The shade of the moon (Chroniques de la fin du monde, tome 4) – Susan Beth Pfeffer

Synopsis: 

It’s been more than two years since Jon Evans and his family left Pennsylvania, hoping to find a safe place to live, yet Jon remains haunted by the deaths of those he loved. His prowess on a soccer field has guaranteed him a home in a well-protected enclave. But Jon is painfully aware that a missed goal, a careless word, even falling in love, can put his life and the lives of his mother, his sister Miranda, and her husband, Alex, in jeopardy. Can Jon risk doing what is right in a world gone so terribly wrong?

image9 bis

Mon avis: 

Cette saga post-apocalyptique, je l’ai commencée il y a plusieurs années et je ne l’avais jamais terminée car ce dernier tome n’est jamais paru en VF. Je me suis donc finalement résolue à le lire en VO. Je trouve qu’il clôt bien la saga, même si c’est probablement celui que j’ai le moins aimé. 

Dans le premier tome, nous suivions le journal intime de Miranda, une ado qui racontait le destin de sa famille alors qu’une sorte d’apocalypse entrainée par le dérèglement de la trajectoire de la lune avait lieu. Le tome 2 racontait le destin d’Alex et sa famille, pendant les mêmes évènements mais à New York. Le tome 3 faisait se rencontrer les deux familles. The shade of the moon se passe plusieurs années après la fin du tome 3, et se concentre sur le personnage de Jon, le petit frère de Miranda. Je dois reconnaitre que je n’avais pas le moindre souvenir de lui (c’est ça de laisser passer plusieurs années entre la lecture de deux tomes) et il m’a fallu un petit moment pour remettre les personnages, car ceux qui étaient au coeur du récit dans les premiers opus (Miranda et Alex) sont désormais secondaires.

Nous sommes au coeur d’une enclave, une ville qui regroupe les personnes éduquées (‘clavers’) capables d’apporter une vraie plus-value à cette société en déroute. En face, il y a les ‘grabers’, les ouvriers ou les domestiques. Il y a un vrai clivage entre les deux: les clavers vivent une vie de privilégiés, tandis que les grabers sont terriblement mis à l’écart, méprisés, et ne bénéficient pas des avantages que peuvent avoir les clavers. La lutte des classe est vraiment au centre de ce quatrième tome, ce qui tranche complètement avec les précédents, qui mettaient la survie au centre de l’intrigue. On en oublierait presque qu’on est dans du post-apo.

C’est dans ce contexte que nous retrouvons donc Jon, le frère de Miranda, qui vit dans l’enclave en tant que claver et qui se destine à des études universitaires. Il ne remet pas en cause le système dans lequel il vit et c’est l’arrivée d’un médecin et de sa fille (Sarah) qui va lui permettre de commencer à réfléchir et à remettre les règles de l’enclave en question. A l’exception de sa belle-mère et de son demi-frère, toute la famille de Jon vit en tant que grabers, y compris Miranda, qui est enceinte. Les tensions entre clavers et grabers, exacerbées, vont mettre le feu au poudre et dynamiter la situation de toute la famille.

Le personnage de Jon n’est pas particulièrement touchant dans le sens où il est très lent à la détente (en terme de prise de conscience sociale), et par la suite sur ce qu’on apprend sur lui sur ce qu’il s’est passé avec la soeur d’Alex. Etant donné qu’il est le personnage principal, c’est un peu gênant. Je pense pour le coup qu’un récit à plusieurs voix aurait vraiment été intéressant ici.

J’ai été contente de retrouver ces deux familles dans ce dernier tome, et de voir la conclusion qu’apportait l’auteure, mais c’est vrai que ce roman a pris une direction à laquelle je ne m’attendais pas et qui, si elle est intéressante, n’est pas forcément la plus adaptée à du post-apo. L’écriture en elle-même est très facile à lire en anglais. Bon: une saga terminée de plus 🙂

En résumé: 

2 réflexions au sujet de « The shade of the moon (Chroniques de la fin du monde, tome 4) – Susan Beth Pfeffer »

  1. Coucou,
    J’ai lu les trois premiers tomes de cette saga et je n’avais pas particulièrement aimé. J’ai trouvé que dans le tome 1 il ne se passait pas grand chose et les tomes suivant c’était sans plus. Cela dit est-ce-que tu pourrais me faire un résumé spoilant du dernier tome ? J’aimerai quand même savoir comment tout cela se termine.

    • Eh bien le petit frère de Miranda se retrouve dans une partie « privilégiée » de la population (les clavers) avec sa belle-mère et son demi-frère Gabe. A part eux, tous les membres de la famille sont dans la caste défavorisée (les grabers). Miranda et Alex sont mariés et attendent un bébé. Un jour de match, une émeute éclate et met le feu aux poudres entre les clavers et les grabers. Il y a beaucoup de morts. Dans les jours qui suivent, la mère de Jon et Miranda est tuée. Miranda accouche, mais on lui annonce que son bébé est né difforme et qu’il n’a pas survécu. Jon réalise que c’est un mensonge et que le bébé a été volé pour être donné à une famille de clavers. Avec son amie Sarah (un nouveau personnage), il récupère le bébé de sa soeur qui part avec Alex. Jon revient dans l’enclave mais trouve sa belle-mère qui s’est suicidée. Du coup il part à son tour pour retrouver Sarah, et le livre se termine sur leurs retrouvailles. Voilou, en résumé ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *