Le poison de la vengeance (L’assassin royal, tome 4) – Robin Hobb

Synopsis: 

Royal, l’usurpateur monté sur le trône des Six-Duchés, est persuadé que Fitzchevalerie, son ennemi intime, est mort. Mais celui-ci, caché à l ‘écart de la cour avec Burrich, prépare sa vengeance…

image9 bis

Mon avis: 

Quatrième tome des aventures de Fitz – moins bien que le troisième à mon goût, mais clairement, je suis désormais bien attachée aux personnages et j’apprécie suivre cette histoire!

Suite au cliffhanger de la fin de La nef du crépuscule, la situation a bien changé pour Fitz et les Six Duchés. Une fois Fitz rétabli, à l’abri de la cour avec Burrich et les visites régulières d’Umbre, il repart seul se venger de Royal, qui a pris le pouvoir alors que Vérité est toujours en vie, perdu dans les Montagnes à la recherche des Anciens. Quant à Kettricken et le Fou, dans ce tome, ce sont les grands absents; Robin Hobb fait de ce quatrième tome un opus de transition entre la première et la seconde partie de la « première époque » de cette saga, composée des tomes 1 à 6. Nous avons passé la présentation de l’univers, des personnages, le contexte politique est posé, les enjeux également; le tome 3 terminait sur un ensemble d’évènements qui bousculaient complètement la partie et changeaient la donne pour tous nos personnages. On sent à la fin de ce tome 4 que les tomes suivants (5 et 6, la fin de la première époque donc) vont prendre une autre direction, plus mûre, plus sombre, avec des enjeux dans la continuité mais pourtant différents de l’innocence que pouvaient avoir les premiers tomes. 

Concrètement, le tome 4 est un tome très solitaire et très centré sur Fitz et son périple pour se venger de Royal sans se faire prendre, en restant anonyme. C’est une sorte de road trip (à pied ^^) à travers les Six Duchés que l’on suit ici, ponctué de rencontres éphémères et de nouvelles de la situation nouvelle du Royaume, dont Fitz a été privé en début de tome. Une scène en particulier fait incroyablement monter la tension pendant le roman, puis on recommence à suivre Fitz sur les routes; l’auteure est clairement économe en action, et la saga entière a un rythme en dents de scie, avec des passages un peu longs parfois, d’autres avec un rythme beaucoup plus soutenu; mais toujours avec une plume ciselée très classe et travaillée. 

La fin du Poison de la vengeance nous propulse donc dans un tome 5 qui s’annonce encore différent, avec – j’espère! les retrouvailles avec Vérité (+ Kettricken et le Fou si possible :)). Je n’attendrai pas bien longtemps avant de lire la suite 🙂

En résumé: 

4 réflexions au sujet de « Le poison de la vengeance (L’assassin royal, tome 4) – Robin Hobb »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *