Le lys et le léopard – Anne O’Brien

Synopsis: 

En cette année 1415, alors que la guerre de Cent Ans fait rage depuis des décennies, Catherine de Valois, fille du roi de France, est offerte en tribut au vainqueur d’Azincourt, le roi Henri V d’Angleterre. Eblouie par son royal époux, la jeune reine rêve quelque temps de s’en faire aimer, avant de comprendre que c’est son héritage que le roi convoite et que son seul désir est qu’elle lui donne un enfant qui puisse un jour porter les deux couronnes de France et d’Angleterre. Hélas, Catherine vient à peine de mettre au monde le fils tant attendu, que Henri meurt subitement. Enjeu d’alliances et de violentes convoitises, la jeune reine est obligée de vivre sous tutelle, prisonnière d’une cour qui lui dénie le droit d’avoir encore un cœur…

image9 bis

Mon avis: 

Le lys et le léopard est un roman historique qui nous dépeint la vie de Catherine de Valois, princesse française mariée au roi anglais Henry V au début du XVème siècle. Je ne connaissais pas cette reine et je suis donc ravie d’avoir pu la découvrir à travers ce roman ^^. 

Le livre nous retranscrit l’intégralité de la vie de Catherine et nous commençons donc le récit dans sa petite enfance. Catherine est la dixième enfant du roi Charles VI (le roi fou) et ses parents ne s’occupent que très peu d’elle. Elle grandit avec sa soeur dans un établissement religieux qui l’éduque à peine (surprenant vu son rang) – elle est promise à un anglais mais personne ne prend la peine de lui apprendre cette langue au départ, elle ne sait pas lire… bref, son éducation laisse à désirer pour une future reine. Mais le but des parents de Catherne n’est pas de faire de leur fille une femme instruite; elle n’est qu’un instrument politique dans leurs mains. Le mariage a beau être arrangé et son futur mari avoir près de 15 ans de plus qu’elle, Catherine ne peut s’empêcher d’en espérer le meilleur. Elle fait tout pour plaire à Henry sans jamais rien obtenir en échange, et il lui faudra longtemps pour comprendre qu’il ne l’aime pas et qu’elle n’est là que pour lui donner un héritier mâle. Ce qu’elle fait. Malheureusement, Henry meurt en France peu de temps après, sans jamais avoir rencontré son fils. La question se pose alors: quel destin pour Catherine? elle est très jeune, veuve du roi anglais – doit être régner à la place de son mari? retourner en France? se remarier? 

Pour le lecteur moderne, l’immobilisme de la position de Catherine fait frémir. La position des femmes à l’époque (et encore plus, comme elle, quand on fait partie de la noblesse et qu’il y a des enjeux politiques derrière) ne lui permettait pas d’avoir voix au chapitre quant aux décisions concernant la façon dont elle aurait souhaité mener sa vie. Elle n’était absolument pas maîtresse de son destin et n’était qu’un pion sur l’échiquier politique; sa vie entière était régie par d’autres (ses parents, le roi, les conseillers du roi…). Quand on lit, on a tendance à s’attendre à des personnages un peu badass, entreprenants, mais Catherine est longtemps restée très effacée, ce qui (je pense) colle avec la réalité de son époque. Sa naïveté hyper prononcée m’a parfois un peu gênée mais encore une fois, ça peut coller avec le manque d’éducation qu’elle a subi étant jeune.

D’abord résignée à n’être qu’une potiche royale (c’est véritablement ce qui était attendu d’elle, un rôle de représentation), son envie d’obtenir d’avantage de la vie se réveillera lorsqu’elle rencontrera l’amour. Le remariage lui est pourtant interdit… A la lecture, je me demandais si la vie de Catherine était romancée pour les besoins du livre, mais pour avoir un peu farfouillé sur le net, je pense que l’essentiel de ce qu’on peut lire dans Le lys et le léopard est basé sur des éléments historiques réels. 

Dans l’ensemble, j’ai vraiment passé un très bon moment avec ce livre. Il est prenant, bien écrit et historiquement intéressant. Après, la naïveté de Catherine est parfois un peu agaçante, mais surtout, je regrette que l’auteure se soit exclusivement concentrée sur la vie de ce personnage (d’ailleurs, le texte est écrit à la première personne et je n’ai jamais été fan de ce procédé narratif), il nous manque la « bigger picture », ce contexte plus global, plus ambitieux. Nous sommes en plein dans la guerre de 100 ans mais mis à part qu’Henry est en campagne militaire en France, nous n’en savons rien. Les intrigues de cour sont très restreintes, la vie quotidienne aussi, il n’y a pas vraiment de conclusion à la fin ou d’ouverture sur la descendance de Catherine (qui est tout de même à l’origine de la lignée des Tudors). Bref, j’aurais aimé un peu plus qu’un simple récit de la vie de Catherine et ses amours, mais je conseille toutefois ce roman aux amateurs 🙂

En résumé: 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *