La nef du crépuscule (L’assassin royal, tome 3) – Robin Hobb

Synopsis: 

Ravagé, pillé, le royaume des Six-Duchés plie sous le joug de l’envahisseur. Les navires de guerre ne parviennent plus à tenir les pirates rouges en respect. Dans le pays, les dissensions éclatent entre les duchés côtiers, qui doivent supporter les incessantes attaques de l’ennemi, et les duchés intérieurs qui se désintéressent de leur sort. La cour elle-même, où le vieux souverain est manipulé par Royal, n’est plus qu’un théâtre d’intrigues où règnent en maîtres le soupçon, la traîtrise et le mensonge. Aussi le prince Vérité décide-t-il d’entreprendre une quête insensée : aller trouver les anciens, par-delà les montagnes, pour leur rappeler leur serment de venir en aide au royaume dans ses heures les plus sombres…

image9 bis

Mon avis: 

Pour le moment, mon préféré des trois premiers tomes 🙂 (oui, j’ai bien compris que dans la VO il est couplé avec le tome 2 de la VF et que ce n’est donc pas le tome 3 en vrai.. ^^).

Enfin, l’histoire décolle: les pions sont tous en place et la partie commence. Vérité parti, Subtil au plus mal, Royal annonce le décès de Vérité, tente d’exiler son père et la reine-servante Kettricken et met tout en oeuvre pour devenir roi-servant (puis roi, hin, tant qu’à faire). Fitz et ses alliés (Burrich, Umbre et le Fou en tête) ne l’entendent pas de cette oreille et tentent de contrecarrer les plans de Royal.. mais à quel prix?

Avec la menace des Pirates rouges et des forgisés, des Six Duchés, il y a clairement un petit côté Game of Thrones dans cette saga (les deux ont été écrites sensiblement en même temps donc je ne pense pas que l’une soit particulièrement inspirée de l’autre, je constate juste les ressemblances, par exemple avec la menace des White Walkers (= forgisés ici) ou des 7 couronnes (= 6 Duchés ici). Il y a d’autres points de ressemblance, comme le fait que dans les deux cas on soit dans un contexte de fantasy médiévale qui met nettement plus l’accent sur l’aspect politique et les jeux de pouvoir que sur le côté fantastique du texte). Le côté complots et de plus en plus présent et Fitz, qui donne son titre à la saga (lui qui est l’assassin du roi) me semble être presque plus une sorte de 007 en puissance (dans le sens où, oui, il commet parfois des meurtres, mais il me semble plus s’apparenter à un espion avec le droit de tuer qu’à un meurtrier).

On ne la voit pas énormément, mais j’aime beaucoup le personnage de Kettricken, et j’espère qu’elle prendra de l’importance dans la suite. L’autre personnage féminin, Molly, le grand amour de Fitz, m’attriste, car leur relation semble vouée à l’échec sans qu’aucun des deux n’y puisse grand chose. En dehors d’elles deux, la grosse majorité des protagonistes d’importance sont masculins. Le Fou m’intrigue particulièrement car j’ai le sentiment qu’il joue un rôle beaucoup plus important que ce qu’il ne laisse paraître pour le moment.. à suivre.

La fin du roman est particulièrement rythmée et dure pour Fitz. Le rebondissement final m’a vraiment prise aux tripes et ne peut que donner envie de lire la suite, ce que je vais m’empresser de faire 🙂

En résumé: 

3 réflexions au sujet de « La nef du crépuscule (L’assassin royal, tome 3) – Robin Hobb »

  1. Trop contente de voir que tu commences à tomber dedans… Tu vas voir que tu vas finir par rejoindre le club des mordus! 😛
    Aaaah le Fou… T’es pas au bout de tes surprises! Et Kettricken, tu vas voir, elle est super « badass », si je puis me permettre d’user un tel langage… Enfin je trouve! J’ai hâte de savoir ce que tu penseras des tomes suivants! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *