Soeurs – Bernard Minier

Synopsis: 

Mai 1993. Deux sœurs, Alice, 20 ans, et Ambre, 21 ans, sont retrouvées mortes en bordure de Garonne. Vêtues de robes de communiantes, elles se font face, attachées à deux troncs d’arbres.
Le jeune Martin Servaz, qui vient d’intégrer la PJ de Toulouse, participe à sa première enquête. Très vite, il s’intéresse à Erik Lang, célèbre auteur de romans policiers à l’œuvre aussi cruelle que dérangeante. Les deux sœurs n’étaient-elles pas ses fans ? L’un de ses plus grands succès ne s’appelle-t-il pas La Communiante ?… L’affaire connaît un dénouement inattendu et violent, laissant Servaz rongé par le doute : dans cette enquête, estime-t-il, une pièce manque, une pièce essentielle.
Février 2018. Par une nuit glaciale, l’écrivain Erik Lang découvre sa femme assassinée… elle aussi vêtue en communiante. Vingt-cinq ans après le double crime, Martin Servaz est rattrapé par l’affaire. Le choc réveille ses premières craintes. Jusqu’à l’obsession. Une épouse, deux sœurs, trois communiantes… et si l’enquête de 1993 s’était trompée de coupable ? Pour Servaz, le passé, en resurgissant, va se transformer en cauchemar. Un cauchemar écrit à l’encre noire.

image9 bis

Mon avis: 

Cinquième tome de la série qui suit Martin Servaz, Soeurs peut pourtant se lire indépendamment des autres sans trop de souci. Le roman pourrait presque être considéré comme un préquel: une bonne partie du récit se déroule en 1993, alors que Servaz n’est qu’un jeune flic…

Soeurs, c’est donc une enquête qui se déroule sur deux époques, 1993 et 2018, avec Servaz comme « liant » entre les deux. On a même un prologue qui se déroule à une troisième période, en 1988. Au début, je craignais que l’auteur ne saute d’époque en époque selon les chapitres et j’avais peur de tout mélanger, mais en fait non, les époques se succèdent chronologiquement sans être imbriquées. En 1993, on retrouve deux sœurs mortes, habillées en tenue de communiante. Les enquêteurs se rendent vite compte que ça ressemble fort au scénario du livre d’un auteur à succès, Erik Lang…

Des années plus tard, en 2018, alors que l’enquête est bouclée depuis longtemps, la femme d’Eril Lang est retrouvée morte à son domicile: y a-t-il un lien entre les deux affaires?

Comme d’habitude avec Minier, rien à redire côté écriture. L’intrigue est bien ficelée, c’est très efficace, et on a vraiment envie d’arriver à la fin pour avoir le fin mot de l’histoire (d’autant que l’auteur a le chic pour glisser des phrases comme « il trouva quelque chose qui lui fit comprendre ci ou ça », terminer là le chapitre et ne plus en parler ensuite: on attend les explications..).

Je reste malgré tout un peu déçue par la fin, que j’ai trouvée un peu fade et manquant d’envergure. Glacé reste pour moi le chef-d’oeuvre de l’auteur, qu’aucune de ses suites n’a été capable d’égaler. Soeurs est objectivement un bon polar, mais ce n’est pas le meilleur de son auteur.

En résumé:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *