Avalanche hôtel – Niko Tackian

Synopsis: 

Janvier 1980, à l’Avalanche Hôtel, sublime palace des Alpes suisses. Joshua Auberson, agent de sécurité, enquête sur la disparition d’une jeune cliente, avec un sentiment d’étrangeté. Quelque chose cloche autour de lui, il en est sûr. Le barman, un géant taciturne, lui demande de le suivre dans la montagne, en pleine tempête de neige. Joshua a si froid qu’il perd conscience…

… et revient à lui dans une chambre d’hôpital. Il a été pris dans une avalanche, il est resté deux jours dans le coma. Nous ne sommes pas en 1980 mais en 2018. Joshua n’est pas agent de sécurité, il est flic, et l’Avalanche Hôtel n’est plus qu’une carcasse vide depuis bien longtemps. Tout cela n’était qu’un rêve dû au coma. Un rêve, vraiment ?

image9 bis

Mon avis: 

Deuxième roman de l’auteur à mon actif, j’avais découvert Niko Tackian avec son premier livre, conseillé par Franck Thilliez. J’avais bien aimé mais sans plus, et j’attendais de voir ce que cette seconde lecture allait donner. Bilan: ce que je n’avais pas aimé dans le premier est toujours présent et je n’ai pas senti d’amélioration.. 

Le pitch, c’est qu’on suit un trentenaire, Joshua, qui, en 1980, travaille à la sécurité d’un grand hôtel des Alpes Suisses. Une jeune cliente disparait et il est interrogé par la police. Il va suivre un homme mystérieux à la montagne, et se réveiller flic, en 2018, à travailler sur une autre disparition mystérieuse…

Niko Tackian est à la base scénariste, et on sent que les romans, ce n’est pas son métier premier. Concrètement, je trouve Avalanche hôtel beaucoup trop court. Il ne prend pas le temps de planter ni personnages, ni intrigue, ni atmosphère, et c’est dommage: tout va trop vite, on ne se pose pas, on ne découvre pas les protagonistes qui nous sont balancés comme ça et à qui, du coup, on ne peut pas s’attacher. L’enquête reste assez lointaine et on a du mal à vraiment s’immerger dans le texte et à s’y intéresser. Clairement, ça ressemble plus à une version « brouillon » d’un texte pas terminé – les idées sont là, mais il faudrait approfondir le tout… 

Le mélange d’époque (1980 / 2018) est aussi bancal et m’a laissée perplexe. Je n’ai pas trouvé cet aspect très maîtrisé et l’ensemble était assez confus. Embêtant quand tout le roman repose là-dessus..

C’est vraiment un regret car on sent malgré tout de bonnes idées, notamment en terme d’ambiance (qui se rapproche de Glacé de Minier, ou encore des Rivières Pourpres de Grangé, pour le côté enquête à la montagne en plein hiver). On sent aussi clairement l’inspiration qui traîne du côté de King et Shining (l’hôtel isolé abandonné en hiver à la montagne encore..) – autant de textes excellents et très aboutis. Bref, une déception pour ce roman qui avait de bons points mais qui n’a pas été assez travaillé pour moi.

En résumé: 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *