One dark throne (Three dark crowns, tome 2) – Kendare Blake

Synopsis: 

The battle for the Crown has begun, but which of the three sisters will prevail?
With the unforgettable events of the Quickening behind them and the Ascension Year underway, all bets are off. Katharine, once the weak and feeble sister, is stronger than ever before. Arsinoe, after discovering the truth about her powers, must figure out how to make her secret talent work in her favor without anyone finding out. And Mirabella, once thought to be the strongest sister of all and the certain Queen Crowned, faces attacks like never before—ones that put those around her in danger she can’t seem to prevent.

image9 bis

Mon avis: 

Un an et demi après ma lecture du premier tome de cette quadrilogie, j’ai attaqué One dark throne. Pour être honnête, je n’étais pas hyper enthousiaste à l’idée de le lire – j’avais aimé le premier, mais il ne m’avait pas laissé un souvenir impérissable, et je me souviens que j’avais eu un peu de mal avec l’anglais employé, et ça, je n’aime pas. Je lis régulièrement en VO mais pour autant, je ne fais pas partie de ces lectrices qui adorent ça. Lire en anglais, c’est une sorte d’auto challenge que je m’impose à chaque nouvelle lecture, et ça a donc quelque chose d’un peu contraignant.

Finalement, je ne regrette pas d’avoir tardé à lire One dark throne car dans l’intervalle, le tome 3 est sorti et j’ai pu enchaîner les deux – ce qui me va très bien car en fait, j’ai beaucoup aimé ce livre, nettement plus que le premier!

Je ne me rappelais pas hyper bien de la fin, ni des personnages secondaires (comme d’habitude quand je laisse écouler beaucoup de temps entre deux tomes d’une même saga…) et c’est probablement mon plus gros point négatif ici: beaucoup de personnages, de familles, et peu de souvenirs de Three dark crowns m’ont un peu perdue, surtout au début. Je me souvenais des enjeux généraux mais les sous-intrigues (sur les prêtresses, les prétendants, quel prétendant avec quel reine…), j’avoue que je ne captais pas tout, dommage. Comme à chaque fois, je regrette de ne pas avoir tout lu à la suite – mais c’est pour ça que j’enchaine directemen avec le troisième, j’en profite tant que j’ai encore les infos bien en tête!

En dehors de ce point noir, j’ai été happée par ma lecture assez vite! Moi qui avait souvenir d’un anglais assez ardu, ça ne m’a pas sauté aux yeux ici (mais c’est le troisième livre VO à la suite que je lis, donc je me suis habituée en ce moment à lire en anglais, je pense que ça joue). J‘aime décidément vraiment beaucoup l’idée de base de la saga (c’est un peu bizarre de dire ça vu que trois soeurs qui d’entretuent pour accéder au trône, il y a plus gai!), et là où le premier tome était clairement introductif – tant du côté personnages principaux / secondaires que sur le plan de l’univers et des enjeux généraux -, One dark throne nous plonge enfin dans ce qu’on attendait depuis le début: les hostilités entre les trois soeurs. L’auteure s’amuse, le rythme est soutenu, les situations pleines de tensions, les révélations et les twists nombreux, bref, ce tome est nettement moins contemplatif que le premier, beaucoup plus orienté sur l’action, c’est très prenant, et clairement, je n’avais pas envie que ça s’arrête!

Pour rentrer un peu plus dans le détail, les chapitres continuent d’alterner entre Katharine, Arsinoe et Mirabella. Katharine, l’empoisonneuse qui ne supportait pas le poison dans le tome 1 et qui était vraiment perçue comme la troisième roue du carosse, a totalement changé de statut suite à ce qui lui est arrivé à la fin du tome précédent – évènement mystérieux sur lequel on aura pas trop de détails, mis à part une rapide explication à la fin, mais qui va permettre d’éclairer sous un jour nouveau son changement drastique de comportement. J’avoue que je ne m’attendais pas trop à ça et ça permet de donner une dimension un peu plus fantastique au récit qui, jusque là, ne l’était pas tant que ça. Arsinoe, également présentée comme « faible » dans le premier tome, cache ce qu’elle a découvert: contrairement à ce que tout le monde a toujours pensé, son pouvoir n’est pas d’être naturaliste… mais si elle veut tourner ce secret à son avantage, personne ne doit s’en rendre compte. Elle reste donc toujours perçue comme une prétendante au trône peu crédible, et assistée de son amie Jules, qui, elle, est une naturaliste très douée, en plus d’avoir un second pouvoir, le « war gift », qui a été bridé par sa mère car il risquerait de la rendre folle. Mirabella, de son côté, voit elle aussi son image modifiée dans l’opinion: avec Katharine qui se place désormais en tête de la compétition, l’ancienne favorite ne sait plus trop sur quel pied danser – mais il est clair que Katharine est désormais dans son viseur…

A côté de ces intrigues purement « Game of thrones », nous avons également d’autres enjeux, comme l’histoire de Jules, qui, on le sent, va prendre de l’ampleur dans la suite. Il y a également les arcs narratifs autour des prétendants (Joseph, l’ami/amoureux de Jules qui avait couché avec Mirabella dans le tome 1, Pietyr et Nicolas qui gravitent autour de Katharine, et Billy, cuisinier/goûteur à la cour de Mirabella mais qui en fait est amoureux d’Arsinoe. Enfin, les intrigues politiques et religieuses se dessinent aussi lentement, même si là j’ai eu plus de mal à suivre car je n’arrivais pas à remettre qui était qui, quelle prêtresse était dans quel camp, etc.

Globalement, une très bonne lecture et une très bonne surprise, bien meilleure que le tome 1, et qui promet vraiment pour la suite. J’espère que la saga sera traduite en français! et à ceux qui lisent en VO: je conseille!

En résumé: 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *