Carnet de bord TDM – Cambodge: Siem Reap / Angkor et Phnom Penh 📷

Jour 21 – mercredi 5 décembre – Arrivée au Cambodge

Après pratiquement 3 jours de transit (nous avons quitté Jaisalmer pour Mumbai en avion le 3, puis avons embarqué le 4 de Mumbai pour Phnom Penh avec une escale à Hong Kong), nous sommes arrivés  à l’aéroport de la capitale cambodgienne (Phnom Penh donc) le 5 décembre. Nous avons eu une petite frayeur à l’aéroport de Mumbai, qui n’avait pas l’air de savoir qu’on peut prendre un avion sans avoir le visa du pays où on se rend.. (pour le Cambodge, on avait bien vérifié, pas besoin de visa préalable, on peut le faire sur place, en arrivant. Donc nous ne nous étions pas mis la pression avec ça. Mais au moment de faire l’enregistrement de nos bagages à Mumbai, l’employé de l’aéroport qui devient blanc quand on lui dit qu’on a pas encore le visa, « let me check ».. qui revient après avec son supérieur qui lui non plus n’est visiblement pas au courant, et qui cherche l’info devant toi pendant des plombes sans la trouver… et qu’ils finissent par faire intervenir le +2 après 15000 vérifications… bon.. ils ont fini par nous donner raison et nous laisser partir… mais on a eu le temps de paniquer un peu!). 

Nous avions le soir-même un bus de nuit pour Siem Reap, la ville voisine des temples d’Angkor.

Nous avons eu pas mal de temps de battement entre l’arrivée de l’avion et le départ de notre bus de nuit, mais nous étions tellement cassés par ce long voyage que nous avons préféré attendre à l’aéroport pour ne pas nous épuiser avec les sacs. Nous avons pris un tuk tuk pour l’arrêt de bus, qui était situé à deux pas du marché de nuit 😀 on a donc mangé là, sur des nattes posées à même le sol (on achète à manger sur les stands du marché, on enlève ses chaussures et on se pose pour manger sur les tapis, c’est très sympa :)).

Le bus (compagnie Mékong Express) nous a agréablement surpris aussi: nous en avions pris un équivalent l’an dernier au Laos mais la clim était branchée à fond et on avait eu hyper froid, alors que là, température nickel, la compagnie de bus fournit une couverture, une bouteille d’eau, on avait une prise pour charger les téléphones et même du wifi – c’était royal 🙂

Le trajet a démarré à 23h30 et nous sommes arrivés à Siem Reap à 6h le lendemain matin. Voilà quelques images de la rivière qui traverse la ville 🙂 (en dehors du bord de la rivière, Siem Reap n’a rien d’extraordinaire, c’est une ville-dortoir pour les touristes qui viennent visiter Angkor. L’avantage, c’est qu’on y trouve pléthore d’endroits pour manger et dormir; le moins, c’est que je pense que c’est assez cher par rapport au reste du pays).

Jour 22 – Jeudi 6 décembre – Siem Reap 

Une fois arrivés, nous nous sommes mis directement en route vers notre guest house, même si nous nous doutions bien qu’à cette heure-là, nous n’aurions pas encore accès à la chambre. Nous avons attendu qu’elle soit prête, et nous avons pris une douche (salvatrice après autant de temps de trajet!).

Nous sommes ensuite partis en direction du marché pour manger. On s’est posés dans un petit resto juste à côté du marché (qui avait un menu dingue sur des pages et des pages, il m’a fallu pratiquement 15mn pour le parcourir en entier ^^). Et là, j’ai senti quelque chose sur ma jambe. Pensant que c’était la nappe, je secoue légèrement… avant de voir tomber un lézard par terre! Stupéfaction.

En fait, en Inde, il y avait des singes et des écureuils partout, ici, ce sont les lézards et les papillons qui sont rois… 🙂

L’après-midi a été consacré à la préparation de notre visite sur trois jours des temples d’Angkor – quoi visiter, à quelle heure, dans quelle sens, annoter le plan, etc (L’idée étant d’éviter au maximum les foules de touristes qui emplissent le site dès le lever du soleil…).

Jour 23 – Vendredi 7 décembre – Angkor / Siem Reap

Aka journée la plus rude du voyage so far 🙂

A Angkor, on l’a lu et relu, il faut arriver tôt pour profiter du site – à la fois pour voir le lever de soleil, et surtout éviter au maximum les cars de touristes (et les grosses chaleurs). La billetterie du site ouvre à 5h du matin (et n’est pas du tout située au niveau des temples..), nous nous sommes donc levés à 4h15 et sommes partis à 4h30 de notre guest house pour nous acheter notre pass! Nous avons (comme beaucoup) opté pour le pass 3 jours. Il est valable une semaine (donc vous pouvez alterner les journées temple et les journées repos, du moment que vous ne passez pas plus de 3 jours sur la semaine aux temples). Le tarif a énormément augmenté en février 2017, pas de bol pour nous: le pass 3 jours est passé de 40$ à 62$..

On arrive aux guichets à 5h pile et franchement, il y a déjà du monde. Nous sommes dépassés par des dizaines de tuk tuk sur la route vers les temples (qui fait plusieurs kilomètres) et vu la foule, on décide de ne pas assister au lever du soleil à Angkor Wat (le temple principal du site, celui qu’on voit partout et qui figure même sur le drapeau du Cambodge), mais beaucoup plus loin, sur le bassin de Srah Sang. On met pas mal de temps à arriver à vélo, on entend d’ailleurs un bruit très bizarre sur en chemin – un genre de sifflement assez fort qu’on a entendu toute la journée ensuite.. on s’est vraiment demandé ce que c’était, ça venait de la cime des arbres mais on ne voyait absolument rien, ca serait des sortes de criquets qui chantent à longueur de temps (..?).

Bref, à Srah Sang aussi, on était pas seuls, mais c’était nettement plus respirable qu’à Angkor Wat et on est arrivés juste à temps pour le lever de soleil, c’était très chouette 🙂

Nous avons enchaîné juste après avec notre premier temple, Banteay Kdei, juste en face du bassin (censé ouvrir à 7h30 d’après le panneau devant, mais nous sommes rentrés sans problème à 6h25..?). Il n’y avait encore presque personne à cette heure là et la visite était très chouette.

Nous avons ensuite repris les vélos en direction de notre deuxième visite, Pre Roup (sur le grand circuit).

(Apparté: à Angkor, le site est gigantesque et s’étend sur des – dizaines de – kilomètres. Pour les touristes qui ne peuvent rester qu’un jour, les incontournables sont regroupés dans le « petit » circuit (16 km quand même). Il y a aussi un « grand » circuit (de 25km), et des temples nettement plus éloignés, pour lesquels il n’y a pas vraiment de circuit codifié. La plupart des gens visitent Angkor en bus lors de circuits touristiques, ou en tuk tuk. On trouve aussi des locations de scooters, de VTT ou de vélos.

De notre côté, nous avons opté pour les vélos simples, pour plusieurs raisons: déjà, niveau budget, c’est le plus abordable, et vu le prix du pass 3 jours, on ne pouvait pas mettre une grosse somme dans le transport. C’est moins polluant et moins bruyant, et du coup ça respecte l’atmosphère un peu « hors du temps » du site (je trouvais que les bruits de moteurs dénaturaient le côté très paisible des temples..). Enfin, ça permet de visiter à notre rythme (ce qui n’est pas le cas en bus..).

Nous avons juste loué des vélos appartenant à nos guest houses. Nous avons dormi à deux endroits différents à Siem Reap; la première guest house (GH) louait les vélos à 1.5$ la journée pour un vélo (donc, nos deux premiers jours de visite nous sont revenus à 6$ de location de vélo pour deux), et dans la seconde guest house, ils étaient carrément gratuits.

Attention cependant à l’état des vélos en question: dans les deux cas, les nôtres ont été juste catastrophiques. Ils ont toujours été nettement trop petits, même avec la selle à la hauteur max (les cambodgiens ne sont pas grands..), et les selles antédiluviennes étaient d’un inconfort sans nom. Au bout d’1h on ne tenait déjà plus, tellement on avait mal aux fesses – et ils étaient trop petits / bas pour qu’on puisse rouler en danseuse.. ça a vraiment été un point noir de nos trois jours de visite, même si avec le recul on en rit, sur le moment c’était franchement pénible. Ceux de la première GH n’avaient pas de paniers, ceux de la seconde avaient un panier mais rien d’autre – pas de loupiote alors qu’on part quand il fait nuit et que tout n’est pas éclairé, et surtout pas de freins! Bonheur..)

Après Pre Roup, nous avions entouré sur notre plan le temple de Prasat Leak Neang, que nous avons cherché sans jamais le trouver ^^’. On a dû passer à côté sans le voir.. bon, on a tout de même trouve un petit sentier sympa pendant ce temps :), et Seb a dû me supporter un petit moment pendant que j’étais arrêtée au bord de la route pour faire une photo d’un papillon qui n’arrêtait pas (à mon désespoir) de se poser sur un squelette de poisson en fermant ses superbes ailes.. jamais réussi à faire une photo qui lui rendrait justice, à celui là.

Du coup, le temple suivant a été East Mebon, où on voyait de très nombreux trous sur les façades qui m’ont interpellée – et c’est là que j’ai regretté de ne pas avoir de guide, qui aurait pu nous expliquer ce que c’était.

On a enchaîné avec Ta Som, connu pour son arbre superbe au fond du temple, qui a poussé autour d’une porte, et avec l’île artificielle de Neak Pean, à laquelle on accède grâce à un petit ponton en bois assez long et qui nous fait traverser une zone très jolie; malheureusement, à ce moment là, il était 11h du matin et nous avions été largement rattrapés par les foules de touristes, donc pas de photo de Neak Pean =(

Nous nous sommes ensuite mis en route pour Banteay Prei et Prasat Prei, que nous n’avons pas vu non plus (on aurait pu insister, mais Seb en avait marre et on avait hyper mal aux fesses à cause des vélos, donc on a laissé tomber). Notre dernier temple de la journée aura été le Preah Khan, très joli aussi, visité en plein cagnard à midi (mais sans trop de touristes, les gens étant partis manger).

Nous sommes rentrés à la guest house à 14h15 après 9h45 de balade, 53km à vélo et 5km à pied (donc 58km en tout sur la journée), on était sur les rotules.. et on a plus rien fait de la journée (à part sortir manger le soir) ^^’

Jour 24 – Samedi 8 décembre – Angkor / Siem Reap

On devait partir à 4h30 comme la veille pour cette fois voir le lever de soleil sur Angkor Wat, mais je ne me sentais pas bien et il pleuvait des trombes d’eau, donc on s’est recouchés et je me suis reposée. Finalement, nous sommes partis vers 12h30 et nous avons visité Angkor Wat (le temple le plus célèbre du site, qu’on voit partout avec ses trois tours et qui figure sur le drapeau du Cambodge). J’ai vraiment regretté de ne pas avoir été capable de partir tôt, car c’était blindé de monde, et je n’ai pas super apprécié la visite du coup. Je ne me sentais toujours pas très bien, donc nous n’avons pas insisté ce jour là et sommes repartis à la GH tout de suite après. On a quand même fait 20km de promenade!

Le soir, nous sommes allés manger avec un pote de mon grand frère, Tony, un français expatrié au Cambodge (à Siem Reap donc) depuis deux ans. Je ne le connais pas personnellement, et lui se rappelle m’avoir vue quand j’avais deux ans, ça lui a fait un choc quand je lui ai dit que j’en avais 28 ^^. Sa copine Khmer était là, ainsi que deux autres français qu’on ne connaissait pas, et la soirée a été très sympa. Il nous a conseillé plusieurs choses (coucher de soleil à Phnom Krom, chauves souris géantes devant le Palais Royal à voir vers 6h du matin, des adresses de noulangeries/pâtisseries avec des supers pain au chocolat / gâteau au chocolat pour soulager mon manque), malheureusement nous n’avons pas eu le temps ou la force de suivre ses conseils. Mais j’ai noté les endroits et je sais que si on revient au Cambodge, on prendra plus le temps de se pencher dessus! (Là, les dizaines de kilomètres de visite des temples ont eu raison de notre motivation pour le reste. Si on avait eu le budget pour louer un tuk tuk à la journée, ça aurait été différent ^^’).

Jour 25 – Dimanche 9 décembre – Siem Reap 

On l’avait prévu dés le départ: ce jour-là, c’était notre « trou » dans les trois jours de visite d’Angkor. On savait qu’on allait avoir besoin de se reposer et aprés près de 80km parcourus à pied (un peu) et à vélo (beaucoup) ces deux derniers jours, ce n’était pas du luxe. Nous avions donc choisi de changer de guest house pour en prendre une un peu plus chère.. qui disposait d’une mini piscine :).

Le matin, c’était donc grasse mat, et le midi, changement de GH. Malheureusement, cette deuxième GH aura été un mauvais choix: c’était propre, pas de souci à ce niveau, mais beaucoup de choses nous ont déçu, voire carrément déplu: déjà, c’était loin du centre (presque 45mn à pied sans se presser); ensuite, il était censé y avoir un resto (pour nous éviter de retourner dans le centre pour manger justement), mais il avait fermé depuis plusieurs mois et il n’y avait trop rien autour, à part un resto hors budget pour nous. De même, la ‘piscine’ s’est avérée être un bassin minuscule. En plus, à peine entrés dans la chambre, on a été frappés par le nombre de panneaux au mur remplis d’interdictions et d’infos peu engageantes: interdit de fumer dans la chambre sous peine de 250$ d’amende pour frais de nettoyage (alors, on s’en fout, on ne fume pas.. mais 250$ de frais pour nettoyage.. c’est abusé), interdit de faire sa lessive dans la chambre (il se trouve que c’est ce qu’on fait pour économiser les frais de laundry.. le fait d’interdire ça oblige les gens à le payer pour pouvoir la faire), interdit de rentrer dans la chambre avec ses chaussures (il faut les laisser sur une étagére dans l’entrée de l’établissement), interdit de manger dans la chambre ou de ramener de la nourriture extérieure (à part de l’eau), clim payante.. et tout ça était repris dans plein de langues dans un livret, en plus des panneaux au mur! Honnêtement on avait jamais vu quoi que ce soit d’approchant, dans aucune guest house. On avait la sensation que tout était interdit.. c’était très désagréable, même si aucune « règle » n’était foncièrement choquante, l’accumulation et le ton des panneaux nous ont gêné. Et surtout, le gérant lui-même était très spécial (on le devine rien qu’aux fameuses interdictions multiples). Le premier jour, ce dimanche donc, on lui explique que le lendemain on va partir tôt pour les temples. Il nous dit que deux autres français vont faire la même chose et qu’ils prennent le petit déj. Nous, on ne savait pas si on allait le prendre, mais ok, on note que c’est possible même à 5h du matin. Le lendemain, il se trouve que je ne me sentais toujours pas bien et que nous étions en retard en partant, donc nous ne voulions pas du petit déj. Le gérant nous a apostrophés quand on est sortis, sans nous dire bonjour, en nous disant sur un ton très agressif « mais j’avais preparé les petits déjeuners! » > ben, merci, mais déjà, bonjour, et ensuite, on a jamais dit qu’on le prenait, ce petit déj.. il nous a tellement mal parlé qu’on ruminé encore sa remarque une heure aprés, en arrivant aux temples..
Toujours le lundi, quand nous sommes rentrés des temples, je vois mes baskets sur le meuble de l’entrée de la GH. Je bloque, sûre que je les avais laissées dans la chambre. En fait, comme je vous le disait plus haut, on ne peut pas entrer dans les chambres avec nos chaussures. Quand on était arrivés, on était en tongs, donc on avait laissé les tongs dans l’entrée, mais mes baskets étaient dans mon sac, donc je les avais sorties en défaisant mon sac, et posées par terre dans la chambre sans plus y toucher. Du coup, le gérant est rentré dans la chambre, a nettoyé/rangé (alors qu’on était là depuis moins de 24h et qu’il n’y avait vraiment pas besoin, et qu’il aurait pu demander si on avait besoin ou non – jamais personne n’était venu faire nos chambres depuis le début du voyage..), a touché à toutes nos affaires qu’il a rangé ailleurs à sa sauce (alors que je les avais posées / agencées à la mienne), et il a pris mes baskets et les a mises dans l’entrée sans rien me dire.. certes, dans l’idée, rien d’outrageant, mais on a pas du tout apprécié sa façon de faire, hyper intrusive (s’il veut faire la chambre, il peut demander ou prévenir avant, il peut aussi remettre nos affaires comme elles étaient, il n’a pas à sortir mes chaussures de la chambre sans rien me dire, et en fait on avait plutôt l’impression qu’il était venu là pour faire son inspection et vérifier qu’on respectait ses règles plutôt qu’autre chose). Bref, on a pas du tout aimé l’ambiance de cet endroit.. Je reviens à mon dimanche: comme prévu, c’était repos et on a rien fait de particulier 🙂

Jour 26 – Lundi 10 décembre – Siem Reap / Angkor

Dernier jour aux temples, nous nous sommes levés à 5h mais Seb était à la bourre et nous sommes partis à 5h35 au lieu de 5h15 (après la remarque « petit déj » du gérant de la GH..). Pas dramatique, mais du coup, on a loupé le lever de soleil :'(

Ce jour-là, l’idée, c’était de faire les incontournables du petit circuit, que nous n’avions pas encore vus, à part Angkor Wat le samedi. Nous sommes partis dans le sens inverse des touristes et avons donc commencé par le Ta Prohm, où ont été filmées pas mal de scènes du premier Tomb Raider (2001). C’est le temple que j’ai préféré sur le site: nous l’avons visité à l’ouverture à 7h30 donc il n’y avait pas encore beaucoup de monde, et surtout, les ARBRES. Les ARBRES! Ils sont juste SPLENDIDES. Immenses, avec des formes parfois improbables, des racines entremêlées, recouvrant des pans entiers de murs, on a l’impression qu’ils sont là depuis des millénaires et ils donnent au lieu une atmosphère vraiment unique, magique, j’ai adoré. Je n’ai pas réussi à leur rendre justice en photo malheureusement :'(

Nous avons continué ensuite avec Ta Keo, qui ne l’a pas laissé un souvenir impérissable, puis avec deux temples qui se font face à proximité d’une des portes d’Angkor Thom (le carré central des temples, ancien centre royal), Chau Say Tevoda et le Thommanom.

Enfin, nous avons (après avoir tourné autour les deux premiers jours sans nous y arrêter ^^) visité Angkor Thom. Notre premier arrêt a été la Terrasse des Éléphants, d’où nous avons marché un moment pour rejoindre le Phimeanakas (une sorte de pyramide) et la zone de l’ancien palais royal. J’ai adoré cette balade car à part à proximité immédiate de la Terrasse, et malgré l’heure avancée dans la matinée, nous n’avons pratiquement vu personne et avons été très tranquilles. L’ambiance qui se dégageait des ruines était encore une fois un peu mystique, enchantée, c’était vraiment une expérience – j’avais l’impression d’être dans un conte et qu’une créature magique allait débouler d’un bâtiment en ruine!

Nous avons terminé ce coin en nous approchant de la Terrasse du Roi Boiteux avant de nous diriger vers l’un des plus gros temples d’Angkor Thom – le Baphuon. Là par contre, il y avait beaucoup plus de monde et un groupe de cambodgiens m’a demandé un selfie (mon seul selfie au Cambodge finalement, rien à voir avec l’Inde  ^^). A l’arrière du temple, alors que Seb reprenait déjà l’escalier pour sortir, mes yeux se sont attardés sur la façade et j’ai bloqué sur une ligne courbe. Il m’a fallu deux bonnes secondes pour me rappeler que j’avais lu que le Baphuon abritait un grand Bouddha couché.. et que je l’avais devant les yeux! Alors, il faut vraiment le voir, car il est en très mauvais état et se confond avec le reste de la façade si on y prend pas garde, d’ailleurs, beaucoup de gens le cherchaient du regard en sortant, ce sont vraiment ses lignes courbes qui m’ont interpellée.

Nous avons terminé la visite par le Bayon, un des temples les plus célèbres d’Angkor (avec le Baphuon, Angkor Wat et Ta Prohm). Pour le coup, comme Angkor Wat le samedi, il y avait un monde fou et je n’en ai pas trop profité, j’en retiens surtout les grandes têtes de Bouddha surélevées qui entourent tout le temple, superbes.

41 kilomètres de promenade ce jour-là, il nous fallait un bon repas pour nous remettre.. mais nous avons été pris par une pluie torrentielle juste avant d’arriver à l’endroit où nous avons mangé, et quand nous sommes sortis, les rues étaient quasiment inondées. Le temps de retourner à la GH qui était loin, les pieds à moitié dans l’eau, une autre averse s’est abattue sur nous, on était complètement trempés et plein de boue.. joie ^^’ (sachant qu’avant qu’on ne parte, il n’y avait pas de pluie prévue et qu’on était donc partis en tongs/t shirts!).

Jour 27 – Mardi 11 décembre – Siem Reap / Phnom Penh

Le mardi a été dédié à notre retour à Phnom Penh. Nous avons fait le check out de notre GH à 9h45 (avec soulagement – on était contents d’en partir), et nous sommes retournés là où nous avions mangé le samedi soir pour prendre un gros petit déjeuner (on n’en prend jamais d’habitude, mais là on se disait que ca nous permettrait de tenir sur le trajet de bus, de 12h30 à 18h30.

Je dormais dans le bus quand il a marqué l’arrêt et que nous avons été obligés d’en sortir sans comprendre pourquoi. En fait, nous étions arrêtés sur une sorte d’aire qui a un contrat avec la compagnie de bus (il y avait des affiches de la compagnie en question partout, nous disant qu’on s’arrêtait 30mn et qu’on avait le temps de consommer). En gros ils ont un deal et ils obligent les gens à sortir du bus pour nous pousser à consommer.. j’ai trouvé ça nul.

Une fois arrivés à Phnom Penh, nous avons mangé au night market où nous avions déjà diné le soir de notre arrivée (1.75$ pour un chicken curry), puis sommes repartis à pied vers notre hôtel. (On aurait bien aimé un tuk tuk mais nous n’avions qu’un billet de 100$ et les tuk tuk n’ont jamais de monnaie..).

Et là, sur la route, j’ai été victime de ma première tentative de vol à l’arrachée: un scooter a ralenti, s’est approché de nous par derrière et m’a agrippé violemment le tshirt. Sous l’effet de la surprise, j’ai poussé un cri, mais ils n’ont pas accroché ma pochette (je pense que c’est ça qu’ils visaient – c’est une pochette plate qui se met autour du cou et dans laquelle je garde mes papiers et mon argent. Là en l’occurrence, je n’avais pas un centime sur moi, juste mes papiers, et j’aurais été bien emmerdée s’ils étaient partis avec..). Ils n’ont pas insisté et le scooter est reparti en trombe, en nous laissant un peu choqués quand même.

L’hôtel était loin du centre, mais juste en face de l’endroit où nous prévoyions de prendre le bus pour le Vietnam. Ce jour là, en cumulé, en plus des 6h de bus, nous avons marché 10km avec nos gros sacs sur le dos. (Le premier qui me redit qu’on est « en vacances »… ^^)

Jour 28 – Mercredi 12 décembre – Phnom Penh

La grosse visite de la journée, c’était Tuol Sleng, alias S-21, une prison secrète du régime des Khmers rouges entre 1975 et 1979. C’était assez proche de l’hôtel (2km), donc nous y sommes allés à pied et avons acheté nos billets (5$ sans audioguide, 8$ avec. Nous avons pris un seul audioguide car nous pouvions brancher une deuxième paire d’écouteurs dessus).

La visite est assez éprouvante et instructive – personnellement, je connais mal l’histoire du Cambodge, je sais qu’il y a eu un génocide par le régime des Khmers rouges dans les années 70 sous Pol Pot, mais c’est à peu près tout. L’audioguide est intéressant car il ne se limite pas à expliquer l’endroit, il nous permet de vraiment mieux saisir le contexte historique, les enjeux de l’époque et ce qui s’est passé au Cambodge à cette période là, de façon générale. Je trouve ça fou que ça ne soit pas plus détaillé dans les programmes scolaires en France (d’autant que le Cambodge est un ancien protectorat français). La seconde guerre mondiale, on connait par coeur (et heureusement), mais tellement de choses ne sont que superficiellement évoquées alors qu’elles mériteraient qu’on s’y attarde.. je me suis fais la réflexion que je connaissais encore moins le génocide arménien, par exemple, dont je n’ai pas souvenir d’avoir entendu parler en cours plus jeune.

Mais je digresse. Tuol Sleng donc, ou S-21, c’est un ancien lycée qui avait ouvert dans les années 60. Lors de l’avènement du régime révolutionnaire des Khmers rouges, le 17 avril 1975, Phnom Penh a été vidée de ses habitants, et de nombreuses prisons et charniers ont été ouverts dans tout le pays. L’éducation avait été tout simplement proscrite par Pol Pot, donc savoir lire devenait une mauvaise chose, les intellectuels et les gens qui avaient fait des études se faisaient jeter en prison – puis tuer. (Le simple fait de porter des lunettes était considéré comme un symbole d’éducation et pouvait vous faire emprisonner..). C’est d’une hypocrisie sans nom quand on sait que le directeur de la prison, surnommé Duch, était un ancien prof de maths, et que Pol Pot lui même avait été prof – et a été étudiant en France pendant 4 ans à la fin des années 40… le Duch en question est toujours en vie et s’est converti au christianisme. Il regretterait ses actes suite à sa conversion religieuse, ce qui ne l’a pas empêché d’être condamné à la prison à vie en 2012, suite à l’appel de sa première sentence, qui n’était que de 35 ans d’emprisonnement.

S-21 était une des prisons les plus secrètes du régime, et on estime que près de 20 000 personnes y ont été emprisonnées et torturées dans les anciennes salles de classe du lycée. Dans certaines salles, des cellules d’environ 2m2 ont été instaurées, en brique ou en bois, où les prisonniers faisaient leurs besoins dans des bacs en fer; à d’autres endroits de la prison, il y avait des salles communes dans lesquelles on gardait des dizaines de personnes à la fois. Lors de la libération de la prison, en 1979, 14 corps en décomposition ont été retrouvés, notamment dans les salles de torture, et sont désormais enterrés dans la cour du bâtiment.

La visite est dure, je pense que c’est sensiblement le même genre d’horreur que de visiter un camp de concentration nazi en Europe (ce que je n’ai pas fait, et j’aimerais pouvoir me rendre à Auschwitz un jour), même si le génocide khmer est à plus petite échelle que la Shoah – ça reste un génocide.. à la sortie, il y a un survivant qui est là (il y a moins d’une dizaine de rescapés de S-21..), je n’ai pas réussi à aller lui parler, je n’avais pas les mots… mais sa présence sur les lieux où il a vécu tant d’horreurs m’a impressionnée – comment peut-il revenir là tous les jours?

Les prisonniers de S-21 étaient tous tués mais pas sur place. Ils étaient envoyés en camion à une dizaine de kilomètres, dans un endroit connu sous le nom de « Killing Fields » ( les Champs de la Mort). Nous ne les avons pas visités ce jour-là, mais le lendemain.

Après la visite de S-21, nous sommes partis à pied vers le Palais Royal (que nous n’avons pas visité), en passant par le Monument de l’Indépendance. Nous sommes ensuite passés à Wat Ounalom avant de longer la rivière Tonle Sap, de retourner manger au night market et se rentrer à pied à l’hôtel (dans me faire agresser cette fois!).

Bilan de la journée: 17km à pied 🙂

Jour 29 – Jeudi 13 décembre – Phnom Penh

Après la visite de la prison S-21 la veille, le jeudi a été consacré à la visite des Killing Fields. Nous y sommes allés à pied (nous n’avions plus assez de liquide sur nous pour payer un aller retour en tuk tuk, donc nous avons prévu l’aller à pied et le retour en tuk tuk).

(Pourquoi on a pas simplement retiré de l’argent? Parce qu’il ne nous manquait vraiment pas grand chose et qu’ici, les banques prennent des grosses commissions à chaque retrait, de 4 ou 5$, et on avait pas du tout envie de perdre 5$ pour un retrait de 10$…).

La ballade a été longue – 2h15 sous un soleil de plomb (d’ailleurs je m’en sors avec les épaules cramées alors que je m’étais tartinée de crème :'(). Quand c’est comme ça, on se sert de la géolocalisation sur Google Maps pour trouver notre chemin. Là, ça nous indiquait une route qui longeait la rivière, mais en fait de route, c’était un chemin de terre qui s’est peu à peu transformé en décharge sauvage, ça n’a pas été un passage hyper agréable ^^’ on s’est vraiment demandé où on était..

La visite des Killing Fields reprenait pas mal d’infos que nous avions déjà eues la veille à S-21. Nous avons été marqués par le Killing Tree, un arbre qui borde une fosse commune où ont été retrouvés des corps de femmes et d’enfants. L’audioguide nous expliquait que les bourreaux prenaient les bébés par les jambes et leurs fracassaient la tête sur l’arbre (sur lequel ont été retrouvés plus tard des morceaux de cervelle et du sang..) avant de les balancer dans la fosse commune, devant leurs mères encore vivantes…

Autre moment marquant, le passage dans le Stupa, un immense ossuaire bâti en 1988 dans lequel sont conservés une partie des ossements retrouvés sur le site. En bas, ce sont des crânes, qu’on voit à perte de vue quand on lève la tête.. ils ont chacun une petite gommette colorée pour indiquer leur sexe et la raison apparente de leur décés..

Après cette visite éprouvante et les 12km que nous avions marché, nous sommes repartis en ville en tuk tuk.

Le lendemain, nous devions reprendre un bus pour Ho Chi Minh au Vietnam, et Seb a trouvé énormément d’avis hyper négatifs sur la compagnie auprès de laquelle nous avions réservé nos billets (avis qui expliquaient tous que le bus n’attend pas forcément les gens pour qui le passage de la douane est un peu long.. apparemment plein de gens sortent de la douane et le bus est reparti sans eux..génial!). Du coup on a préféré jouer la prudence et prendre un autre billet dans une autre compagnie (celle avec laquelle nous étions allés à Siem Reap). Malheureusement les premiers billets ne sont plus remboursables la veille du départ, donc on a perdu 25$…mais au moins on ne stressera pas à la douane que le bus reparte sans nous ^^’ et c’est la dernière fois qu’on commande un billet sur le net sans checker les avis avant..

Notre traversée de la frontière Cambodge / Vietnam, ce sera pour le premier article sur le Vietnam… ils auront eu raison de mes nerfs!

A bientôt 🙂

2 réflexions au sujet de « Carnet de bord TDM – Cambodge: Siem Reap / Angkor et Phnom Penh 📷 »

  1. Ouh le stress pour le visa et la tentative de vol ! :O
    Les couleurs sont magnifiques au lever du soleil. Les temples ont l’air immenses, c’est très joli et ça me tente déjà plus que l’Inde !
    Vous avez fait quelques visites éprouvantes aussi. Je suis allée à Breendonk, un camp de concentration en Belgique et ça m’avait fort marquée aussi.

    • le visa pour l’entrée au Cambodge franchement c’était rien par rapport à la galère de l’entrée au Vietnam x)
      oui les temples s’étendent sur une zone hyper étendue mais c’est magnifique!

      je ne savais même pas qu’on pouvait visiter un camp de concentration en Belgique alors que j’habite à côté…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *