La chambre des merveilles – Julien Sandrel

Synopsis: 

Louis a 12 ans. Ce matin, alors qu’il veut confier à sa mère, Thelma, qu’il est amoureux pour la première fois, il voit bien qu’elle pense à autre chose, à son travail sûrement. Alors il part, fâché et déçu, avec son skate, et traverse la rue à fond. Un camion le percute de plein fouet. Le pronostic est sombre. Dans quatre semaines, s’il n’y a pas d’amélioration, il faudra débrancher le respirateur de Louis. En rentrant de l’hôpital, désespérée, Thelma trouve un carnet sous le matelas de son fils. À l’intérieur, il a dressé la liste de toutes ses « merveilles », c’est-à-dire les expériences qu’il aimerait vivre au cours de sa vie. Thelma prend une décision : page après page, ces merveilles, elle va les accomplir à sa place. Si Louis entend ses aventures, il verra combien la vie est belle. Peut–être que ça l’aidera à revenir. Et si dans quatre semaines Louis doit mourir, à travers elle il aura vécu la vie dont il rêvait. Mais il n’est pas si facile de vivre les rêves d’un ado, quand on a presque quarante ans…

image9 bis

Mon avis: 

La chambre des merveilles est un roman qui a pas mal fait parler de lui à sa sortie en début d’année, et que j’ai enfin lu. Je dois dire que si j’ai passé un bon moment de lecture, je m’attendais tout de même à mieux.

L’histoire est assez simple: on suit Thelma, bientôt 40 ans et maman de Louis, 12 ans. Un jour, alors qu’elle est au téléphone, son fils se fait renverser par un camion dans la rue et se retrouve dans le coma. Les médecins lui annoncent que si dans un mois il ne s’est pas réveillé, il faudra envisager de le débrancher. Thelma est effondrée, mais trouve un carnet que Louis a rédigé, qu’il appelle le carnet des merveilles et qui en fait est une sorte de Bucket List, et elle se met en tête de tout réaliser pour l’aider à revenir. Au passage, bien entendu, elle ouvrira les yeux sur son comportement, les oeillères qu’elle porte depuis des années, trouvera l’amour, retrouvera sa mère, etc.

Côté négatif: réaliser une liste de ce genre, c’est du vu et revu. L’évolution du personnage de Thelma est assez clichée aussi (elle ouvre les yeux sur les vraies valeurs de la vie, le travail ne fait pas le bonheur, etc…), et franchement tout n’est pas crédible (loin de là).

Malgré tout, l‘ensemble est mignon, gentil, se laisse lire très facilement, c’est vraiment une lecture détente qui se veut feel-good (mais qui aurait mérité d’être d’avantage travaillée pour recevoir ce label). Les idées portées par l’auteur (savoir se recentrer sur l’important, l’humain, la famille…) sont belles à défaut de vraiment surprendre. En fait, j’avais un peu l’impression de lire un brouillon de roman: de très bonnes choses, de belles idées, mais un goût d’inachevé pour moi. Il ne me laissera pas un souvenir impérissable ^^’

En résumé: 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *