Le dragon des glaces (L’assassin royal tome 11) – Robin Hobb

Synopsis: 

La narcheska Elliania, des îles d’Outre-mer, a lancé au prince Devoir un défi : il doit lui rapporter la tête du dragon Glasfeu s’il veut l’épouser. Il lui faut donc se rendre sur l’île d’Aslevjal où se trouve le monstre, prisonnier de la glace. Mais le jeune homme a fort à faire pour convaincre les Outrîliens de le laisser partir. Après de longs pourparlers et des préparatifs à Castelcerf, le prince prend enfin la mer, accompagné de Fitz et d’Umbre. Hélas, à la suite des machinations de ce dernier pour l’empêcher de se joindre à eux, le fou, qui a prédit à Fitz sa mort à Aslevjal, demeure retenu dans les Six-Duchés.
Lorsque le groupe aborde l’île et son glacier, il installe son campement sur le site où gît le dragon, dans un froid polaire, parmi des plaines de glace et de neige entrecoupées de fractures et de crevasses. Mais, au moment où on commence à creuser, des événements inquiétants surgissent, qui mettent en danger l’expédition. Pourquoi ? Qui en est à l’origine ?

image9 bis

Mon avis: 

Le tome 11 de la saga nous plonge enfin dans ce qu’on attendait depuis la fin du 9: la quête de Devoir qui doit couper la tête d’un dragon prisonnier d’un glacier pour épouser la narcheska Elliania.

Le tome 10 avait été consacré aux préparatifs, le 11ème sera celui du trajet à proprement parler (j’imagine qu’on rencontrera le fameux dragon dans le tome 12). Le voyage s’effectuant par bateau, une bonne partie du texte se déroule sur l’eau. Fitz et Umbre ont réussi à empêcher le Fou d’embarquer (pour lui éviter la mort qu’il s’est lui-même prédit s’il devait les accompagner), et cette trahison qui met Fitz si mal à l’aise m’a également un peu torturée.

Le voyage se déroule assez mal, notamment à cause de Lourd, qui souffre d’un mal de mer terrible; tout l’équipage en pâtit, et ses relations avec Fitz se dégradent. Le prince, de son côté, semble se rapprocher d’Elliania à la fin (alors que ce n’était pas gagné du tout au début de leur relation).

En parallèle de ce long voyage, le personnage d’Ortie prend de l’importance et son identité va enfin être révélée. Je suis très curieuse de lire la suite à ce propos, tout comme de voir comment va évoluer le clan d’Art, qui semble fonctionner sur un équilibre des plus précaires.

La fin du roman nous laisse sur un gros, gros cliffhanger que je n’avais pas du tout vu venir et je me demande bien comment Fitz va gérer ça dans le 12, que j’attaque dès maintenant 🙂

En résumé: 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *