La ferme des animaux – George Orwell

Synopsis: 

Un beau jour, dans une ferme anglaise, les animaux décident de prendre le contrôle et chassent leur propriétaire. Les cochons dirigent la ferme comme une mini société et bientôt des lois sont établies proscrivant de près ou de loin tout ce qui pourrait ressembler ou faire agir les animaux comme des humains. De fil en aiguille, ce microcosme évolue jusqu’à ce qu’on puisse lire parmi les commandements :  » Tous les animaux sont égaux, mais (il semble que cela ait été rajouté) il y en a qui le sont plus que d’autres. « 

image9 bis

Mon avis: 

J’avais lu ce roman à l’adolescence. J’en avais gardé un bon souvenir mais je ne l’avais plus trop en tête et comme j’aimerais avancer dans les classiques que j’ai à lire, je voulais commencer par un petit, facile et déjà lu (car comme chacun sait, les classiques.. ce n’est pas mon truc).

Au final, je pense que je l’avais plus apprécié à ma première lecture, pendant laquelle je n’avais pas trop capté le parallèle avec le régime soviétique. Je n’avais vu/compris que la surface, à savoir des animaux qui se rebellent et prennent possession de leur ferme. C’était une vision très enfantine, mais plus fun que cette relecture d’adulte qui est en fait une allégorie géante et dans laquelle le premier degré de lecture n’est pas le plus intéressant – mais pas le moins divertissant non plus.

George Orwell dresse donc un parallèle entre sa ferme où les animaux prennent le pouvoir et la révolution russe, suivie des débuts du régime soviétique / communiste. Ou comment de belles idées égalitaires se sont peu à peu transformées en régime totalitaire.. en fait, je trouve que le livre est parfait pour des collégiens qui aborderaient cette période de l’histoire. Ca simplifierait les enjeux et leur permettrait de mieux comprendre cette période.

Je ne suis pas fan de la plume d’Orwell (quoique j’ai eu moins de mal ici que sur 1984) mais les commandements écrits sur le mur (et modifiés au fil du temps) sont vraiment percutants, comme le tout dernier, particulièrement puissant et qui reste en tête « tous les animaux sont égaux.. mais certains sont plus égaux que d’autres ».

Vu la petitesse du livre (88 pages en ebook sur ma kobo), ce serait dommage de ne pas le lire, au moins pour la culture ^^

En résumé: 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *