Tour du monde, les bilans: #6 – Le Japon

Petite, je dévorais les Sailor Moon que j’empruntais à la bibliothèque; depuis, j’ai acheté l’intégrale de la série (deux fois), j’ai dévoré les DVDs de l’animé (en VOST) que m’a offert Seb il y a quelques années, j’ai découvert d’autres mangas (Fullmetal Alchemist, Dragon Ball, Love Hina, Nana…), j’ai appris à aimer (vénérer serait plus juste) les sushis, et surtout, j’ai rencontré Seb, qui a vécu un an au Japon il y a douze ans. Autant de raisons qui font que le Japon était en tête de liste des pays à visiter pour moi depuis bien longtemps – c’est désormais chose faite!

Et un pays pour lequel j’avais autant d’attentes – même Seb, car il avait peur d’avoir mis le pays sur un piédestal dans sa tête depuis douze ans et de tomber de haut en y retournant – était un risque: allait-on aimer autant que ce qu’on pensait?

La réponse est un grand, un gigantesque OUI 😀 on a ADORE le Japon (ce n’était pas une découverte pour Seb mais il a adoré y retourner, et moi j’ai adoré ce que j’ai découvert). C’en était au point où on s’imaginait presque aller vivre là-bas (en tout cas, de tous les pays visités jusqu’ici, c’est le premier dans lequel on se dit « on se verrait bien y habiter »), et ça m’a donné envie de me (re)mettre au japonais. Seb m’avait donné quelques leçons il y a 10 ans, j’en ai gardé des traces (presque plus qu’en espagnol – langue pour laquelle je suis très nulle alors que je l’ai étudiée 7 ans), j’arrive à distinguer des mots, mais pas assez pour bien comprendre… et face à quelqu’un qui parle japonais à peu près couramment, c’est vite frustrant! Je ne me sentais pas du tout au niveau et j’ai bien envie de me pencher sur la langue à notre retour en France.

Vous l’aurez compris… quitter le Japon a été un crève-coeur pour nous et on espère bien y retourner, sans attendre douze ans cette fois 🙂

Voilà notre circuit (assez restreint finalement): Tokyo – Osaka – Kyoto – Hiroshima/Miyajima – Tokyo

  • Nombre de jour de voyage: 14
  • Nombre d’hébergements différents: 7
  • Chambre la plus chère: Bnb + TCT3 à Tokyo (30,47€/nuit)
  • Chambre la moins chère: Dormy Inn à Osaka (64,66€/nuit)
  • Nuits comptées à part: 2 (Tokyo – Osaka et Hiroshima Tokyo en bus de nuit)
  • Trajet le plus long: Hiroshima – Tokyo en bus de nuit (12h de trajet)
  • Nombre total de photos: 797
  • Merveilles du Monde: aucune
  • Nombre de moyens de transport utilisés: 4 (Métro/JR line, bus, ferry, tram)
  • Dépenses totales: 1341,71€ pour deux

On ne donne pas l’argent directement dans la main quand on paie •

Ils ont toujours une coupelle dans laquelle on pose les sous, et ensuite les caissiers récupèrent. On sait jamais, ça peut servir de le savoir ^^

Les machines à l’entrée des restos pour commander / payer •

Dans beaucoup de petits restos (pas partout), on trouve des bornes à l’entrée, sur lesquelles il faut sélectionner ce qu’on commande et payer directement. On récupère un ticket qu’on donne ensuite à l’employé qui vous installe et s’occupera de vous amener la commande. Les machines sont en japonais mais ont des images des plats, donc pas besoin de comprendre ce qui est écrit (ça c’est cool :D), et ça permet d’aller plus vite en partant (pas besoin de faire la queue pour régler) 🙂

Les « pets cafés » 

Les japonais ont une telle densité de population qu’ils sont obligés d’habiter dans des espaces très petits, notamment dans les grandes villes (pas forcément adapté pour les animaux de compagnie donc). De plus, de nombreux propriétaires refusent la présence d’animaux chez leurs locataires. J’avais lu que ça pouvait être une explication au phénomène des « pet cafés » (à voir si c’est vrai…): en France, nous avons le concept des bars à chats (directement importé du Japon d’ailleurs), mais au Japon, ils vont beaucoup plus loin que ça. Concrètement, ils ont des « bars à » – pleins d’animaux différents. On peut trouver des bars à loutres (!) ou à serpents (!?), à lapins, chiens, hiboux/chouettes ou encore hérissons… le côté « café » est plus ou moins développé – parfois, c’est juste une excuse pour venir passer du temps avec les animaux. Dans l’idée, j’aime bien – surtout pour les chats ♥ -, après, à voir comment sont traités les animaux dans chaque endroit..

On a testé le « owl café »…

Les sièges dans le métro sont molletonnés et chauffés •

Et ça, ça n’a pas de prix, surtout en hiver ♥

• Les WC omniprésents et high tech •

Ceux qui sont déjà allés au Japon le savent: partout ailleurs, les toilettes, c’est le Moyen-Age quand on compare aux toilettes japonaises. On avait eu le bas du classement avec l’Inde au début du voyage à ce niveau, là on a atteint l’autre côté de l’échelle. On se demande ce que doivent penser les japonais des autres pays quand ils voyagent!

Concrètement, les toilettes japonaises, c’est quoi? ce sont des toilettes « électroniques » qui vous permettent (entre autres) de vous nettoyer les fesses après utilisation grâce à un petit jet d’eau. Et l’eau n’est pas froide: elle est tiède. C’est franchement agréable (tous les gens qui ont essayé vous le diront: on peut rester des heures aux toilettes au Japon :D), d’autant que le siège est également chauffé (en hiver: génial!), qu’on peut utiliser un jet spécial quand on est une fille, qu’on peut brancher une petite musique pour plus d’intimité (notamment dans les toilettes publiques), que le haut du réservoir est creusé est devient un lavabo pour se laver les mains pendant que la chasse se tire… bref… Seb est parti en commander un modèle direct pour notre future maison XD

Et notons bien que c’est vraiment la norme là-bas, on trouve ces toilettes absolument partout, même chez les particuliers, ce n’est pas réservé aux très riches. Certains toilettes vont avoir d’avantages d’options mais tous sont équipés à minima.

Exemple de télécommande WC 🙂

Le gros avantage aussi: on en trouve PARTOUT, et partout ils sont gratuits et propres. Dans tous les endroits publics, il y a des WC. Dans toutes les stations de métro, idem. Pour des touristes qui passent leurs journées dehors comme nous, franchement c’est génial (dans certains pays ça peut être un vrai casse tête…). En France il y a clairement beaucoup beaucoup moins de WC publics et c’est très souvent payant et sale… rien à voir avec le Japon! 

• La propreté générale •

Ca suit ce que je disais sur les toilettes: au Japon, tout est nickel. C’est super propre partout, tout le temps. On a dormi presque exclusivement dans des hôtels / GH avec sdb commune et ça a toujours été immaculé. Les espaces publics sont cleans. Pas de déchets par terre dans les rues. Les onsens (bains publics) me faisaient un peu peur en terme d’hygiène mais j’ai rarement vu d’endroits plus propres – après avoir enchaîné les pays où les déchets étaient rois, ça fait du bien!

• Le côté « confort oriented » •

les rabats dans les bus 🙂

J’en reviens encore une fois à mes WC – déjà décrits – mais de manière plus générale, beaucoup de choses au Japon sont axées sur le confort de l’usager. Par exemple, les sièges chauffants dans le métro. Dans les bus de nuit, nous avons systématiquement eu des couvertures et des rabats à mettre au dessus de notre visage pour s’isoler et cacher la lumière. Tout ce qui est « service » est pensé en terme de confort et c’est très agréable 🙂

Au Japon, le premier étage correspond au rez-de-chaussée pour nous 

C’est con mais ça sert quand on prend l’ascenseur, parce que ça décale la numérotation de tous les étages 🙂

L’épilation (notamment du maillot) est considérée comme très olé olé 

C’est flagrant dans les onsens (même si je n’ai pas vu grand monde nu, y ayant étant essentiellement été seule): les japonaises n’ont pas le même rapport que les occidentales à l’épilation, notamment des parties intimes, très majoritairement laissées en friche – Seb m’a expliqué que l’épilation au Japon est considérée comme très provocante, limite prostitution.

infos dégotées ici: https://www.suteki.fr/category/divers/ 🙂

C’est la première fois depuis notre départ que j’ai eu du mal à trouver de quoi noter dans cette partie 😀 j’ai quand même trouvé deux choses:

• Faire son visa chinois au Japon •

De toute façon, même en France ça aurait été hyper relou. Au moins, c’était nettement moins cher au Japon; mais c’était beaucoup de stress, de paperasse inutile, et surtout d’employés ne parlant pas anglais. Et là c’est un peu abusé – heureusement que Seb parlait japonais parce que moi toute seule j’y serais encore 🙁

Les transports en commun dans les grandes villes •

Bien sûr, c’est à Tokyo qu’on a trouvé la plus grande nébuleuse, mais honnêtement j’ai trouvé le système de métro et de bus hyper complexe partout. Les lignes ne sont pas toutes reliées entre elles et c’est franchement compliqué à appréhender, d’autant que rien n’est expliqué en anglais et que pas mal de panneaux ne sont écrits qu’en japonais. Seb a été moins frappé parce qu’il y avait déjà vécu et qu’il connaissait un peu le système mais encore une fois, je pense que des gens qui ne parlent pas japonais (comme moi…) seuls seraient très emmerdés

Ca va aller vite: tout le reste 😀  Comment ça, des détails? Bon, allez:

• La bouffe ♥️ •

Ai-je vraiment besoin d’expliquer? 😀

Je sais que certains ne sont pas amateurs de nourriture japonaise, de poissons crus etc (j’ai pas mal d’amis qui ne mangent pas de sushis… je ne vais pas dire que c’est honteux vu que je suis moi-même hyper difficile sur plein d’autres trucs… on va juste en conclure qu’il y en a plus pour moi :D).

Pour être honnête, il y a des spécialités japonaises dont je ne suis absolument pas fan (okonomiyakis, takoyakis, yakitoris… bof bof). En revanche, la grosse majorité c’est juste un kif intégral pour moi. En France, moi qui suis très difficile, je passe mon temps à dire que je pourrais manger japonais à tous les repas, là, c’était juste le paradis pour moi, et deux semaines à ce rythme ne m’ont pas lassée du tout, au contraire, j’ai l’impression de ne pas en avoir eu assez. Entre les sushis, les tempuras, les chirashis, les gyozas, les ramens, la salade de pomme de terre à tomber, le curry rice, la soupe miso, les onigiris et les bentos en tout genre… je veux y retourner ♥♥

Je pense toujours au soir de notre arrivée: je n’avais pas très faim, Seb a mangé un ramen et je me suis contentée d’un bol de riz avec un oeuf par dessus. Le truc le plus bête du monde… et c’était EXCELLENT mon dieu. J’en mangerais tous les jours :’)

L’efficacité à la douane 

Notre passage a duré 20 secondes. Vingt SECONDES. Quand tu penses qu’aux Philippines on était arrivés en pleine nuit et qu’on avait dû attendre DEUX HEURES pour passer la douane… merci les japonais!

Le respect général / politesse les uns envers les autres, et l’ambiance générale •

C’est un pays très calme et à la fois un peu foufou, tu sens qu’ils bossent beaucoup (seulement 10 jours de congés payés par an au Japon…), mais du coup ils ont besoin de leur temps libre pour vraiment se défouler. Il y a un gros contraste entre les messages officiels et la forme (énormément d’infos et de messages sont écrits / passés avec des dessins / mangas, que ça soit dans le métro, dans les restos… ils ne se prennent pas au sérieux!).

A côté de ça, malgré la densité de population très forte dans les grandes villes, les japonais sont hyper respectueux, ils ne font pas de bruit (dans les hôtels capsules on avait peur d’avoir beaucoup de nuisances sonores mais pas du tout), dans le métro ils sont hyper organisés, bref, après le chaos de l’Inde par exemple, c’était tellement mieux et reposant!

Miyajima et Fushimi-inari (ben oui quand même…) 

En parlant de ces deux endroits, je vous invite à aller lire cet article super bien fait sur les torii 🙂

Beaucoup de visites gratuites ou très peu chères •

Nos visites représentent à peine 1% de notre budget au Japon (contre 28% au Cambodge par exemple), on a bien apprécié vu le coût de la vie par ailleurs!

(Calculé selon le taux de change en vigueur actuellement, pour 14 jours de voyage. Au départ, nous pensions rester 22 jours)

Notre budget prévisionnel tablait sur un coût de la vie égal à 69 euros par jour et par personne au Japon. Nous étions donc partis sur 69 euros x 22 jours = 3036€ pour deux. Comme nous sommes restés moins longtemps que prévu, le budget théorique pour 14 jours est passé à 1932€ pour deux.

Nous avons finalement atteint un budget total de 1341,71€ pour deux, soit 670,9€ par personne.

Budget du Japon pour deux personnes: 70€ pour les extras, 8€ pour les visites, 343€ pour les transports, 448€ de nourriture et 472€ de logement, pour un total de 1371€

Notre moyenne était de 47,9€ par jour et par personne, ce qui était nettement en dessous des 69€ théoriques. La basse saison nous a probablement aidé (on pense que les hôtels sont plus chers l’été), et nous avons volontairement beaucoup dormi dans des hôtels capsules pour économiser. Nous n’avons pas énormément bougé non plus, donc nous n’avons pas un budget transport déconnant (beaucoup de gens au Japon prennent un pass pour prendre le TGV qui est très cher – nous n’avons pris que 3 bus grandes lignes).

image9 bis

Si quelqu’un est déjà allé au Japon, je serais curieuse d’avoir son avis 🙂

  sinon, c’est un pays qui vous tente?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *