Kingdom of Ash (Throne of Glass, tome 7) – Sarah J. Maas

Synopsis: 

Aelin has risked everything to save her people, but at a tremendous cost. Locked within an iron coffin by the Queen of the Fae, Aelin must draw upon her fiery will as she endures months of torture. Aware that yielding to Maeve will doom those she loves keeps her from breaking, though her resolve begins to unravel with each passing day… With Aelin captured, Aedion and Lysandra remain the last line of defense to protect Terrasen from utter destruction. Yet they soon realize that the many allies they’ve gathered to battle Erawan’s hordes might not be enough to save them. Scattered across the continent and racing against time, Chaol, Manon, and Dorian are forced to forge their own paths to meet their fates. Hanging in the balance is any hope of salvation?and a better world. And across the sea, his companions unwavering beside him, Rowan hunts to find his captured wife and queen?before she is lost to him forever.

image9 bis

Mon avis: 

Ultime tome de la saga Throne of Glass, on est loin, très loin de L’assassineuse (le premier opus) dans Kingdom of Ash. Non seulement l’intrigue s’est élargie au point de n’avoir plus grand chose à voir avec ce que l’auteure nous proposait au début de la série, mais les personnages ont tous énormément évolué, c’est vraiment remarquable. Je n’ai pas réussi à lâcher ce pavé (990 pages en version papier VO, et 1500 pages de lecture sur mon téléphone), c’est un vrai coup de coeur ♥ quel dommage que les tomes 4 à 7 n’aient pas été traduits! Cette saga est extraordinaire et mériterait vraiment d’être d’avantage médiatisée / connue en France.

L’histoire de Kingdom of Ash reprend là où Sarah J. Mass nous avait lâchés à la fin du tome 5: Aelin est capturée par Maeve, Rowan part à sa poursuite avec 3 compagnons (dont Elide et Lorcan), tandis que Chaol revient en Adarlan avec l’armée du continent du Sud avec lui, et que les autres personnages (Dorian, Manon, Aedion, Lysandra…) continent de se battre contre les armées d’Erawan sur différents fronts.

En 1000 pages, l’auteure nous propose ici un tome qui pourrait être une saga à lui tout seul. J’ai beau l’avoir déjà dit, Throne of Glass est une série qui paraît YA au premier abord (dans les deux premiers tomes, et surtout le premier) mais qui s’est énormément complexifiée et enrichie au fil des tomes, la transformant clairement pour moi en fantasy adulte. La qualité des romans s’améliore au fur et à mesure et Kingdom of Ash a vraiment été un final en apothéose pour moi, et même si certains points me chagrinent un peu avec le recul, ça n’entame absolument pas mon enthousiasme global sur la série dans son intégralité.

L’univers d’Adarlan est vraiment accrocheur, on s’y croirait. Les différents types de magie et de créatures permettent à l’auteure de nous proposer un panel incroyable de personnages tous très différents les uns les autres, qui ont tous énormément évolué au fil du temps (mention spéciale pour Manon que j’aime beaucoup alors que j’avais un peu du mal avec elle quand elle est apparue dans le tome 3), et sans manichéisme, ils ont tous une psychologie crédible et très travaillée. Certains m’ont parfois donné envie de les secouer (notamment Aedion vis à vis de Lysandra au début de ce tome), mais ça n’entache absolument pas la qualité du texte. Aelin, que j’avais du mal à cerner au début de la série, est une héroïne hyper badass qui ne s’excuse pas d’être ce qu’elle est et qui a un humour ravageuur que j’adore, c’est vraiment un personnage féminin très fort – et les autres ne sont d’ailleurs pas en reste, puisque Elide, Yrene ou Lysandra sont toutes extraordinaires à leur façon. Rowan, Chaol et Dorian sont hyper attachants également – Dorian a, lui aussi, incroyablement évolué depuis le départ et j’aime beaucoup ce qui se dégage de lui, ainsi que la force tranquille de Chaol et la passion de Rowan.

Une des choses à noter sur ce tome-conclusion, c’est la propension de l’auteure à vouloir caser tout le monde et/ou à nous proposer des happy endings (comme c’est aussi le cas dans son autre saga A court of…). Pour le coup, ça ne m’a pas gênée ici, j’étais tellement attachée aux personnages que je voulais que tout se passe bien pour eux, mais un peu de noirceur rajouterait de la profondeur à ses futurs livres je pense, et permettrait de surprendre d’avantage ses lecteurs. J’ai aussi lu qu’elle n’intégrait pas franchement de minorités dans ses textes, chose à laquelle je n’avais pas fait attention mais qui, après réflexion, est totalement fondée: peu de personnages « différents », handicapés ou homos dans ses romans par exemple, c’est un peu dommage. (Pour le moment, Sarah J. Maas n’écrit que sur des personnages parfaits ou presque, beaux, plein de pouvoir/force…). L’aspect romance de ses livres prend de la place – encore une fois, rien de gênant à mon sens, au contraire, je trouve la plupart des couples vraiment attachants, mais c’est vrai que tous les personnages finissent casés les uns avec les autres sans qu’il ne reste personne de seul à la fin..

Autre chose qui m’a frappée à la lecture, ce sont les similitudes de l’intrigue avec Le Seigneur des Anneaux – un gros méchant qui veut contrôler le monde (Erawan), qui rassemble ses armées (les Orques chez Tolkien, les Valg ici), des petits groupes de gentils qui se battent chacun de leur côté pour triompher du méchant (Aragorn/Legolas/Gimli, Frodon/Sam, Merry et Pippin d’un côté, Aelin/Rowan, Aedion/Lysandra, Chaol/Yrene, Dorian/Manon de l’autre), le « gentil » qui devient en fait méchant (Saroumane / Maeve), des artefacts magiques hyper puissants sur lesquels il faut mettre la main avant le méchant (les Wyrdkeys ici, les anneaux de pouvoir de l’autre)… bref, je trouvais ça évident à la lecture de Kingdom of Ash, alors que je n’avais pas du tout fait le rapprochement dans les tomes précédents.

Certains moments du tome sont très forts et m’ont donné des frissons ou les larmes aux yeux (par exemple le passage ou Aelin retrouve Chaol et Yrene à Anielle). J’ai été crispée sur ma lecture pendant tout le passage sur le barrage qui lâche, avec Lorcan et Elide, que j’ai trouvé juste incroyable. Je suis vraiment triste de dire au revoir à cet univers que j’ai adoré, et il est clair que Sarah J. Maas est une auteure que je vais suivre avec la plus grande attention! 

En résumé:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *