Carnet de bord TDM – Inde #2: Agra et le Taj Mahal 📷

Jour #7 – Mercredi 21 novembre

Nous avons rejoint la gare d’Aurangabad à pied (3km depuis notre hôtel). Notre train partait à 13h30 et devait arriver à Agra vers 9h le lendemain, soit environ 19h de trajet.. pas mal pour un premier train indien 🙂 (et rien à voir avec les TGV français que je prends très souvent pour le boulot)!

Petit aparté « train »: la réservation en ligne de billets est hyper compliquée pour les étrangers. En théorie il faut un numéro de téléphone indien (que nous n’avons pas), des applis particulières avec des comptes créés dessus, obtenir un autre numéro je ne sais plus comment… Nous avons suivi tous les conseils et consignes qu’on a pu trouver sur le net, mais nous n’avons jamais réussi à finaliser une réservation. Nous nous sommes donc résignés à devoir passer par un guichet dans une gare à chaque fois.. ce n’est pas au top du pratique, mais au moins on ressort avec un billet au lieu de s’acharner des heures sur internet pour finir sans rien. Et la réservation au guichet, c’est tout un truc. Déjà, il faut veiller à être dans la bonne queue, car les touristes étrangers ne sont pas dans la même file que les indiens. Ensuite, pendant qu’on attend son tour, il faut compléter un formulaire sur lequel il faut indiquer le trajet souhaité, avec le numéro du train, les gares de départ et d’arrivée, la classe souhaitée.. en clair, il faut avoir toutes les infos d’avance, donc vérifier sur internet à l’hôtel (car on a jamais réussi à accéder au wifi d’aucune gare ici, donc impossible de faire des recherches internet quand on fait la queue). Sur ce papier, il faut aussi noter nos noms, âges, numéros de téléphone, adresse française.. bref, c’est assez long. On le présente complété au guichetier (qui vous envoie sur le côté pour terminer si c’est mal rempli), et ensuite, lui, il cherche le billet avec les infos que vous avez noté (en gros, vous faites son taf avant d’arriver). Là où il faut connaître, c’est la classe du train, il y a des wagons AC ou non AC (avec ou sans clim), des wagons avec des sièges uniquement (avec des codes: par exemple W signifie siège côté fenêtre), des wagons avec des couchettes, plus chers (3 couchettes superposées: en bas, au milieu et en haut, donc L pour lower, M pour Medium et U pour upper), et différentes classes en fonction du niveau d’intimié souhaité.

Ensuite, pas de voiture-bar ici, mais des vendeurs ambulants qui se promènent dans le train avec un seau rempli et qui passent dans les couloirs toutes les 37 secondes en hurlant « chai, coffee » (ou équivalent pour de la nourriture, mais en hindi et je ne comprends pas..). C’est trés saoûlant car pas moyen de se reposer avec ces cris incessants (heureusement, la nuit, ca se calme quand même, mais ça reprend très tôt le matin). C’est un pays fortement musulman et il y a aussi énormément de gens qui prient pendant le trajet, à voix haute ou avec des vidéos qu’ils écoutent sans casque, tard le soir ou très tôt le matin.. encore une fois, c’est compliqué de dormir.

Enfin, il faut aussi savoir qu’en Inde, il n’y a aucune indication du conducteur quand on arrive dans une gare (et c’est valable aussi pour les bus et les métros – en gros, si tu ne connais pas la ligne et que tu ne sais pas où tu es, tu es très emmerdé). Et comme le timing ici, ce n’est pas leur truc, on ne peut pas se dire « ok, sur mon billet il est écrit que je dois arriver à telle heure donc je serai prêt pour sortir à ce moment-là ». Non, ce serait trop simple. Le train peut très bien être en avance comme super en retard, donc c’est un stress permanent « le train ralentit, où est-on en train d’arriver? Dois-je préparer mes affaires et m’approcher de la porte pour sortir, ou puis-je rester assis? ». On demande très souvent aux gens autour de nous mais comme peu parlent anglais, c’est toujours un peu compliqué..

J’en reviens à mon train pour Agra: comme le trajet durait 19h, nous avions pris des couchettes pour être plus à l’aise, mais la classe la moins élevée. Nous étions sur un lower et un medium bed, qui en fait en journée ne sont pas installés (contrairement au « upper » qui lui est utilisé comme lit tout le long): en bas, c’est une banquette avec un dossier ou tout le monde s’assoit, puis quand la nuit arrive, on prend le dossier de la banquette, on le redresse à l’horizontale et ca forme le lit du milieu. La banquette sur laquelle on est assis devient le lit du bas.

Petit aparté #2: les toilettes. J’en parlerai plus en détail dans mon article « bilan » sur l’Inde mais ici, les toilettes dans le train sont juste immondes. Ce sont des toilettes turques qui donnent l’impression de n’avoir jamais été nettoyées, et malheureusement, pour un trajet de 19h, c’est compliqué de passer à côté. Il faut vraiment prendre sur soi… pour ce trajet Aurangabad – Agra, nous y sommes allés deux fois chacun, mais pas plus.. (et là je me dis que finalement, les toilettes des trains en France, que je prends très souvent, c’est pas la panacée mais c’est quand même un tout autre level…).

Bref, on a pris le train en Inde.

Jour #8 – Jeudi 22 novembre – Agra

Après 19h de train, je voulais absolument me dégourdir les jambes. On avait checké le trajet vers notre hôtel avant de partir la veille, il était à 7km de la gare mais nous avons préféré le faire à pied qu’en tuk tuk, malgré les gros sacs à dos. On s’est fait accoster environ 13539 fois par des tuk tuk sur le chemin, mais n’avons jamais cédé. En Inde, marcher semble ne pas être la norme. Beaucoup de gens prennent des tuk tuk, même pour des trajets courts. Il y a peu de piétons. Quand on disait aux chauffeurs qu’on préférait marcher, on voyait bien qu’ils ne comprenaient pas ce concept ^^’

Une fois arrivés à l’hôtel (le Sai Palace), nous avons été agréablement surpris car c’était le moins cher que nous avions réservé jusque là, mais le meilleur: déco plus sympa qu’ailleurs, propre, et avec un restaurant sur le toit – un rooftop avec vue sur le Taj Mahal, vraiment à côté.

(Et il y avait du chocolat chaud et des toasts au chocolat sur la carte! Je ne me suis pas fait prié au petit-déjeuner du lendemain. Le manque de chocolat est un vrai souci pour moi en Asie ^^’).

Nous avions prévu de visiter le Taj au lever du soleil (pour les photos, mais aussi pour éviter les foules de touristes et les grosses chaleurs), il était donc déjà trop tard ce jour-là, et le monument est fermé au public le vendredi, nous avons donc attendu le samedi matin pour visiter.

Jour #9 – vendredi 23 novembre 

A défaut de pouvoir visiter le Taj Mahal ce jour-là, nous nous sommes rabattus sur l’autre incontournable d’Agra: le fort (Red Fort of Agra). Nous y sommes aussi allés au lever du soleil (beaucoup de bâtiments ici n’affichent pas d’horaires d’ouverture précis mais écrivent « ouvert du lever au coucher du soleil »..). Pour l’anecdote, en quittant l’hôtel vers 6h10, on a réalisé que le réceptionniste dormait sur un lit installé dans le couloir de l’hôtel.. il n’avait même pas de vraie chambre..

En ce moment le soleil se lève vers 6h30, et nous étions les premiers à la billeterie à 6h30 :). Et la visite a été ROYALE: pendant un bon moment, nous avons eu l’impression d’être seuls dans le Fort, il n’y avait pas encore beaucoup de touristes et c’est assez grand pour s’arranger pour ne pas les croiser pour les photos. Nous avons eu droit au lever du soleil sur le Taj Mahal (visible depuis le fort au loin), et les températures étaient douces. Bref, les conditions idéales! (Rien à voir avec Ajanta et Ellora caves, visités dans la journée dans la foule sous une chaleur écrasante, harcelés pour prendre des selfies avec des indiens et sans possibilité de faire des photos sans personne dessus) (vous sentez ma frustration là? :D). Le Fort est très bien conservé (apparemment beaucoup mieux que celui de Delhi, mais je ne peux pas comparer, puisque nous ne sommes pas encore arrivés là-bas) et le site assez grand, je n’ai pas regretté mes 500 roupies.

Nous sommes retournés à l’hôtel et avons déménagé nos affaires vers un autre endroit (une guest house), car le premier n’était pas dispo pour deux nuits au départ. A prestation équivalente, nous avons payé le double dans ce deuxième endroit, on a clairement eu l’impression de se faire avoir.. tant pis, on ne peut pas gagner à chaque fois!

Nous nous sommes reposés jusque 15h environ, puis nous sommes repartis en vadrouille: nous voulions voir le coucher du soleil sur le Taj Mahal depuis le parc d’en face (Metagh Bagh). On pourrait croire que du coup, l’accès est facile quand on est au niveau du Taj, mais pas du tout: il faut traverser la rivière pour y arriver, et pour ça, il faut un pont.. et le pont est loiiin du site. Donc il faut remonter la rivière jusqu’au pont sur plusieurs kilomètres, traverser le pont et relonger la rivière dans l’autre sens jusqu’au parc.. la promenade pour arriver au parc nous a pris 1h30 à pied en marchant d’un bon pas. Nous avons passé une petite partie du trajet dans un autre parc (côté Taj) qui nous a permis d’échapper aux klaxons pour un petit moment, et ça, ça n’a pas de prix en Inde 🙂 (nous avons vu dans ce parc des fourmis à la taille démente.. je n’ai pas de photo mais c’était impressionnant!).

Sur le trajet, nous avons été arrêtés par un petit groupe d’enfants qui m’ont demandé de noter mon prénom sur leurs feuilles de papier (je n’ai pas trop compris mais j’avais l’impression de signer des autographes ^^’), et nous avons croisé des campements de fortune en bordure de route, où les gens habitent avec les animaux (vaches, chèvres, chiens, sans compter les singes qui se promènent…). Le sol est par endroit couvert de déjections, et je pensais que c’était dû aux nombreux animaux, jusqu’à ce qu’on croise deux gamins d’environ deux ans au bord de la route, nus, accroupis en train de faire leurs besoins en rigolant. Et juste après, 3 autres à peine plus grands, qui devaient à peine parler leur propre langue, qui courent vers nous les bras tendus en criant « money money money »… Ça fait quand même un choc de voir des choses comme ça…

L’entrée du parc a coûté beaucoup plus cher que ce que nous pensions (un blog de personnes y étant allé en 2016 parlait de 100 roupies par personne, mais c’était 300 en fait, les tarifs ont peut être augmenté depuis), et on était un peu dégoûtés de devoir payer autant pour rester juste le temps de faire des photos du coucher de soleil, mais après cette longue route à pied pour y arriver, on ne se voyait pas faire demi-tour. Le Taj étant fermé le vendredi, il y avait beaucoup de monde dans le parc (nous n’étions pas les seuls à avoir eu cette idée), mais c’était tout de même possible de prendre des photos et la vue était top. Une fois le soleil couché, nous avons pris un tuk tuk pour rentrer (on n’avait pas envie de refaire le trajet à pied, de nuit).

Jour #10 – Samedi 24 novembre 

Nous avons passé une très mauvaise nuit à cause des bruits incessants. Les murs sont hyper fins partout, alors entre les animaux qui se battent à l’extérieur, les gens dans les chambres autour qu’on entendait comme s’ils étaient avec nous et les bruits de perceuse et autres outils de travaux (en pleine nuit! On a pas compris), c’était compliqué. On était presque soulagés de se lever à 5h pour aller visiter le Taj ^^’.

Nous sommes arrivés là bas vers 5h30, mais impossible de se mettre dans la queue de l’entrée (il y avait déjà du monde à cette heure-là!), il fallait d’abord aller acheter les billets, et les guichets n’ont ouvert qu’à 5h45. Le temps d’acheter et de revenir à l’entrée, on avait été dépassés par plein de gens (je n’en revenait pas du monde à 6h du mat..). Il y a 4 files à l’entrée, une pour les hommes étrangers, une pour les hommes indiens, une pour les femmes étrangères, et une pour les femmes indiennes. Il faut passer un contrôle des sacs, puis remonter une allée, passer devant la Porte Sud et enfin, on voit le Taj. Tout le monde était agglutiné à cet endroit et nous avons préféré nous dépécher d’aller au fond, directement au niveau du mausolée, pour faire des photos sans personne là-bas (pari plutôt réussi). Le bâtiment est splendide et n’a pas usurpé son titre de Merveille du Monde 🙂 ça faisait bizarre de le voir « en vrai »!

L’intérieur du Mausolée est petit (en tout cas la partie accessible au public), et on ne peut pas y prendre de photos =/ (d’ailleurs, il y a énormément de choses qu’on ne peut pas faire au Taj, et ça commence par les sacs à dos, qui y sont interdits. Il faut prévoir uniquement une pochette pour les papiers et l’appareil photo autour du cou..).

Comme partout, nous y avons vu énormément de singes, c’est assez curieux mais pourquoi pas 🙂


Sur notre chemin vers la sortie, vers 8h15, les allées étaient couvertes de touristes, on a vraiment pas regretté de s’être levés tôt 🙂

Nous sommes ensuite retournés à notre hôtel, avons petit-déjeuné, fait le check-out et nous sommes mis en route pour la gare d’Agra Fort, où nous avions un train pour Jaipur.

image9 bis

La suite (le Rajasthan: Jaipur, Jodhpur et Jaisalmer) au prochain épisode) 🙂

2 réflexions au sujet de « Carnet de bord TDM – Inde #2: Agra et le Taj Mahal 📷 »

  1. Encore une fois, tes photos son superbes ! Ca donne toujours envie d’y être mais tous les « à côtés » donnent moins envie ^^ Les couleurs du matin donnent une super ambiance, c’est très beau 🙂 Je vais de suite aller lire la suite de tes aventures avec le 3ème article !

    • haha merci, ça fait plaisir! effectivement en photo ça vend du rêve, en vrai je suis très mitigée sur le pays que je n’apprécie pas trop, je vais détailler tout ça dans un article bilan sur l’Inde 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *