La Belle sauvage (trilogie de la Poussière, tome 1) – Philip Pullman

Synopsis: 

À l’auberge de la Truite, tenue par ses parents, Malcolm, onze ans, voit passer de nombreux visiteurs. Tous apportent leurs aventures et leur mystère dans ce lieu chaleureux. Certains sont étrangement intéressés par le bébé nommé Lyra et son dæmon Pantalaimon, gardés par les nonnes du prieuré tout proche. Qui est cette enfant ? Pourquoi est-elle ici ? Quels secrets, quelles menaces entourent son existence ?Pour la sauver, Malcolm et Alice, sa compagne d’équipée, doivent s’enfuir avec elle. Dans une nature déchaînée, le fragile trio embarque à bord de La Belle Sauvage, le bien le plus précieux de Malcolm.Tandis que despotisme totalitaire et liberté de penser s’affrontent autour de la Poussière, une particule mystérieuse, deux jeunes héros malgré eux, liés par leur amour indéfectible pour la petite Lyra, vivent une aventure qui les changera pour toujours.

Mon avis: 

18 ans après ma découverte de la trilogie A la croisée des Mondes de Philip Pullman, qui a tout autant marqué mon enfance qu’Harry Potter et que j’aime d’amour, j’ai enfin attaqué le premier tome de cette nouvelle série, préquelle de la première.

Au départ, j’étais hyper enthousiaste quand j’ai su que l’auteur sortait une nouvelle trilogie dans le même univers. J’ai déchanté légèrement quand j’ai su que ça serait un préquel – pour le coup, j’aurais vraiment voulu une suite.. et puis le premier livre est sorti, j’ai découvert le titre et le résumé, et… ça ne m’a pas inspirée du tout. Du coup, je me suis dit que j’attendrais sa sortie poche pour l’acheter. Je l’ai quand même enfin lu (en numérique)… et malheureusement, franchement, je n’ai pas accroché. *pas taper*

Dans La Belle sauvage, nous nous retrouvons à Oxford, quelques mois après la naissance de Lyra. Le personnage principal ici, c’est Malcolm, 11 ans, le fils des patrons d’une auberge de la ville. Il est vif, curieux, et glane des informations au fil des conversations des clients de l’auberge qu’il surprend. Et des clients, il y en a – et donc, des intrigues aussi. On retrouve des problématiques déjà développées dans A la croisée des mondes, et notamment l’influence de la religion (représentée ici par le Magisterium) et la Poussière. Sans le vouloir, Malcolm devient informateur pour une espionne, une professeur de l’université qui effectue des recherches sur un des fameux aléthiomètres de la première trilogie; en parallèle, il est proche des soeurs du couvent voisin, où a été déposée la fameuse Lyra, et il se prend d’affection pour elle.

L’intrigue telle qu’elle est expliquée dans le synopsis en révèle à la fois trop et pas assez. La partie « cavale » mentionnée n’apparait qu’au bout de la moitié du récit; toute la première partie est consacrée à la mise en place des personnages et des enjeux qui vont être, j’imagine, développés dans les deux tomes suivants. Mais du coup, le début m’a paru excessivement long.

Malcolm m’a fait penser à une Lyra version masculine. Du coup, j’ai trouvé que son personnage faisait un peu redite et je n’ai pas plus accroché que ça avec lui. Aucun des autres ne m’a vraiment plu (à part peut être Hannah, la chercheuse / espionne). J’avais la sensation que cette nouvelle série n’aurait pas d’intrigue propre (pas vraiment de nouvelle notion ici..) et que les trois tomes n’allaient vraiment servir que d’introduction géante à la Croisée des Mondes. J’espère me tromper (car je lirai tout de même la suite), mais c’est vrai que cette Belle sauvage ne m’a vraiment pas convaincue.

La seconde partie m’a un peu fait penser à l’Odyssée d’Homère: comme Ulysse, Malcolm navigue et de stop en stop, il va croiser la route de diverses créatures et évènements magiques. J’ai bien aimé l’ambiance onirique qui se dégageait de certains de ces passages.

Tout n’est donc pas à jeter, attention! J’ai adoré redécouvrir l’univers de Philip Pullman, les mentions aux personnages et des enjeux qu’on connait de la première trilogie (il y a une vraie continuité entre les deux), et la plume de l’auteur est toujours aussi bonne. C’est vraiment l’histoire qui m’a laissé sur le carreau ici, plus que l’écriture ou l’univers. J’espère que je changerai d’avis à la lecture du 2 🙂 (et en attendant, je désespère de voir la série adaptée d’A la croisée des mondes de la BBC)!

En résumé: 

2 réflexions au sujet de « La Belle sauvage (trilogie de la Poussière, tome 1) – Philip Pullman »

  1. Apparemment, la série de la BBC vient de finir d’être tourné ! On est sur le bon bout, elle ne devrait plus trop tarder. J’espère 😉 !!
    Sinon, dommage pour toi d’avoir été déçue, j’ai vraiment bien accrochée pour ma part. Et je veux la suiiiiiiiiiiiiite !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *