J’ai quelque chose à te dire – Anne de Bourbon-Siciles

Synopsis: 

New York, 1970. Greta, 20 ans, issue d’une famille juive de la Côte Est, vit une idylle sans nuage avec Jim.
A la suite d’un accident de voiture, dont tous deux sortent indemnes, Greta apprend qu’elle ne pourra jamais avoir d’enfant. Un coup dur que Jim n’a pas le courage de surmonter… Pour se remettre de cette épreuve, Greta part à Paris se consacrer à sa nouvelle carrière de journaliste de mode. Son avenir professionnel, qui semblait tracé, est assombri par une nouvelle déception amoureuse, mais surtout par l’annonce de la maladie de sa mère… C’est alors toute sa vie qu’elle remet en question.

image9 bis

Mon avis: 

Je réalise après ma lecture que l’auteure est issue de la noblesse et ça ne me surprend pas vraiment, puisqu’une partie de l’intrigue du roman nous plonge dans ce milieu assez fermé. J’ai quelque chose à te dire, c’est l’histoire sur plusieurs décennies de Greta, qui a 20 ans en 1970, et qui se fiance rapidement à Jim, un jeune de homme de bonne famille aux antipodes du milieu libéral et moderne de Greta. Jim est raciste et ses parents espèrent en faire un futur président des Etats Unis, républicain et conservateur. Malgré les différences qui semblent irréconciliables entre eux, Greta s’accroche et espère parvenir à changer Jim… jusqu’à ce qu’ils aient un accident, auquel Jim va mal réagir.

Pendant une bonne partie du livre, il n’y a pas vraiment de « thème » à proprement parler, c’est vraiment l’histoire de Greta qui domine. Sur la fin, on finit par voir arriver un sujet que le début du roman ne laissait pas forcément présager: le droit de mourir dans la dignité en cas de maladie (= l’euthanasie ou le suicide assisté). En dehors de cette question, l’auteure aborde le destin d’une femme à travers ses relations avec les différents hommes, son désir d’enfant et la maladie. Elle est très attachante et sa vie ne manque pas d’intérêt.

Je suis assez étonnée par contre par son rapport aux hommes, qu’elle semble choisir exprès pour que ça n’aille pas ^^. Ses deux premières histoires sont très vite apparues comme vouées à l’échec car ses partenaires présentent tous les deux des défauts qui la gênent profondément, mais elle ne parvient pas facilement à se détacher, même si au fond d’elle, elle se rend bien compte qu’elle a besoin d’autre chose… c’est un côté avec lequel j’ai eu un peu de mal, j’avais envie de la secouer (d’autant que dans la première partie, elle est vraiment jeune, inexpérimentée et très très passive face à Jim). Elle prend cependant confiance au fil du récit, et n’a pas peur de découvrir de nouveaux horizons, puisqu’elle nous emmène à New York mais aussi Paris ou Istanbul. C’est un roman qui nous fait voyager.

Globalement, j’ai vraiment passé une bonne lecture, même s’il m’a manqué deux ou trois petites choses pour vraiment adorer ce livre. Je trouve globalement que c’est un peu court comme texte pour résumer 3 décennies de la vie d’une femme, certains passages auraient pu être allongés au lieu d’être expédiés en quelques phrases, surtout la dernière partie, qui est la plus épanouissante mais la moins détaillée. Je trouve aussi le traitement du sujet de l’euthanasie peu approfondi sur la fin et c’est un peu dommage. Enfin, encore une fois, Greta m’a parfois un peu agacée, surtout au début. Mais ça reste une lecture très sympathique ^^

En résumé:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *