Carnet de bord TDM – le Japon #1: Osaka et Kyoto

Je vais démarrer cet article un peu bizarrement: nous n’avons pas attaqué le Japon par Osaka, mais par Tokyo. Seulement, nous n’y sommes restés que très peu de temps pour aller faire nos demandes de visas pour la Chine, et nous revenions à la fin de notre séjour japonais, je prévois donc un article à part sur Tokyo, et je vais démarrer cet article par notre second stop japonais: Osaka 🙂

image9 bis

Jour 71 – jeudi 24 janvier 2019 – Osaka

Pour ceux qui ne le sauraient pas, Seb a vécu au Japon pendant un an, entre sa première et sa terminale. Ca fait douze ans; il avait vécu dans plusieurs familles et ça lui a notamment permis de bien parler japonais. C’était un gros plus pour nous lors de notre séjour 🙂 Et quand il habitait ici, il n’était pas à Tokyo, mais dans une ville qui s’appelle Takatsuki, pile entre Kyoto et Osaka. La journée du 24 janvier a été essentiellement consacrée à une sorte de « pélerinage » pour lui, de retourner sur les lieux qu’il connaissait il y a 12 ans (son ancien quartier, son ancien lycée…).

Nous avons attaqué la journée en descendant du bus (nous avions pris un bus de nuit à Tokyo la veille au soir) un peu avant 7h du matin. Nous sommes partis à pied à l’hôtel déposer nos gros sacs, nous sommes installés un petit moment dans un café pour souffler un peu (et apprendre au passage la naissance du fils d’un couple d’amis ^^) et nous nous sommes mis en recherche du métro, direction Takatsuki. (Kyoto et Osaka sont des villes très proches et facilement reliables via métro / JR line, un équivalent japonais du RER. Takatsuki étant pile entre les deux, c’était très pratique ^^).

Nous avons déambulé un moment à Takatsuki; Seb n’a pas reconnu énormément d’endroits à part la station de métro, le lycée et son ancienne librairie, mais il était tout de même ému d’y être allé – et du coup, moi aussi (on s’est rencontrés juste après qu’il soit rentré du Japon et ça fait plus de 11 ans que je l’entends me parler de son année là-bas!).

De retour à Osaka, nous avons fait un tour au Pokémon Center puis déambulé du côté du Shinsekai market, où nous avons déjeuné, puis d’un quartier orienté « jeux vidéos » (Den den ton), et enfin le Kuromon Ichiba Market (où nous avons vu notre premier 100 Yen shop).

Nous sommes retournés à l’hôtel faire le check-in – cet hôtel-là était le plus cher de tous nos hébergements japonais: nous avions une chambre privée, avec salle de bain privative, mais l’hôtel disposait également d’un onsen (source chaude / bain public). Nous avons donc été en profiter – Seb l’avait déjà fait pas mal de fois lors de son année au Japon, mais l’expérience « bains public » (= se mettre nu devant tout le monde) était une grande première pour moi et je n’étais pas du tout à l’aise. J’aurais préféré pouvoir y aller avec lui mais, comme dans beaucoup d’endroits, l’onsen de l’hôtel n’était pas mixte… j’ai donc pris sur moi pour y aller seule ^^. Et au final, j’ai stressé pour rien: j’ai été seule tout le long! Une dame (encore habillée) est rentrée au moment où moi je ressortais (rhabillée).

Aller dans un onsen fait vraiment partie des cases à cocher sur sa to-do list quand on se rend au Japon! Quand on arrive, on se déshabille dans un vestiaire, on pose ses affaires dans un casier, puis on se lave (l’idée, c’est d’être propre avant d’entrer dans le bain, pour ne pas se baigner dans la crasse des autres). Et j’ai été très surprise par l’extrême propreté des lieux, c’était vraiment immaculé! et c’était juste super agréable ce grand bain très chaud 🙂 (je pense que j’aurais moins apprécié avec des gens cela dit, là j’ai eu de la chance d’être seule).

Dans les vestiaires de l’onsen, il y avait aussi une balance, ce qui nous a permis de nous peser pour la première fois depuis notre départ mi-novembre: j’ai perdu 6,5 kilos et Seb 5,5!

Le soir, nous sommes ressortis pour profiter de l’ambiance nocturne de Dotonbori, une sorte de Times Square japonais de la bouffe ^^ la spécialité là-bas, ce sont les takoyakis – ça fait partie des quelques plats japonais que je n’aime pas, donc je me suis rabattue sur un chirashi au saumon, excellent 🙂

Jour 72 – vendredi 25 janvier 2019 – Osaka et Kyoto

Notre première escale de la journée a été de faire un tour au Château d’Osaka. Seb n’avait pas gardé un souvenir impérissable de l’intérieur, qu’il avait déjà visité, donc nous ne sommes pas entrés et nous sommes contentés de l’observer de l’extérieur.

Nous sommes ensuite retournés à l’hôtel récupérer nos gros sacs, et avons marché jusqu’au métro pour prendre un train JR (équivalent du RER) jusque Kyoto. Nous en avons profité pour repérer une grande roue posée au sommet d’un immeuble (c’est bien japonais ça… :D), où Seb avait ses habitudes il y a 12 ans.Arrivés à Kyoto, nous avions prévu de passer notre première nuit dans un hôtel capsule (vous savez, ce concept japonais de dormir dans des sortes de capsules (logique) pour gagner de la place…). Finalement, ça s’apparente assez (en tout cas, là où nous étions) à un dortoir d’auberge de jeunesse, avec un poil plus d’intimité (lits regroupés deux par deux et on peut s’isoler à l’intérieur avec un rideau). Encore une fois, les parties communes étaient archi-propres, j’ai beaucoup apprécié. L’avantage de cet hôtel, c’est que malgré son statut d’hôtel capsule, (donc plutôt orienté pour les petits budgets), il disposait lui aussi d’un onsen 🙂

Nous sommes ressortis nous promener (Seb avait repéré des marchés à proximité de l’hôtel) mais ils étaient déjà fermés quand nous y sommes arrivés, donc nous avons finalement juste dîné avant de revenir à l’hôtel profiter de l’onsen. Ce qui était top, c’est que l’hôtel louait des yukatas pour 200 yens par personne (1,6€). Ce n’était pas indispensable… mais on les a loués quand même!

Cette fois-ci, à peine entrée dans le vestiaire, une dame nue ouvre la porte devant moi, je ne suis donc plus seule 🙂 (honnêtement: ça fait bizarre!). Quand faut y aller… je me déshabille à mon tour, pose mes affaires dans le casier puis pars me laver. Et en fait, à nouveau, dans le bain, j’ai été seule. Des gens sont rentrés au moment où je suis repartie sous la douche à la fin.

Jour 73 – Samedi 26 janvier 2019 – Kyoto

Première étape du jour: la forêt de bambous d’Arashiyama. Nous y sommes allés en métro et avons cru mourir de froid une fois ressortis des tunnels car nous sommes arrivés alors qu’il commençait à neiger sous un vent terrible… heureusement, ça s’est vite calmé. La forêt en elle-même était jolie mais hyper touristique (vu le temps, franchement, j’étais étonnée du monde) et nous ne nous sommes pas éternisés. Seb a voulu tester une spécialité locale dont j’ai oublié le nom (personnellement je n’ai pas trop aimé ^^).

Le deuxième stop était un endroit incontournable pour moi, un de mes trois « must-see » japonais: le temple d’or, ou Kinkaku-ji. Assez loin du métro, nous avons marché un moment pour y arriver, et nous avons eu de la chance pendant la visite car il a fait beau – il a commencé à re-neiger au moment où nous sommes sortis!

Vu le temps, nous ne nous voyions pas repartir à pied vers le métro, nous avons donc pris un bus pour nous ramener vers l’hôtel – le temps qu’on arrive, la neige tombait vraiment fort, c’était impressionnant! Dommage, ça n’a pas vraiment tenu 🙁

Le soir, nous avons fait notre premier restaurant de sushis au Japon – les restaurants où les sushis tournent sur des tapis qui passent devant les tables des clients! Le kif intégral. 😀

Jour 74 – Dimanche 27 janvier 2019 – Kyoto

Nous nous sommes levés aux aurores ce jour-là (à vrai dire, il faisait encore nuit) car nous avions une visite de mon second must-see japonais au programme, Fushimi Inari, et je voulais à tout prix y arriver avant la foule. Nous avons profité de l’excellent petit-déjeuner inclus de notre GH (nous avions changé d’hébergement) – honnêtement, le meilleur depuis notre départ en tour du monde – et sommes partis à 7h30.

Nous sommes arrivés à Fushimi-Inari à 8h, il faisait froid, il neigeait encore un peu, et pourtant, il y avait déjà du monde! Je n’en revenais pas. Le site est cependant suffisamment étendu pour nous permettre de faire quelques photos type « nous sommes seuls », bien que ça soit complètement faux ^^ L’endroit est superbe (et gratuit!).

Pour la petite histoire, Fushimi Inari Taisha a été édifié en 711, avant que Kyoto ne devienne la capitale du Japon. On y trouve 10 000 torii (les sortes d’arches orange/rouges). Ce sanctuaire de la religion shintoïste est dédié à la divinité Inari, dieu des céréales et symbolisé par un renard (dont on trouve énormément de représentations durant la visite). Ces torii ont été implantés suite à des dons de fidèles mais aussi et surtout à partir de dons provenant d’hommes d’affaire ou d’entreprises: les inscriptions en japonais sur les torii ne sont ni plus ni moins que les noms des donateurs 🙂

Nous sommes ressortis vers 9h et là c’était vraiment la foule, je n’ai pas regretté d’être arrivée plus tôt, je pense que les photos auraient été plus compromises sinon. Nous nous sommes ensuite promenés à Gion (quartier des geishas où, aujourd’hui, le business principal est la location de kimonos pour les visiteurs), puis avons remonté Sannenzaka (rue commerçante principale) vers le Kiyozimu-dera (un gros temple qui surplombe Kyoto). En chemin, nous nous sommes arrêtés dans une boutique Ghibli (j’adore) et avons acheté un jeu de cartes (on regrette depuis 2 mois de ne pas en avoir pris avant de partir).

Nous sommes ensuite repartis chercher nos sacs à la GH (nous changions à nouveau de GH) et sommes allés à notre point de rendez-vous: nous devions déjeuner avec Shiori, la petite copine japonaise d’un des meilleurs amis de Seb, Jérôme (qui, lui, habite en France). En fait, Shiori doit venir en France rencontrer les proches de Jérôme dans quelques semaines, mais comme nous ne serons pas encore rentrés, nous avons anticipé en allant la rencontrer directement dans sa ville 🙂  Elle nous a emmenés manger dans un petit restaurant très typique (assis par terre sur une table basse), c’était très bon 🙂

Nous avions beaucoup marché le matin donc nous sommes partis nous reposer à la GH l’après-midi. Le soir, nous devions à nouveau manger avec quelqu’un, cette fois-ci avec une amie d’un des frères aînés de Seb que nous connaissions un peu il y a quelques années et qui habite à Kyoto depuis 5 ans 🙂 Nous avons terminé la journée autour d’un thé chez elle, et nous sommes rentrés pour dormir un peu car le lendemain, c’était un départ à 5h45 du matin qui nous attendait – direction Hiroshima en bus!

image9 bis

Quelqu’un ici est déjà allé au Japon? ou a envie d’y aller?

Rendez-vous à Hiroshima et Miyajima pour le prochain article 🙂

5 réflexions au sujet de « Carnet de bord TDM – le Japon #1: Osaka et Kyoto »

  1. Ah le Japon, j’aimerais y aller un jour ! J’ai été bercée par tous les mangas et les animes ^^ Tes photos sont super chouettes, ça donne vraiment envie et même avec la neige !

  2. Coucou,
    J’ai adoré tes photos des torri, c’est magnifique.
    Ce doit être tellement dépaysant !!!
    J’ai rigolé également sur la photo avec la petite fille en habit traditionnel, avec ses basquettes « monstres » : quand le traditionnel rencontre la modernité?
    Vivement la suite …

  3. Ping : Carnet de bord TDM – Le Japon #3: Tokyo | Les chroniques de Totoro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *