La fille du faiseur de rois (The Cousin’s War, tome 4) – Philippa Gregory

Synopsis: 

Angleterre, 1465, les grandes familles de Lancastre et York se disputent depuis plus de 10 ans le trône. À cette époque un homme œuvre dans l’ombre pour faire et défaire les dynasties, au gré de ses intérêts personnels : Richard Neville, comte de Warwick, surnommé le  » faiseur de rois ». Celui- ci, sans héritier homme, s’est servi de ses deux filles, Isabelle et Anne, comme des pions sur l’échiquier politique. L’histoire est racontée ici par Anne Neville. Mariée très jeune, Anne perd très vite son époux, ainsi que son père en 1471. Sa mère est enfermée au sanctuaire et sa sœur mariée à l’ennemi. Elle s’en sort en épousant Richard, le frère du roi, mais doit affronter la puissante famille royale, notamment la reine. Après la mort de sa sœur et de son seul fils, Anne finira par réaliser le rêve de son père en montant sur le trône aux côtés de Richard. Malheureusement, celui-ci s’éprend de sa nièce Élisabeth (future reine et femme d’Henri VII, la Princesse Blanche)…

image9 bis

Mon avis: 

Encore une bonne pioche avec ce Philippa Gregory (mais je n’ai plus trop de doute en les ouvrant, de toute façon :)). Cette saga (appelée en anglais The cousin’s war, je ne suis pas certaine qu’elle ait un nom en français) a une chronologie un peu particulière: le premier tome (La reine clandestine) se déroule de 1465 à 1485 environ, puis le tome 2 reprend la même période mais avec un point de vue différent. Le tome 3 part en arrière puisqu’il raconte l’histoire de la mère de l’héroïne du tome 1. Le tome 4 (celui-ci donc) est une troisième version de la période du tome 1, avec un nouveau point de vue… et enfin, le tome 5 (La princesse blanche) est la suite directe du premier, 2ème et 4ème tome, puisqu’il démarre en 1485. Et tous les tomes n’ont pas été traduits en français… Il faut suivre ^^

Le point de vue que nous découvrons ici, c’est celui d’Anne Neville, la fille de Warwick, qui était le conseiller principal du Roi au début du tome 1, et qui a été écarté du trône par la puissance montante d’Elizabeth Woodwill. Anne débute le récit très petite, puisqu’elle n’a que 8 ans au début du roman. On va la suivre pendant 20 ans. J’ai trouvé que c’était la plus attachante des trois héroïnes pour le moment (par rapport à la Princesse blanche et à la Reine Clandestine). Elle évolue beaucoup au fil du roman, d’abord très sûre d’elle et de ce qui lui revient de droit, puis malmenée par les épreuves, elle devient plus humble, avant de redevenir assez féroce vers la fin. Sa relation avec sa soeur Isabelle est aussi fluctuante, et c’est assez fou de voir à quel point les relations entre personnes d’une même famille pouvaient être influencées par les intrigues de cour – je suis bien contente de ne pas avoir vécu à cette époque, où personne ne peut faire confiance à personne, tout le monde passe son temps à se duper pour récupérer des miettes de pouvoir… On est clairement dans du Game of Thrones ici (d’ailleurs, cette fameuse Guerre des Deux Roses aurait fortement influencé G.R.R. Martin pour l’écriture de sa saga…).

Je ne connais pas bien l’histoire de cette période et j’adore la découvrir par le biais des histoires de Philippa Gregory. Je pense me pencher rapidement sur les séries BBC qui ont été tirées de ces romans au retour du tour du monde. En attendant, à chaque lecture, je fais des recherches internet pour essayer de discerner la réalité historique qui se cache derrière (l’excellente) plume de l’auteure. J’ai hâte de découvrir également le tome 6 (La Malédiction du Roi), que j’achèterai au moment du retour en France. Amateurs de romans historiques et d’Angleterre médiévale, foncez!

En résumé: 

3 réflexions au sujet de « La fille du faiseur de rois (The Cousin’s War, tome 4) – Philippa Gregory »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *