Ce qui nous lie – Samantha Bailly

Synopsis: 

Alice a un don. Les liens entre les individus lui apparaissent sous forme de fils lumineux. Un phénomène inexplicable qu’elle a appris à dissimuler… et à utiliser pour démasquer les hommes infidèles et venger les femmes trompées. Mais au fond, Alice aspire à retrouver une vie «normale», celle du bureau, des collègues et des relations simples. Son nouveau job dans un cabinet de recrutement semble lui offrir tout cela, et plus encore. Parmi les personnalités variées qui cohabitent dans l’open space, elle rencontre Raphaël, chasseur de têtes et de cœurs, un homme inaccessible qui ne la laisse pas indifférente. Le seul dont Alice n’arrive pas à percevoir les liens.

image9 bis

Mon avis: 

Ce qui nous lie est un des premiers romans publiés de Samantha Bailly, assez connue aujourd’hui pour son combat pour les droits des auteurs, ainsi que pour ses séries Ames jumelles et Les stagiaires. Celui-ci me faisait de l’oeil depuis vraiment longtemps, mais le côté trop court me bloquait un peu, et les avis mitiés que j’en avais lus aussi.

Finalement, ma lecture a été sympathique, même si loin d’être excellente. Je trouve (avec le recul que j’ai d’avoir pu lire des bouquins de l’auteure écrits après celui-ci) que Samantha Bailly n’évolue pas énormément, que ça soit au niveau de l’univers ou de l’écriture. Ce qui nous lie pourrait complètement se passer dans l’entreprise Pyxis des Stagiaires, le petit côté fantastique en plus; les rapports professionnels et personnels entre colègues y sont développés sensiblement de la même façon, on y trouve encore une fois l’intégration de messages directement dans le texte (ce qu’elle fait dans tous les romans que j’ai pu lire d’elle), bref, je trouve que les intrigues sont assez similaires.

Bien entendu, ce sont des histoires pourtant totalement distinctes, et il y a donc des différentes, les deux qui sautent aux yeux étant d’abord l’inclusion d’une composante fantastique dans le récit avec les « fils » qui relient les gens entre eux en fonction de leurs liens (même si clairement, ici, ce n’est pas l’axe central du roman mais plutôt une excuse pour voir Alice évoluer), et ensuite au niveau de la structure du récit, avec une alternance de chapitres passé/présent/futur. Les temporalités ne sont éloignées que de quelques mois, mais ça reste à souligner.

Comme dans mes précédentes lectures avec cette auteure, j’ai eu du mal à cerner les protagonistes et à les comprendre. C’est quelque chose qui me frappe avec Samantha Bailly, je trouve que quelque chose sonne faux dans la construction de ses personnages, même si ça n’empêche pas mon appréciation du livre dans sa globalité, je trouve curieux de me faire systématiquement la même remarque. Sa plume en revanche reste simple et accessible.

Ce qui nous lie restera une lecture assez banale finalement, j’ai passé un bon moment à la lecture mais je me souviendrai d’avantage de ses autres textes (sont-ils meilleurs ou celui-là fait-il trop redite pour moi, je ne sais pas ^^).

En résumé:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *