Il était un secret – Kathryn Hughes

Synopsis: 

Quand le terrible secret d’une femme peut en sauver une autre des décennies plus tard. En 1975, par une journée de canicule, une virée à la mer entre amis se termine par un accident tragique. Ce même été, Mary, une jeune veuve en mal d’enfant, découvre un bébé abandonné devant sa porte et fait le choix de mentir en le faisant passer pour le sien. Quarante ans plus tard, en 2016, une femme, Beth, qui vient de perdre sa mère, vit dans l’amertume le fait que celle-ci ne lui ait jamais révélé l’identité de son père et ait emporté son secret dans la tombe. Tout ignorer de ses antécédents familiaux se révèle d’autant plus dramatique qu’elle cherche désespérément un donneur compatible pour son petit garçon qui a besoin d’une greffe de rein. En trouvant un vieil article de journal dans les papiers de sa mère, elle parvient à remonter le fil du passé et à découvrir le secret qui pèse sur sa vie depuis son enfance. À la manière d’un puzzle, cette révélation finit par rassembler des personnages qui mènent leur existence dans trois endroits différents – à Manchester, dans une station balnéaire de la côte anglaise et en Australie – sans n’avoir jamais rien su du lien qui les unit.

image9 bis

Mon avis: 

Chouette roman qu’Il était un secret!

Contrairement à ce qu’on trouve d’habitude en terme de structure lorsqu’on lit un texte qui évoque plusieurs périodes temporelles (en général, on alterne les chapitres des deux époques), ici, ce qui m’a frappée (et un peu destabilisée au début du coup), c’est que l’auteure n’a pas fait ce choix d’alternance. Les premiers chapitres plantent les personnages principaux de chaque époque, et puis nous partons en 1975 en pensant revenir rapidement dans le présent… sauf qu’on va enchainer 200 pages à la suite en 1975. Donc, au début on alterne les époques sur les 3 premiers chapitres, en se disant que ça va continuer d’alterner jusqu’à la fin… mais ensuite on reste en 1975 avant de revenir dans le présent à la fin du livre. Pour le coup, une telle structure temporelle est rare dans un roman de ce genre.

Kathryn Hughes nous plonge dans l’histoire de plusieurs familles anglaises dont le destin s’entremêle. Nous avons Mary, dont le mari mineur meurt au début du livre, et qui se retrouve jeune veuve en 1975. Nous avons Beth et Michael, parents d’un petit garçon qui a besoin d’une transplantation rénale dans le présent, et malheureusement ils ne sont pas compatibles. Et nous avons une série d’autres personnages en 1975, qui vont passer une journée ensemble au bord de la mer, avant qu’un accident sur la route du retour n’impacte durablement leur vie à tous.

L’écriture de l’auteure est très fluide et agréable à lire. J’ai été un peu perdue quand on part en 1975 pour la seconde fois car je m’attendais à suivre Mary et nous suivons en fait la journée à la mer qui précéde l’accident… avec des protagonistes différents. Ce qui m’empêche de faire du roman une vraie excellente lecture, c’est ce qui arrive à l’un des personnages pendant cette journée et qui conditionne tout le reste du récit: dans l’idée, pourquoi pas, mais en pratique, je ne vois pas comment ça aurait pu passer à ce point inaperçu, pour moi ce n’est pas crédible, et du coup je trouve le postulat de départ assez bancal, même si l’histoire qui en découle derrière est émouvante et belle. C’est mon principal point noir car pour le reste, si on admet cet évènement de départ, le roman est prenant et efficace. Il devrait plaire aux amateurs de contemporain / historique (type Lucinda Riley). 

En résumé: 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *