La reine solitaire (L’assassin royal, tome 6) – Robin Hobb

Synopsis: 

Voici donc la fin de la route pour Fitz Chevalerie, et tous les chemins de sa vie semblent aboutir au même endroit : dans cette région désolée au-delà du Royaume des montagnes où vivaient les Anciens, dont le retour devrait sauver les Six Duchés. Mais si Vérité, le roi légitime, fils de Subtil Loinvoyant, espère le soutien des anciens pour sauver son royaume de la terrible vengeance outrilienne, son frère, Royal, l’usurpateur qui règne d’une main de fer sur les duchés de l’intérieur abandonnant les duchés côtiers aux exactions des pirates rouges, a d’autres plans pour la réalisation desquels il a formé de nombreux clans d’Artiseurs. L’art imparfait de Fitz suffira-t-il à sauver la situation et pourra-t-il sauver son Roi et sa Reine de l’implacable soif de pouvoir de Royal.

image9 bis

Mon avis: 

Dernier tome de la première époque de la saga, La reine solitaire est excellent. J’ai vraiment adoré ma lecture! 

Le début est incroyablement prenant et mystérieux: Fitz se retrouve projeté, seul, dans les ruines d’une ancienne cité qui semble revenir à la vie quand il en touche les parois (ça m’a évoqué le début de Chihiro, quand elle se retrouve dans le parc d’attraction abandonné et qu’il revient petit à petit à la vie, et aussi un peu Narnia). J’ai été vraiment transportée par l’atmosphère spectrale qui se dégageait de l’ouverture du roman. La suite continue la quête du petit groupe (le Fou, Kettricken, Caudron et Astérie) qui cherchent toujours Vérité. On va enfin en savoir d’avantage sur Caudron (ce qui correspondait plus ou moins à ce que je suspectais); l‘intrigue développée par l’auteure autour des Anciens / dragons m’a captivée, la mythologie (qu’on sent seulement effleurée) et l’univers sont époustouflants. Je ne m’attendais vraiment pas à apprécier autant cette saga, et j’ai presque peur d’attaquer la seconde époque car je ne vois pas comment ça pourrait être aussi efficace ^^.

L’Assassin Royal aurait pourtant été une saga fantasy quelconque sans le talent indéniable de l’auteure. Sa plume est fabuleuse, précise et ses personnages sont taillés hyper finement. Je lui tire réellement mon chapeau car il fallait en avoir sous le coude pour me faire apprécier ce type de roman, c’était pas gagné ^^.

Mon petit bémol (et ce qui m’a empêchée d’en faire vraiment un coup de coeur), c’est la fin, que je trouve trop rapide et expédiée. On termine 6 tomes en seulement 30 pages et j’aurais aimé que ça soit plus long, qu’on en sache d’avantage. Dommage car tout le reste est véritablement excellent!

En résumé: 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *