Tour du monde, #1: la genèse du projet

Premier article d’une série un peu à part sur ce blog, à laquelle je pense depuis très longtemps ^^: les articles tour du monde!

Pour ceux qui ne seraient pas au courant, avec Mr Totoro, nous partons en tour du monde le 14 novembre 2018, soit dans 69 jours. Je n’ai pas la prétention d’écrire un blog de voyage – il y en a déjà PLETHORE et je ne vois pas ce que je pourrais ajouter au schmilblick, d’autant que certains sont véritablement excellents et exhaustifs. Mais je vais tout de même en parler ici, c’est dans la continuité des articles photos (à vrai dire, c’est le tour du monde à venir qui m’a poussée à vous poster des articles photo), et ça me permet de tenir une sorte de carnet de route ^^.

Aujourd’hui, je commence donc par le début: la genèse du projet 🙂

Avant de commencer, il faut savoir un peu mon historique avec les voyages. Petite, je n’ai jamais voyagé. Je ne suis même jamais réellement partie en vacances avec mes parents, à l’exception de courts séjours dans ma famille dans la région de Grenoble. Pourtant, c’est quelque chose qui me faisait déjà envie. J’ai souvenir d’une affiche dans la bibliothèque de mon école qui montrait des miniature de quelques endroits type « merveilles du monde », et il y en a une en particulier qui me faisait rêver, c’est celle du Machu Picchu. Rien que le nom me faisait voyager, et c’est un des endroits où j’ai toujours voulu aller.

En 1999, j’avais 9 ans, mes parents se sont séparés et mon père est parti en vacances en Martinique sans nous (mon frère et moi). Je crois que c’est ça qui m’a marquée plus que la séparation en elle-même: voir qu’il était possible de partir loin, mais que nous, les petits, on en était exclus. (Papa, si tu me lis – et je sais que tu le fais, ce n’est pas un article à charge ^^ j’explique juste le cheminement ^^).

« tu auras tout le temps de voyager toi même quand tu seras plus grande »

 

Dans les années qui ont suivi, entre 2000 et 2004, nous partions en vacances l’été avec mon père et ma belle-mère en France (Jura, Côte Atlantique), mais eux deux continuaient de partir aussi très régulièrement à l’étranger (Tunisie par exemple). A l’époque, je l’ai très mal vécu. Le nom des destinations me faisait juste rêver – mais moi, je n’avais pas le droit de passer les frontières avec les adultes! Et quand je faisais part de mon désarroi, combien de fois n’ai-je pas entendu « tu auras tout le temps de voyager toi même quand tu seras plus grande« . God, ça me donnait envie de tuer quelqu’un quand on me répondait ça! Pour le coup, cette phrase qu’on m’a tant répété fait clairement partie des fondations de mon envie constante de voyages qui fait partie de moi aujourd’hui. Comme s’il fallait que je rattrape toutes ces années pendant lesquelles j’étais trop jeune pour partir de mon côté et pendant lesquelle aucun adulte ne m’emmenait à l’étranger. Comme s’il fallait que je fasse un pied de nez à tous ces gens qui m’ont seriné ça – un peu en mode « ah, tu me disais que je voyagerais quand je serai grande? tu vas voir ce que tu vas voir! ce n’est pas tombé dans l’oreille d’une sourde ». Surtout qu’à côté, je voyais des amis autour de moi qui partaient avec leurs parents – donc, ça existait, c’était possible d’être jeune mais de voyager! 

De son côté, ma mère est une des personnes les plus casanières que je connaisse, les vacances c’est à la maison, je ne lui connais que deux voyages à l’étranger dans toute sa vie et c’était dans les années 80, avant ma naissance.. ce n’est donc absolument pas elle qui m’a transmis cette envie de voyager, ce serait même plutôt l’inverse: je fais une réaction et je fais tout pour être à l’opposé du spectre du voyageur par rapport à elle ^^.

Véritablement, la première fois de ma vie que je suis sortie de la France (on va juste exclure la Belgique qui est à 10mn de chez moi en voiture), c’était en voyage de classe avec le lycée, en seconde, en 2005, pour aller au Pays de Galles. J’étais en transe tout le long haha! Rebelote l’année suivante en première, voyage de classe en Irlande – des excellents souvenirs! 

Il y a 15 jours, je discutais de notre départ prochain avec un ami que je connais depuis le lycée et qui m’a dit (je n’en avais aucun souvenir, mais c’est bien la preuve que c’est un projet de longue date ^^) que je parlais déjà de cette idée de faire un voyage autour du monde à l’époque du lycée justement (2005/2007)! (Pour les gens qui me connaissent depuis longtemps, ça fait donc plus d’une décennie que je les bassine avec ça.. il était temps que ça se concrétise ^^).

Le premier voyage « solo » (sans parents) que j’ai fait, c’était avec Mr Totoro en 2009, j’ai passé quelques jours à Londres. Je rendais visite à une cousine qui habitait là-bas. Et depuis, on ne s’est plus arrêtés, avec tous les voyages que vous avez pu voir dans mes différents articles photo au fil des mois: Barcelone, Rome, Bruxelles, Ecosse, New York, Norvège, Thaïlande, Laos… (Je suis du coup en train de réaliser que je n’ai jamais fait d’article sur Londres! Oubli qui se doit d’être réparé prochainement). 

En 2011-2012, je suis partie en Ecosse en Erasmus, pour faire ma troisième année de licence. Comme le tour du monde, c’était quelque chose que j’avais en tête depuis que je savais qu’on pouvait étudier à l’étranger (L’auberge espagnole m’a toujours fait rêver) et je m’étais promis de le faire. Ca n’a pas été toujours évident, car j’étais déjà avec Mr Totoro à l’époque et lui est resté en France à cette période-là (avant de partir à Londres l’année suivante, au moment où moi je suis rentrée…). Ca ne s’est pas forcément passé comme je l’aurais voulu mais encore une fois, ça m’a confirmé que je n’étais pas faite pour rester sur place ad vitam eternam. Bouger, voyager, voir comment vivent les gens ailleurs, c’est vraiment important pour moi. En revenant, il était clair dans ma tête qu’un jour je repartirai, que ça soit pour un tour du monde ou pour carrément m’expatrier, vivre et travailler à l’étranger (idée qui est toujours dans un coin de ma tête d’ailleurs).

Entre temps, ce qui a vraiment fait basculer les choses du rêve au projet concret dans ma tête a été un stage que j’ai fait pendant mon master, en 2013, et qui s’est atrocement mal passé. Je me suis plongée dans les livres à cette époque (je lisais déjà beaucoup, mais j’ai passé un seuil à ce moment-là, et c’est d’ailleurs ce qui m’a poussée à créer le blog en 2014), et lors d’une de mes séances shopping en librairie, je suis tombée sur ce livre:

Je l’ai feuilleté dans la librairie, et ça a vraiment été un déclic. Le fait de lire tous ces témoignages + ma grosse remise en question à l’époque, liée à mon stage qui se passait très mal, j’en suis venue à me dire des choses comme « c’est possible », « il suffit juste de mettre de l’argent de côté, ça prendra le temps que ça prendra mais je le ferai », « je refuse de vivre une vie métro boulot dodo, j’ai envie d’autre chose ». Ca a pris forme dans ma tête. Ce qui avait toujours été une vague idée, un rêve inaccessible, j’allais commencer à y travailler pour de bon!

J’ai la chance d’avoir un partenaire qui, si ça n’est pas un rêve de longue date pour lui comme pour moi, n’est pas du tout réfractaire à mon projet. Il aurait pu me dire « on va voyager pendant les vacances comme tout le monde », mais non, il m’a suivie dans ce qui peut apparaître comme un délire, mais qui est vraiment l’aboutissement d’un rêve d’enfant! Heureusement qu’il est là d’ailleurs, car je ne pense pas que je me serais lancée là dedans toute seule – je n’aime pas l’idée de voyager en solo. Pour moi, le voyage, ça se partage! Seb, si tu me lis – merci d’être là <3

and the rest is history 🙂 La suite (les préparatifs de 2013 jusqu’à aujourd’hui) dans un prochain article 🙂

Et vous, vous avez comme ça des rêves qui vous suivent depuis votre enfance?

4 réflexions au sujet de « Tour du monde, #1: la genèse du projet »

  1. J’adore ton idée de poster sur ton voyage ! J’adorerais voyager, comme toi, petite je ne suis jamais partie loin et désormais adulte, j’attends d’avoir un peu d’argent pour pouvoir partir =)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *