La secte maudite (L’assassin royal, tome 8) – Robin Hobb

Synopsis: 

C’est une rude mission que Fitz, sous le nom de Tom Blaireau, accepte de la reine Kettricken : ayant endossé l’habit d’un valet, il doit ramener à Castelcerf le prince héritier, disparu vers des contrées lointaines dans de mystérieuses conditions. S’il retrouve facilement la trace du fugitif, grâce au lien magique qui l’unit à son loup, sa tâche n’est pourtant pas aisée, car le prince a été envoûté par une secte qui poursuit de sombres visées sur le royaume à travers leur otage. Placé sous l’influence mentale d’un animal étrange, l’adolescent a perdu le contrôle de ses pensées et obéit aveuglément à ses ravisseurs. Comment Fitz va-t-il parvenir à désensorceler celui qu’il considère comme son fils ? Peut-il compter sur le fou qui voyage avec lui, déguisé sous la vêture d’un riche seigneur ? Et son vieux loup, qui arrive exténué au terme de sa vie, aura-t-il assez de forces pour le seconder ? Une nouvelle fois, Fitz doit affronter sa douloureuse condition de bâtard et servir jusqu’au péril de sa vie ces princes auxquels l’attachent les liens du sang. Rien ne lui sera épargné des tortures et des humiliations, y compris de la part de ceux qu’il pourrait croire ses amis. Et, plus que jamais, le repos, auquel il aspire et que son âge devrait lui permettre, lui reste interdit.

image9 bis

Mon avis: 

Cette suite directe du Prophète Blanc m’a paru bien meilleure – en grande partie à cause du rythme (mais à nouveau, ca se serait mieux passé si les éditeurs français avaient conservé le découpage original de la saga…).

Nous retrouvons Fitz (désormais Tom Blaireau) qui, en compagnie du Fou (qui, lui, se fait passer pour le noble employeur de Fitz, Sire Doré), est toujours à la recherche du Prince Devoir. Ils comprennent rapidement que la disparition de Devoir est en lien avec son Vif (il est visiblement lié à une marguette, un chat de chasse). Tout l’enjeu de ce tome est de savoir s’ils vont parvenir à retrouver le Prince et le ramener à bon port à Castelcerf.

On découvre assez peu de nouveaux personnages ici à l’exception du fameux Devoir, dont on entend parler depuis le début du 7 mais que nous n’avions pas encore rencontré. Autrement, l’auteure se concentre sur Fitz, le Fou et Oeil de Nuit; la relation avec Oeil de Nuit est d’ailleurs au coeur du texte, à défaut de faire partie de l’intrigue principale. J’ai apprécié le retour des «colonnes d’Art» dans le récit (ainsi que la plage mystérieuse où se retrouve Fitz à un moment), j’espère qu’on en apprendra d’avantage sur le sujet par la suite. De manière générale, on sent que ces tomes 7 et 8 posent un peu les bases du second cycle et n’en sont que l’introduction – j’ai donc enchaîné tout de suite sur le tome 9.

En résumé: 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *