Carnet de bord TDM – Le Pérou #3: le Machu Picchu 📷

Vous l’avez compris si vous avez lu l’article précédent sur Cuzco, nous avons acheté nos billets pour le Machu la veille, le lundi 8. Avant d’attaquer cet article, je vais donc faire un point « infos pratiques » sur le Machu.

D’abord, les différents billets. Il faut savoir que le gouvernement péruvien a décidé en 2017 de limiter l’accès au site. Désormais, seuls 3000 touristes sont autorisés par jour, 1500 le matin et 1500 l’après-midi. Quand vous achetez votre billet, vous choisissez votre créneau, et vous ne serez pas autorisés à entrer si vous n’êtes pas là à la bonne heure.

Parmi ces 3000 personnes, il y en a 400 qui ont accès à l’un des deux sommets surplombant le site, accessibles via des randonnées (200 pour chaque sommet). Le plus connu est le Huayna Picchu, il est réputé à éviter pour les personnes souffrant de vertige (= moi, par exemple), j’imagine donc que les sentiers sont très raides et à pic. C’est le plus petit des deux sommets mais comme il est très connu, il faut réserver son billet des semaines/mois en avance. Le second sommet est moins connu et nettement plus haut, il s’agit de la Montaña. Pour celui-là, pas besoin de s’y prendre super tôt pour acheter son billet. Dans les deux cas, les billets comprenant une des deux randonnées (= un des deux sommets) sont forcément inclus dans le créneau du matin. Si vous achetez un billet du site archéologique seul, c’est 150 soles (environ 40€); si vous prenez le site + une des randonnées, c’est 200 soles (environ 56€).

De notre côté, nous n’allions pas au Machu pour faire les choses à moitié, c’était un rêve de gamine de visiter cet endroit et il était assez évident que je voulais prendre un billet avec une des randonnées, pour faire des photos du site vu d’au dessus. Etant donné que nous les avons achetés la veille, nous n’avons même pas essayé de prendre le Huayna Picchu (d’autant que j’ai énormément le vertige et que c’est un sommet déconseillé pour les gens comme moi ^^) et nous n’avons pas eu de souci pour avoir une place pour la Montaña.

Ensuite, le trajet pour y aller depuis Cuzco, qui est la ville-base pour tous les voyageurs qui se rendent au Machu, mais elle en est encore loin. Le Machu est un site archéologique situé sur une montagne; les voyageurs ne séjournent pas directement au Machu mais au pied de la montagne, dans la ville d’Aguas Calientes (qu’on trouve parfois appelée « Machu Picchu Pueblo », le « village du Machu picchu »).

Il y a plusieurs options pour se rendre à Aguas Calientes:

  • Prendre le train – c’est excessivement cher (le train est réputé être le plus cher du monde) et c’était absolument hors-budget pour nous,
  • Les transports en commun – je ne vous fais pas le détail, mais c’est franchement compliqué, il y a au moins deux bus à prendre, un colectivo ou un taxi, et dans tous les cas il faut terminer à pied sur plusieurs kilomètres. Il faut compter la journée pour l’aller,
  • Les différents trails sur plusieurs jours – le plus connu est le trail de l’Inca, que je voulais absolument faire et qui dure 4 jours. Le tarif (400€ par personne) aura eu raison de ce souhait…
  • Les minibus privés – ça coûte environ 30$ par personne pour l’aller-retour, le trajet est direct de Cuzco à Hidroelectrica (6 à 7h de trajet), et il faut ensuite terminer à pied pour les 11 derniers kilomètres – à nouveau, il faut compter la journée. Il n’y a qu’un seul aller le matin (départ à 7h de Cuzco), et pour le retour depuis Hidroelectrica, c’est pareil, un seul départ à 14h30.

Nous avons opté pour la dernière possibilité, nous savions que le trajet allait être long et nous préférions la simplicité du minibus, quitte à payer un peu plus cher qu’en transport en commun. Nous avions donc rendez-vous le mardi matin à 7h sur une des places principales de Cuzco pour démarrer le trajet.

Nous avons préféré attendre le lendemain de notre visite du site pour revenir à Cuzco car sinon, nous aurions dû visiter le site + faire la rando de la Montaña + redescendre à Aguas Calientes récupérer nos affaires + refaire les 11km à pied d’Aguas Calientes à Hydroelectrica avant 14h30, ce qui nous paraissait mission impossible et nous aurait empêchés de profiter pleinement.

Une fois à Aguas Calientes, comment se rendre sur le site? Vous vous doutez bien que la ville ne vit quasiment que du tourisme lié au site, tout est organisé en hébergements, restaurants… et bus. Et ils en profitent. Etant donné qu’il faut monter une montagne pour arriver sur le site du Machu Picchu, bien peu de gens s’y rendent à pied – pourtant, c’est tout à fait possible, il y a un sentier piéton (qui compte pas loin de 2000 marches!). La plupart optent pour le bus, qui vendent leurs billets 12$ l’aller (10€ environ), 24$ l’aller-retour.

Pour notre part, nous trouvions que la compagnie de bus abusait vraiment sur les tarifs, et il était hors de question de nous payions l’aller-retour. Déjà l’aller simple nous mettait hors-budget. Par contre, nous avons vu conseillé un peu partout que si vous avez opté pour un billet avec une des deux randonnées, il valait mieux préserver ses forces et monter en bus sur le site, histoire de réussir à faire la rando ensuite, et c’est ce que nous avons choisi de faire. Nous avions prévu de redescendre à Aguas Calientes à pied.

Vous l’aurez compris, le Machu Picchu, ça coûte cher et ce n’est pas du tout simple d’accès (à moins d’avoir le budget pour se payer le train). Notre programme était réparti sur trois jours:

  • mardi 9 avril > trajet Cuzco vers Hidroelectrica en minibus puis marche sur 11km jusque Aguas Calientes
  • mercredi 10 avril > montée sur le site en bus, visite du site et randonnée la Montaña, redescente à Aguas Calientes à pied
  • jeudi 11 avril > retour vers Hidroelectrica à pied sur 11km, puis minibus jusque Cuzco

En mode petit budget comme nous l’avons fait, ça nous est tout de même revenu par personne à 56€ (site + rando) + 28,5€ de minibus (aller-retour Cuzco-Aguas Calientes) + 10€ de bus Aguas Calientes-Machu, soit 94,5€, sans compter l’hébergement ni les repas. Sachant que notre budget au Pérou était de 27€ théoriques par jour et par personne, autant vous dire que nous étions largement hors-budget, même en faisant attention. Du coup, niveau hébergement, nous n’avons pas fait les difficiles et avons opté pour le moins cher possible, à savoir une nuit en dortoir dans une auberge.

• Jour 147 – mardi 9 avril 2019 – On the road from Cuzco to the Machu Picchu •

Nous avions rendez-vous à 7h sur une des places principales de Cuzco. Après avoir laissé l’essentiel de nos affaires (notre gros sac à dos en tête) à notre GH de Cuzco, où nous revenions après notre excursion au Machu, nous sommes partis avec très peu d’affaires.

Le bus passe par des routes de montagnes très élevées (nous avons passé une partie du chemin dans les nuages). Après une première pause-pipi assez longue vers 9h, le bus a continué jusqu’au déjeuner. Là, nous n’avons pas trop compris, le chauffeur et le guide ont annoncé que ceux qui avaient pris l’option déjeuner pouvaient aller manger dans le restaurant, les autres, débrouillez-vous – euh, mais personne ne nous a jamais parlé de cette option restaurant…?! (du coup, nous nous sommes retrouvés à grignoter des chips sur le bord du minibus… nous avons assez peu apprécié).

la pause lunch devant un site archéologique 🙂

L’essentiel du trajet se fait sur des routes étroites, sinueuses et à flanc de montagne, franchement ce n’est pas hyper rassurant. D’ailleurs, j’ai lu pas mal de témoignages et parlé directement avec des gens dont le chauffeur abusait carrément sur l’accélérateur et qui se sont vraiment fait des grosses frayeurs! Le notre a heureusement été cool à ce niveau-là et nous n’avons pas eu peur de sa conduite.

Nous sommes arrivés à Hidroelectrica vers 14h30, complètement cuits après ces 7h de trajet et en ayant à peine mangé à midi, et il fallait encore faire 11km à pied avant d’arriver à destination…!

A Hidroelectrica

Le trajet à pied longe les rails du fameux train en fait, donc c’est très facile de le suivre, d’autant que vous ne serez pas seuls – c’est un sentier évidemment très fréquenté. Malheureusement pour nous, il a commencé à pleuvoir pendant notre marche, mais rien de bien méchant. Le seul souci c’est que nous avions regardé la météo avant de partir de Cuzco et qu’il ne devait pas pleuvoir, donc nous n’avions pas pris nos capes de pluie… bon, tant pis…

A l’exception de la fatigue, le chemin est en fait assez sympa, on passe au pied des montagnes, les vues sont vraiment superbes. Nous avions hâte d’arriver donc nous n’avons pas traîné, et avons réussi à boucler les 11km en 2h10 (de la descente du bus à l’arrivée à l’auberge). Notre auberge était sur les hauteurs d’Aguas Calientes donc nous avons vraiment eu du mal à terminer le trajet (cette montée finale nous a complètement achevée), mais à 17h nous étions posés dans la chambre! Nous la partagions avec un argentin qui voyageait seul.

Aguas Calientes est en vue!

Nous avons eu beaucoup de mal à ressortir ensuite, mais nous voulions forcément aller manger (surtout vu le peu que nous avions avalé le midi…) et également acheter notre billet de bus pour monter sur le site le lendemain; nous sommes donc repartis avec l’argentin en direction de la compagnie de bus, puis avons mangé dans un petit restaurant qui proposait un menu touristique pas cher (mais pas très bon non plus). Après cette longue journée, nous n’avons pas mis longtemps à nous endormir – d’autant que nous devions nous lever tôt le lendemain matin 🙂

• Jour 148 – mercredi 10 avril 2019 – Machu Picchu •

Notre billet d’entrée pour le site était à 8h, ce qui signifie qu’il ne sert à rien d’arriver plus tôt, vous ne pourrez pas entrer. Le site ouvre en vrai nettement plus tôt que ça, donc j’avais fait (à regret) mon deuil de l’idée des photos-sans-personne-dessus.

Nous avons petit-déjeuné à l’auberge à 6h15, sommes partis faire la queue pour le bus à 6h50 (c’est un concept les bus! la queue s’étend littéralement sur toute une rue..!), sommes montés dans un bus à 7h30 et sommes arrivés devant le site à 7h50. Il a recommencé à pleuvoir à ce moment-là, et nous avons vraiment regretté nos capes de pluies laissées à Cuzco… heureusement, ça n’a pas duré, mais le ciel est resté très très couvert, et comme nous étions à 2600m d’altitude, nous étions dans les nuages, donc visibilité pas géniale…

Plutôt que de commencer par la visite du site archéologique, nous nous sommes dirigés directement vers l’entrée de la Montaña. Normalement, nous ne pouvions pas accéder au sentier avant 9h, mais le contrôleur a été sympa et nous a laissés passer.

Nous ne savions pas trop dans quoi nous nous engagions en prenant le billet pour cette randonnée en fait. Nous ne savions même pas combien de temps était censé durer la montée, c’est pour dire. Nous savions juste que ça nous permettrait d’avoir une vue d' »au dessus » du Machu Picchu et que la Montaña était moins rude physiquement que le sommet du Huayna Picchu. J’avais lu sur des blogs des témoignages qui n’avaient pas spécialement l’air d’avoir trouvé ça dur. Nous avons vite déchanté! Après recherche, il y a 1900 marches et 550m de dénivelé positif (on est à +3000m à l’arrivée en haut) pour une distance très courte finalement!

Nous crapahutons depuis 5 mois maintenant, je pense pouvoir dire que nous sommes en bonne forme physique, nous avons l’habitude des très longues marches, avons plusieurs randos à notre actif, mais la Montaña a été clairement la plus dure que nous ayions eu à faire jusqu’à présent. Ca ne fait que monter sec du début à la fin. Au bout de 15mn, nous n’en pouvions déjà plus et nous demandions aux personnes que nous croisions si c’était encore long (étant donné que nous n’avions aucune idée de la durée théorique de la rando…). Nous avons franchement eu peur vu que sur les trois premières personnes à qui nous avons demandé, deux nous ont répondu ‘je ne sais pas, j’ai abandonné avant la fin« … Ah, mais c’est rassurant tout ça! (et bête aussi: c’est vraiment dommage de payer l’entrée de la rando pour ne pas la terminer… nous ne voulions pas repartir en bas sur un échec, donc nous avons persisté malgré la difficulté, en faisant énormément de mini-pauses!)

Au final, je pense que nous avons malgré tout eu un bon rythme, puisque nous n’avons été dépassés par personne, alors que nous dépassions régulièrement d’autres randonneurs. Et clairement, tous (y compris nous…!) avaient l’air de vraiment souffrir et trouver ça difficile. Pendant toute la montée, les randonneurs qui descendent nous indiquent le temps restant – on ne compte plus les fois où on nous a répondu « plus que 30mn! » – à la fin on leur disait même « pitié, ne nous dites pas qu’il reste encore 30mn, ça fait des plombes qu’on nous répète ça »!. Nous avons été talonnés pendant une partie du chemin par une indienne qui était dans le même état que nous et qui nous demandait de traduire les infos qu’on récupérait de touristes français – elle aussi a été à deux doigts d’abandonner, mais elle est arrivée en haut finalement! Nous avons réussi la montée en 1h30 au total. Nous sommes restés en haut 30mn, et sommes rescendus en 1h environ.

Le vrai souci pendant cette montée a été la météo. Il ne pleuvait plus, mais le ciel était très couvert et nous ne voyions vraiment pas grand chose.

Aucune vue sur le Machu et une fois arrivés en haut, nous avons vu tous les gens qui avaient acheté un billet pour le créneau précédent qui étaient encore là à attendre que ça se dégage pour pouvoir prendre THE photo du site vu d’au dessus – on a parlé avec des gens qui attendaient depuis 1h30 que les nuages partent…

Au final, nous avons attendu 30 mn en haut (autant pour se remettre que pour avoir une photo correcte nous aussi). Malheureusement, le ciel ne s’est jamais totalement découvert, et nous n’avons eu qu’une vue partielle du site, que je vous mets tout de même ^^.

Nous sommes ensuite redescendus et là, nous avons eu plus de chance – le ciel s’est découvert petit à petit et nous avons finalement eu des vues splendides sur le site! Nous avons fait énormément de stops photos pendant la descente – également difficile physiquement: 1900 marches en descente, il faut faire attention à ses genoux…

Une fois redescendus sur le site, il était pas loin de midi, nous n’avions plus énormément de temps sur notre créneau pour visiter (encore que je ne pense pas qu’ils courent après les gens pour les mettre dehors), mais nous n’en pouvions plus et nous avions les jambes en compote. Le site se visite en suivant un chemin balisé (on ne peut pas revenir en arrière ni explorer où on veut). Nous nous y sommes promenés environ 1h30 avant de sortir, franchement fatigués. Et nous avions encore les 1700 marches à redescendre jusque Aguas Calientes…

 Honnêtement, sur cette dernière portion, j’ai cru que mes jambes allaient me lâcher. Elles tremblaient, nous avons dû faire énormément de pauses sur le chemin et pour le coup, nous étions de loin les plus lents, nous avons été dépassés par je ne sais pas combien de personnes. Une fois en bas, ça a été compliqué de remonter les marches qui menaient à l’auberge, et la douche a été plus que bienvenue. A nouveau, ressortir pour manger à été une vraie torture, mais on l’a fait ^^

• Jour 149 – jeudi 11 avril 2019 – Coming back from Machu Picchu •

Journée « retour à Cuzco » – la première étape a été de quitter l’auberge au moment du check-out (à 10h) et de redescendre l’escalier jusqu’à la rue principale. Et là, LA, nous avons vraiment compris qu’on avait peut être présumé de nos forces: nous avions des courbatures absolument DINGUES aux jambes, nous nous tenions aux murs pour descendre la moindre marche. S’asseoir (et se relever…!) ont été des vraies gageures. Nous rigolions tellement nous nous sentions ridicules. Je ne vous parle pas des 11km à pied le long des rails, dont on se serait vraiment passés – une fois à Hidroelectrica, nous avons été trop contents d’être arrivés suffisamment en avance pour pouvoir manger quelque part avant de remonter dans le minibus. Ca a vraiment été une journée compliquée (qui présageait des suivantes à Cuzco – nos courbatures post-Machu ont vraiment un peu gâché la fin de notre séjour au Pérou ^^).

Le trajet en bus jusque Cuzco a duré 6h, nous sommes arrivés vers 20h30 et nous nous sommes dépêchés d’aller dormir car le lendemain, c’était départ à 5h30 pour aller visiter la vallée sacrée…

image9 bis

Au final, on a beaucoup aimé cette visite, mais le Machu est une merveille qui, clairement, se mérite! C’est probablement le plus vieux site de ma bucket list voyage – il était sur une image d’illustration d’un planisphère sur une affiche de la bibliothèque de mon école primaire et depuis cette époque, je rêvais d’y aller! C’était véritablement un rêve de gamine que je réalisais là, et j’avais peur d’être déçue. Finalement, pas du tout, le site est absolument splendide, majestueux, et finalement, j’ai bien aimé le challenge physique qui renforce ma satisfaction d’avoir réussi 🙂

De toutes les nouvelles merveilles du monde que nous avons vues (il ne nous manque que Chichen Itza et Petra), c’est ma préférée! (Seb par contre a préféré le Colisée et la Muraille de Chine mais il est difficile). image9 bis

Quelqu’un est déjà allé au Pérou / au Machu Picchu? est-ce que c’est un pays qui vous tente?

2 réflexions au sujet de « Carnet de bord TDM – Le Pérou #3: le Machu Picchu 📷 »

  1. Tant mieux pour les billets achetés la veille. Je pense que j’aurais pris la même randonnée que vous car j’ai aussi le vertige. Et le trajet en bus pour y arriver m’aurait bien fait peur ^^ Beau challenge physique en effet et une vue qui se mérite ! Heureusement que ça s’est dégagé en redescendant. Les photos sont vraiment magnifiques, c’est super beau ! Mais je ne suis pas du tout en condition physique optimale pour le faire un jour ^^
    (J’ai hâte de voir tes photos de Petra car c’est une merveille qui me tente énormément !).

    • alors pour Pétra ce ne sera pas pour tout de suite puisque c’est la seule qui n’est pas au programme du tour du monde 🙂 mais on va essayer d’y aller dans les 2 ou 3 ans à venir je pense 🙂 notre premier gros voyage en rentrant n’aura rien à voir (c’est une croisière avec des amis aux caraïbes en janvier prochain pour fêter nos 30 ans :))

      je pense que le Machu est faisable sans être en super condition physique, mais il faut avoir les sous 🙂 et ne pas prendre de randonnée comme nous lol. Merci pour les photos 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *