvre originale s’arrêtent là, c’est à dire pas très loin.

Faut-il avoir lu/vu le Magicien d’Oz pour lire Wicked? Je ne pense pas. Bien entendu, le livre risque d’avoir plus de saveurs pour ceux qui connaissent l’histoire originale et qui seront plus à même de reconnaître les clins d’oeils, mais j’ai lu un rapide résumé avant de me plonger dans Wicked et ça m’a largement suffit.

La première chose qui me frappe, c’est la différence de genre entre les deux textes. Le magicien d’Oz est un livre pour enfants, alors que Wicked ne l’est pas du tout, c’est un roman de fantasy adulte complexe et dense, qui doit être beaucoup plus riche que l’oeuvre originale (même si je ne peux pas en être sûre sans l’avoir lu). J’imagine donc qu’on trouve une foultitude de détails sur l’univers d’Oz et ses protagonistes qui ne doivent probablement pas exister dans le Magicien d’Oz.

Wicked est divisé en plusieurs parties, plusieurs époques de la vie de la Méchante Sorcière du titre, Elphaba; c’est une sorte de biographie complète, puisque le roman court de la période de sa naissance jusqu’à sa mort. Elphaba n’est pas présentée comme un personnage de méchante; son enfance est marquée par sa différence (elle a étrangement la peau verte) et l’ostracisme dont elle est victime, mais elle ne devient pas mauvaise en grandissant à cause de ça, au contraire; je l’ai trouvée très complexe et difficile à cerner, elle navigue pendant une bonne partie de sa vie dans des eaux troubles de ce qui ressemble à de l’espionnage sans en être vraiment – en fait, j’ai clairement eu du mal à cerner ses activités une fois la période de la fac terminée.

Il y a d’ailleurs pas mal de choses que je n’ai pas réussi à bien appréhender pendant cette lecture. Les dialogues m’ont souvent paru décousus, manquant de sens, j’avais la sensations parfois de vrais dialogues de sourds, alors que je pense que ce n’était pas le cas du tout, mais ça répondait à une logique différente de la mienne. A bien moindre échelle, je pourrais comparer certains passages qui me paraissent fantasques à Alice au pays des merveilles.

J’ai bien aimé le contraste sur ce qu’on pense savoir des personnages. Par exemple, Glinda, qui, dans l’histoire originale, est une sorte de bonne fée, devient ici une jeune aristocrate trop sûre de son rang et qui traite les gens avec condescendance. Elphaba, à l’inverse, est à priori la grosse méchante, alors qu’elle ne l’est pas vraiment dans Wicked. D’autres protagonistes par contre semblent bien plus pervers (Mme Morrible ou le Magicien d’Oz lui-même). Nessarose (la sorcière de l’Est que Dorothy écrase avec sa maison en arrivant au pays d’Oz, si j’ai bien compris), la soeur d’Elphaba née handicapée (elle n’a pas de bras), est d’abord présentée comme une enfant gâtée puis comme un tyran – finalement, beaucoup de rôles semblent s’inverser dans le récit de Maguire. Ca m’a vraiment donné envie de découvrir l’oeuvre originale. 

Beaucoup de lecteurs semblent déplorer des longueurs, ça ne m’a pas forcément gênée mais c’est vrai que Wicked est un texte plus ardu que ce à quoi je m’attendais, il faut être concentré à la lecture; j’ai assez aimé la description du pays d’Oz qui en est faite, un pays avec sa géographie, ses enjeux politiques (les Animaux par exemple), ses facultés et sa magie, ça ressemble bien d’avantage à notre monde que ce que je m’imaginais en attaquant le roman.

Globalement, une lecture sympathique, même si je m’attendais à être d’avantage transportée, et qui m’a clairement donné envie de découvrir le roman de base.

En résumé:

2 réflexions au sujet de « Wicked – Gregory Maguire »

  1. Haha moi j’aime encore bien la version verte 😀 C’est d’ailleurs celle que j’ai vu que j’ai profité de l’opération à 10€. J’aimerais lire Le magicien d’Oz avant pour resituer un peu les personnages. Me voilà prévenue quant à la complexité de l’histoire. J’espère apprécier autant que toi 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *