Elantris – Brandon Sanderson

Synopsis: 

Il y a dix ans, la sublime cité d’Elantris, capitale de l’Arélon, a été frappée de malédiction. Ses portes sont désormais closes et nul ne sait ce qui se passe derrière ses murailles. Kae est devenue la première ville de l’Arélon. Quand la princesse Sarène y arrive pour épouser Raoden, l’héritier de la couronne, on lui apprend qu’il vient de mourir. Veuve d’un homme qu’elle n’a jamais vu, Sarène choisit pourtant de rester à la cour, et tente de percer le mystère d’Elantris…

image9 bis

Mon avis: 

8 mois après ma lecture des Archives de Roshar (une des meilleures de 2018), je me plonge enfin dans un autre Brandon Sanderson: Elantris (un one-shot cette fois). Et même si je n’ai pas autant adoré que Roshar, j’ai tout de même passé un très bon moment avec ce roman!

Elantris, c’est l’histoire d’une ville qui pourrait ressembler à l’idée qu’on se fait de l’Atlantide, extrêment prospère et développée par rapport au reste du monde. Les habitants y sont presque considérés comme des dieux. Un jour, la cité est frappée par ce qui ressemble à une malédiction, et elle tombe (ainsi que ses citoyens) dans la décrépitude…

Dix ans plus tard, le prince du royaume où est située Elantris, Raoden, est frappé par la malédiction de la ville et est envoyé là-bas, tandis que tout le monde le croit mort. Il va découvrir à quoi ressemble désormais le quotidien des Elantriens.. et tenter de sortir la ville de son marasme. Le souci, c’est qu’il était fiancé à une jeune femme, Sarene, qui vient d’une autre région; leur union était politique. Quand Sarene arrive pour le mariage, elle apprend que Raoden est mort, mais le contrat la lie à lui même dans ce cas, et elle ne pourra jamais se remarier. Elle va devoir faire sa place dans cette cour qui n’est pas la sienne, tout en essayant de contrer Hrathen, une sorte de haut dignitaire religieux venu convertir la région à sa foi, quitte à ce que cela se fasse dans la violence…

Le récit est partagé entre les points de vue, qui alternent entre Raoden, Sarene et Hrathen. J’avoue avoir été bien plus captivée par les deux premiers – Hrathen n’est pas inintéressant et il a un vrai rôle dans l’intrigue politique et religieuse générale, mais les questions de foi me laissent toujours un peu de marbre. Les histoires de Raoden et Sarene sont véritablement prenantes, j’ai trouvé l’histoire originale (c’est rare) et la ville d’Elantris est presque un personnage à part entière dans le récit.

La plume de Brandon Sanderson était déjà très bonne, même si j’ai été vraiment gênée par les très nombreux termes spécifiques à cet univers qui ne sont pas explicités. C’est ce que je n’aime pas en fantasy et dans les Archives de Roshar, l’auteur prenait le temps d’expliquer un peu, ce qui n’est pas le cas ici, et c’est pour ça que j’ai eu un mal fou à rentrer dans l’histoire au début. Mais une fois dedans, je n’ai pas été déçue. J’aurais presque aimé que la partie sur Elantris soit d’avantage développée, ainsi que la fin, un peu rapidement expédiée à mon goût.

Bonne pioche en tout cas, il va falloir que je continue ma découverte de cet auteur 🙂

En résumé: 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *