Hex – Thomas Olde Heuvelt

Synopsis: 

Quiconque né en ce lieu est condamné à y rester jusqu’à la mort. Quiconque y vient n’en repart jamais. Bienvenue à Black Spring, charmante petite ville de la Hudson Valley. Du moins en apparence : Black Spring est hantée par une sorcière, dont les yeux et la bouche sont cousus. Aveugle et réduite au silence, elle rôde dans les rues et entre chez les gens comme bon lui semble, restant parfois au chevet des enfants des nuits entières. Les habitants s’y sont tellement habitués qu’il leur arrive d’oublier sa présence. Ou la menace qu’elle représente. En effet, si la vérité échappe de ses murs, la ville tout entière disparaîtra. Pour empêcher la malédiction de se propager, les anciens de Black Spring ont utilisé des techniques de pointe pour isoler les lieux. Frustrés par ce confinement permanent, les adolescents locaux décident de braver les règles strictes qu’on leur impose. Ils vont alors plonger leur ville dans un épouvantable cauchemar…

image9 bis

Mon avis: 

Il y a de l’idée dans Hex, qui me fait de l’oeil depuis sa sortie fin 2017. J’ai bien aimé le pitch de départ (une ville hantée par une sorcière qui apparaît un peu n’importe ou, n’importe quand depuis des siècles, et qui fait partie des meubles pour les habitants). Tout ne m’a pas convaincue, je ne pense pas que je garderai du livre un souvenir impérissable, mais ma lecture a été agréable et je la conseille tout de même aux amateurs de fantastique « qui fait peur ».

Hex, c’est donc l’histoire d’une petite ville américaine où sévit une sorcière depuis le XVIIème siècle: Katherine. En dehors de ses apparitions intempestives auxquelles les habitants sont habitués, elle ne fait pas de mal à une mouche – tant qu’on ne s’occupe pas d’elle. Et les habitants, justement, sont ensorcelés: impossible pour eux de quitter la ville une fois qu’ils y ont élu domicile. Un groupe de citoyens forme HEX, une sorte d’association chargée de dissimuler Katherine aux yeux du monde (la ville reste accessible à n’importe quel étranger). Bien entendu, cette espèce de statu quo entre la sorcière et les habitants ne va pas durer…

L’auteur explique à la fin du livre qu’au départ, son histoire se passait aux Pays Bas avec du folklore néerlandais. Je regrette un peu de ne pas avoir lu la version originale (qu’il a réécrite lui-même pour toucher un public plus large), d’autant qu’apparemment, il a aussi modifié la fin.

Hex, c’est une intrigue qui brasse donc le déjà vu avec un pitch original. L’idée que la ville soit hantée à la vue de tous les habitants, qui ont l’habitude de voir surgir la sorcière n’importe quand, je trouvais ça vraiment fun et novateur. Après, des histoires de villes / lieux hantés, évidemment, il y en a déjà pléthore et on retrouve forcément certains poncifs du genre (notamment des références à Simetierre de Stephen King, qui recommande le bouquin). Mais quand on aime ce style, c‘est prenant sans être terrifiant et on attend vraiment de voir ce qui va bien pouvoir se passer à Black Spring.

Je regrette un peu les personnages assez peu travaillés et du coup pas très attachants, et la fin qui m’a paru un peu nébuleuse et que j’aurais aimé moins ouverte et apportant d’avantage de réponses. Pas grave, je ne vais pas bouder mon plaisir, un roman vendu comme de l’horreur n’a jamais prétendu autre chose que de divertir les lecteurs et c’était réussi pour ma part: même si on est loin du chef d’oeuvre, c’était sympathique 🙂

En résumé: 

4 réflexions au sujet de « Hex – Thomas Olde Heuvelt »

  1. Celui me tente depuis quelque temps, mais comme toi, je trouve vraiment dommage que l’auteur n’ait pas conservé le lieu original de son intrigue…
    Pour le reste et malgré quelques points qui t’ont moins plu, l’intrigue devrait me plaire.

  2. Je n’avais pas du tout entendu parler de ce livre mais tu rejoins la longue liste de bonnes critiques à son sujet, je vais sûrement finir par me laisser tenter… surtout que cette idée d’une sorcière parfaitement intégrée à la petite ville est effectivement assez cool !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *