Lecture sur liseuse – La Nolim

Après vous avoir parlé de mon utilisation de la Kobo Aura H20, passons à la revue de ma seconde liseuse après un mois d’utilisation, la Nolim de Bookeen, commercialisée par Carrefour. Celle-ci, je l’ai achetée fin avril 2018; ma Kobo fonctionne encore très bien mais j’ai craqué pour une seconde liseuse car 1) celle-ci me faisait carrément de l’oeil sur instagram depuis sa sortie et je suis faible et 2) je trouve vraiment la réactivité de la Kobo à revoir et j’espérais que ça ne serait pas le cas sur un autre modèle.

A la base, j’ai hésité à revendre la Kobo pour m’acheter celle-ci, et finalement j’ai préféré garder les deux. J’ai tout de même pas mal hésité avant de l’acheter car c’est un peu un caprice, cet achat. Je suis allée voir en magasin pour voir à quoi elle ressemblait « en vrai » (je ne l’avais vue qu’en photo) mais ils n’avaient pas de modèle d’exposition. Après les avoir un peu embêtés, une dame du rayon est allée me chercher un modèle qui était en réserve mais totalement déchargé – ça m’a permis de voir le toucher du silicone de la coque et la taille de la liseuse, mais je n’ai pas du tout pu manipuler ni me rendre compte de la maniabilité de l’interface. Après ça, j’ai encore hésité une semaine avant de me décider.

Petite anecdote rigolote, quand j’ai sorti la liseuse de sa boite la première fois pour commencer à m’en servir, j’ai carrément bloqué car je ne comprenais rien à ce qui apparaissait à l’écran – ce n’était pas du français et j’étais incapable de déterminer la langue ^^ j’ai recopié un mot au pif dans google trad et apparemment la liseuse était configurée en CROATE! La grosse galère – à part quelques mots transparents, j’ai eu un mal fou à trouver les paramètres pour changer la langue, je devais tout taper sur google pour comprendre dans quel dossier je rentrais, et en plus, ce n’était pas intégralement du croate (certains mots n’étaient pas reconnus dans le dictionnaire), mais en bulgare… bref ^^

Je commence l’article avec le design de la Nolim, un de ses aspects les plus réussis. Clairement, la Nolim est jolie et tranche avec ce qu’on peut voir habituellement pour les liseuses: elle est vendue avec une coque intégrée en silicone aux coins arrondis, 4 boutons (en plus de la touche on/off) et différentes couleurs sont disponibles (vert d’eau comme la mienne, orange, bleu foncé, bordeaux, rose pâle…). Là où habituellement les liseuses sont archi sobres, la Nolim attire clairement l’oeil. Rien que la boite dans laquelle est vendue la liseuse est très travaillée, en forme de livre, comme vous le voyez sur les photos:

L’effet voulu est vraiment de donner un look « faux livre » à la liseuse.

Je regrette simplement trois choses: l’espèce de petit bourrelet que fait la coque sur la gauche quand on la replie complètement (ce n’est pas hyper agréable lors de la prise en main), l’impossibilité de changer de coque (quitte à ce qu’elles aient un design et des couleurs sympas, j’aurais vraiment aimé pouvoir en avoir plusieurs et varier selon mes envies), et puis justement le fait que la coque soit en silicone – c’est joli, mais en même temps ça fait un peu « cheap » par rapport à des coques en (simili) cuir, et ça attrape tous les poils et les poussières qui passent.

Par contre, comme pour la Kobo, la coque est étudiée pour mettre la liseuse en veille dès qu’elle se referme, et pour la rallumer dès qu’on l’ouvre. Je trouve ça très bien 🙂

Sur un des articles que j’ai lus sur cette liseuse, j’ai pu voir qu’apparemment, Bookeen a choisi de réaliser les coques en silicone pour plusieurs raisons:

  • pas de trace de latex (souvent cause d’allergies),
  • le silicone est quasiment « fire proof »,
  • il peut descendre très bas en température sans perdre son élasticité,
  • il est non déformable plastiquement (on ne peut pas le déformer durablement, il reprend toujours sa forme. Il est aussi très résistant : 200.000 ouvertures de couverture),
  • il résiste à l’acide et ne s’oxyde pas,
  • les couleurs restent stables,
  • il est non poreux, aucune bactérie ne peut s’y loger

La Nolim est légèrement plus petite que la Kobo Aura H20, mais à l’utilisation, ça ne se ressent pas du tout. La prise en main est optimale (à l’exception de ce petit bourrelet donc) et les boutons sont disposés sur les côtés de la liseuse: une touche « frontlight » sur la gauche (pour allumer et éteindre le rétro éclairage), une touche centrale pour afficher le menu, et les 2 touches pour avancer ou reculer dans le livre / passer les pages. Le reste se fait via l’écran tactile.

A noter que la Nolim présente un écran réversible, à savoir que si vous voulez saisir la liseuse dans l’autre sens (et avoir les boutons pour passer les pages sur votre gauche donc), le texte se retourne. Pratique pour les gauchers 🙂

L’écran d’accueil est plus ramassé que celui sur la Kobo. On y trouve également la lecture en cours, qui occupe une bonne partie de l’écran, un lien vers le nolim store pour acheter des ebooks, et au milieu, un accès à la bibliothèque.

Une pression sur la touche menu (le bouton en forme de cercle) et on a un accès direct à l’accueil, la bibliothèque, la boutique nolim, le menu et la gestion du rétroéclairage. Comme sur la Kobo, la bibliothèque peut être gérée par la création de « collections » (de mon côté, je crée des collections en fonction des genres de livres). Vous voyez également d’un coup d’oeil le nombre de livres en cours de lecture, le nombre de livres terminés, etc.

La luminosité de l’écran est réglable, mais pas de manière aussi fine que sur la Kobo – ici, ce ne sont pas des pourcentages, donc il y a moins de niveaux de lumière, même si ça reste hyper correct. Bien sûr, comme toutes les dernières liseuses, c’est étudié pour ne pas agresser les yeux et c’est très agréable à la lecture (contrairement aux tablettes).

Les paramètres de lecture existent bien sûr également – surlignage, taille du texte, changement de police, alignement, taille des marges… il y a vraiment beaucoup d’options pour que l’affichage colle au plus près avec le souhait des lecteurs. Il y a aussi la possibilité d’accéder à la table des matières, de surligner le texte ou de prendre des notes.

Petit gadget que la Kobo n’a pas: la possibilité de lire avec une police blanche sur fond noir. Pratique la nuit pour faire encore moins de lumière et personnellement ça m’agresse encore moins les yeux. Je n’utilise pas cette possibilité sur la liseuse cela dit, vu qu’on peut régler la luminosité, mais sur mon téléphone, oui ^^.

Un détail qui a son importance pour moi: les statistiques de lecture. Ce ne sont pas exactement les mêmes que sur la Kobo et je trouve qu’un combo des deux serait parfait: ici, on ne sait pas combien de temps on a passé à lire depuis le début sur la liseuse, mais le système connait notre vitesse de lecture et sait calculer le temps qu’il nous reste avant la fin d’un chapitre et avant la fin du livre. C’est super fun, et pour le coup, pas de souci comme sur la Kobo, ça marche très bien 🙂 (bon, la sur la photo je n’avais encore rien lu au moment de prendre la photo donc il n’y a pas de chiffres, mais en vrai il y en a :))

Niveau détails: malheureusement, pas d’horloge intégrée (ou alors je ne l’ai pas encore trouvée). Du coup, quand je veux connaître l’heure qu’il est quand je lis la nuit, je dois ressortir mon téléphone ou allumer la lumière pour regarder ma montre, pas très pratique 🙁

Quant à la batterie, comme pour le rétroéclairage, c’est beaucoup moins détaillé que sur la Kobo. On voit une petite pile plus ou moins remplie (comme sur les vieux téléphones) mais pas d’affichage en pourcentage. Précision à améliorer 🙁 D’ailleurs, la batterie de façon générale tient bien moins longtemps que celle de la Kobo. Ca reste nettement mieux qu’un smartphone, une petite semaine sans rechargement pour moi, mais pour le coup la Kobo est bien meilleure là dessus.

Petite remarque, juste pour le dictionnaire qui est dispo en français et en anglais sur la Kobo, ici, seulement le français est intégré. Je n’ai pas encore regardé comment faire pour ajouter un dictionnaire anglais – ça me sert bien quand je lis en VO.

Enfin, la réactivité du tactile: meilleure que sur la Kobo quand on est dans un livre et qu’on passe les pages (qu’on peut passer de deux façons; soit en tapotant sur l’écran, soit avec les boutons latéraux), mais quand on navigue dans le système, c’est très aléatoire; je dirais que c’est plus ou moins équivalent à la Kobo, à savoir, pas génial. D’ailleurs, dès que j’appuie sur quelque chose qui se trouve près des bords de l’écran, je dois m’y reprendre à deux ou trois fois pour que mon « click » soit pris en compte 🙁

    Caractéristiques: 

    Poids: 316 g

    Largeur: 12,2 cm

    Hauteur: 15,55 cm

    Epaisseur: 1,1 cm

    Prix: 130€

    Autonomie en jours: 21 jours

    Coque fournie: oui

    Chargeur secteur fourninon (câble oui)

    Affichage couleurnon

    Nombre de polices disponibles: 8

    Nombre de tailles de police disponibles: 20+

    Capacité de stockage: 8 Go dont seulement 4 Go disponibles

    Les +

    • Le design vraiment sympa et travaillé pour ce type de produit
    • Un package de fonctionnalités et paramètres assez complet (même si légèrement plus restreint que sur la Kobo, on sent la différence de gamme, mais c’est largement suffisant)
    • La taille de l’écran, qui est ni trop grand ni trop petit
    • Le prix, d’autant que la coque de protection est intégrée
    • Les statistiques de lecture
    • Le mode ambidextre
    • La possibilité de lire sur fond noir

    Les –

    • La réactivité du tactile qui laisse à désirer
    • Pas d’écran couleur
    • Pas d’horloge intégrée
    • Batterie pas hyper performante pour une liseuse, et à l’affichage sommaire (pas détaillé en pourcentage)
    • L’impossibilité de changer la coque (ce serait sympa de pouvoir varier)
    • Pas de dictionnaire anglais intégré

    N’hésitez pas à me donner votre avis sur cette liseuse, à la comparer à d’autres ou simplement me parler de votre rapport à la lecture numérique 🙂

     

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *