L’alchimiste – Paulo Coelho

Synopsis: 

Un jeune berger andalou, Santiago, part à la recherche d’un trésor enfoui au pied des pyramides. Il découvrira pendant son périple la clef d’une quête spirituelle. ‘L’ Alchimiste’ est le récit d’une quête, celle de Santiago, un jeune berger andalou parti à la recherche d’un trésor enfoui au pied des Pyramides. Dans le désert, initié par l’alchimiste, il apprendra à écouter son coeur, à lire les signes du destin et, par-dessus tout, à aller au bout de son rêve.

image9 bis

Mon avis: 

Conte philosophique paru il y a 25 ans et en passe de devenir un classique, L’alchimiste fait partie de ces livres dont la plupart des gens ont au moins entendu parler, même si tout le monde ne l’a pas lu. Pour ma part, mon histoire avec ce texte remonte à loin, puisqu’on me l’a mis dans les mains quand j’avais à peu près 9 ans. J’ai tenté de le lire à l’époque, sans succès. J’ai réessayé quelques années plus tard, idem. Maintenant que je suis adulte, je me suis dit que ma sensibilité devait avoir changé, et j’ai voulu lui redonner sa chance – en partant tout de même avec des a-prioris, car un livre tenté deux fois déjà sans succès, il part plutôt mal.

Malheureusement, la troisième fois n’aura pas été la bonne. J’ai (enfin, 20 ans plus tard!) réussi à le terminer, mais je n’ai pas du tout aimé ce livre, qui n’est clairement pas taillé pour moi. L’alchimiste, c’est l’histoire d’un berger andalou qui a rêvé d’un trésor au pied des pyramides d’Egypte, et qui part à la recherche dudit trésor. Niveau pitch, c’est clairement simple, le livre est court (96 pages sur ma liseuse, autour de 200-250 en version papier) et se lit donc vite. Pourtant, j’ai eu l’impression de lire au ralenti et d’avoir un mal fou à comprendre et interpréter ce qui se passait, il n’y a pratiquement aucune description, tout est excessivement évanescent / évaporé / métaphorique / onirique… on est dans un texte « poétique » absolument pas concret, dont le style m’a totalement laissée sur le côté, je ne visualisais rien du tout et je n’avais qu’une hâte, c’était de le terminer pour passer à autre chose. Franchement, j’ai beaucoup de mal à comprendre comment il a pu avoir un tel succès.

Il est énormément question de Dieu dans le roman, de destin, de théologie, et bien sûr de philosophie… des questions qui, personnellement, ne m’intéressent pas puisque je suis agnostique et très terre à terre. Je ne me suis pas retrouvée dans l’intrigue, dans les questionnements du personnage, dans les enjeux… bref: je me suis ennuyée du début à la fin. Et la fin, justement, qui semble en contradiction totale avec le discours du livre.. je n’ai pas compris où l’auteur voulait en venir avec cette histoire, finalement.

En résumé:

9 réflexions au sujet de « L’alchimiste – Paulo Coelho »

  1. oh quel dommage, je me rappelle l’avoir beaucoup aimé lorsque je l’ai lu, mais c’était il y a 15 ans, aurais-je le même regard aujourd’hui?
    bonne journée 😉

  2. Coucou , je te rejoins totalement , ça ne l’a pas fait non plus avec moi. Un livre court mais qui paraît interminable. Et puis niveau philosophie , perso il ne m’a rien appris , c’était un peu bateau quand même. En tout cas , je me sens moins seul. 😉

  3. ça me rassure de n’avoir pas été la seule personne à ne pas aimer ce bouquin. Je suis un peu comme toi, les thématiques spirituelles, ça ne me passionne pas du tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *