Le secret d’Avalon (Les dames du lac, tome 3) – Marion Zimmer Bradley

Synopsis: 

L’inoubliable saga des Dames du Lac, prolongée dans Les Brumes d’Avalon, nous faisait revivre l’histoire du roi Arthur, depuis sa naissance sous l’égide de Merlin jusqu’à la mort du roi-héros et à sa mystérieuse translation dans l’île d’Avalon. A la fois finale et prologue de cette vaste épopée, ce volume nous ramène aux sources de la légende. En ce temps-là, les légions de Rome prennent pied sur le sol de Grande-Bretagne. Face à elles, un peuple farouche et désuni va se forger une âme commune dans une lutte de plusieurs siècles. Cependant, réfugiés sur l’île sacrée, invisible derrière sa ceinture de brumes, Druides et Prêtresses vont gouverner le cours de cette histoire sanglante. Comment Dierna, Viviane, Caillean vont préparer l’avènement du roi Arthur ; comment la Reine des fées va leur prêter son concours ; quelles paroles prophétiques Merlin prononcera-t-il aux frontières du Pays d’Eté : tels sont les secrets révélés dans cet envoûtant récit, enraciné aux confins de la Magie et de l’Histoire…

image9 bis

Mon avis: 

Après une sympathique découverte des légendes arthuriennes avec les deux tomes principaux des Dames du Lac, je me suis penchée sur ce dernier tome qui est en fait un recueil de trois nouvelles, se déroulant à trois époques différentes, toutes antérieures aux événements décrits dans la saga. Et je dois avouer qu’à part la dernière… je n’ai pas accroché du tout. 

Le livre commence par un looong listing de personnages et de noms de lieux « romanisés » (utilisés à l’époque romaine) pour qu’on s’y retrouve. Malheureusement, avec les ebooks, ça n’est pas évident de revenir voir l’index à chaque nom propre, et du coup j’étais complètement perdue à la lecture avec tous ces noms de personnages (qui sont parfois apparus ailleurs dans la saga mais avec une autre orthographe) et les noms antiques de lieux… Il y en avait tout simplement beaucoup trop. Et quand on commence à se familiariser avec certains, la nouvelle s’achève, on passe à la suivante et il faut ré-assimiler toute une flopée de nouveaux noms propres..! Pesant. 

En dehors de ce point qui m’a pas mal plombé ma lecture, j’avoue que je n’ai vraiment pas réussi à rentrer dans les deux premières nouvelles, qui n’ont absolument pas éveillé d’intérêt chez moi et à la lecture desquelles je suis restée vraiment froide et extérieure. Je finissais par les survoler. Aucun des personnages ne m’a paru vraiment prenant ou attachant, je n’arrivais pas toujours à même simplement saisir quelle était l’intrigue du récit et/ou les enjeux… bref, j’ai failli abandonner. La dernière nouvelle, la plus tardive d’un point de vue chronologique (on y raconte la jeunesse de Viviane, qu’on suit de loin en loin dans les Dames du lac – c’est d’ailleurs la seule nouvelle vraiment en lien avec cette fameuse série, les autres se déroulant plusieurs siècles auparavant) est plus accrocheuse, justement parce qu’elle nous ramène vers des protagonistes connus, et c’est nettement plus intéressant à lire. Dommage qu’il faille attendre si loin dans le livre pour y trouver un intérêt 🙁

Il y a en fait dans la plume de l’auteure quelque chose qui me gêne, que je trouve très plat et sans saveur; dans les Dames du lac, c’était gênant mais j’arrivais à passer outre car l’aspect historique et légendaire me parlait beaucoup; là, dans les récits qui n’y sont pas directement rattachés, je n’ai pas réussi à me défaire de ce malaise à la lecture.

Les dames du Lac fait en fait partie d’une saga plus vaste de l’auteure, qui s’appelle le cycle d’Avalon; d’un point de vue chronologique, ce sont justement Les dames du lac qui clôture le cycle d’Avalon, les autres tomes (celui-ci compris) sont tous antérieurs, certains assez largement. A part les deux tomes des dames du lac, tous peuvent se lire indépendamment, j’ai donc attaqué le tome 2 (Les ancêtres d’Avalon) après celui-ci, voulant découvrir le reste de la série (à défaut d’avoir trouvé le premier, qui n’est plus édité). Malheureusement, comme pour les deux nouvelles du Secret d’Avalon, impossible de rentrer dans le récit, trop de noms bizarroïdes auxquels je n’arrivais pas à me raccrocher… j’ai abandonné le roman – et la saga avec 🙁 

En résumé:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *