Lecture sur liseuse – la Kobo Aura H2O (1ère édition)

Après mon article sur la lecture électronique, je voulais faire un petit bilan de mon année avec ma première liseuse,:la Kobo Aura H20.

Je l’ai achetée fin janvier 2017 (c’est donc la première version que je possède: il y a une deuxième version sortie en mai 2017), et j’ai commencé à m’en servir au mois d’avril. La particularité de cette liseuse, c’est qu’elle supporte l’eau. J’avoue que ce côté gadget me laisse totalement froide – je n’achète pas de matériel électronique pour aller plonger. Je trouve ça un peu abusé de la vendre plus chère que d’autres sur la base de cet argument de vente, mais bon.

Le point qui m’a vraiment décidée à l’acheter (en choisissant dans la gamme Kobo, car je ne voulais pas de Kindle), c’est sa taille, et surtout la taille de son écran. Je ne voulais pas de la plus grande, car le but, c’est tout de même d’avoir un outil facilement transportable qui ne prend pas trop de place, mais les plus petites me paraissaient vraiment trop petites. Celle là était un compromis parfait.

Voilà deux clichés de la liseuse (sans la coque de protection, qui est vendue à part):

Elle est agréable à prendre en main, le design est épuré, discret et sobre, assez passe-partout. Aucun bouton à part le on/off, tout passe par l’écran tactile. L’écran n’est pas réversible (si vous prenez la liseuse à l’envers, ou parce que vous êtes gaucher, le texte restera dans l’autre sens).

Une fois qu’on l’allume, il y a un écran d’accueil qui présente la lecture en cours (en haut à gauche). Les 3 autres parties de l’écran sont variables: ça peut présenter les livres d’une collection en particulier, d’un auteur, juste vous mettre un lien vers l’intégralité de la bibliothèque.. seul les lectures en cours sont fixes.

Quand on rentre dans un livre, le lecteur a la possibilité de paramétrer pas mal de choses: où et comment appuyer sur l’écran pour passer les pages, la police utlisée, la taille des caractères… (du coup, la taille de l’écran relève vraiment de la préférence de l’utilisateur puisque sur la plupart des modèles aujourd’hui, on peut ajuster la taille de la police).

Il y a un autre paramétrage important: la luminosité de l’écran. Déjà, la luminosité utilisée ne se sert pas de la même technique que les tablettes, ça n’agresse pas les yeux et c’est vraiment étudié pour être agréable et confortable à la lecture. Mais surtout, on peut la régler, de zéro% de luminosité (en plein jour, pas besoin d’allumer le rétro éclairage de l’écran, et ça préserve la batterie), à 100%. Pour ceux qui auront lu mon premier article sur la lecture numérique, vous savez que l’une des raisons qui me font apprécier la liseuse, c’est le fait de pouvoir lire la nuit sans déranger mon homme avec lampe de chevet. J’ai donc impérativement besoin du rétro-éclairage. Personnellement, je le règle entre 7 et 9%, et ça suffit largement pour lire dans une pièce plongée dans le noir. J’aurais vraiment eu du mal avec les premières versions des liseuses qui n’avaient pas d’écrans rétro-éclairés: pour moi, c’est indispensable.

 

Toujours à l’intérieur d’un livre, le lecteur a la possibilté d’accéder à la table des matières (c’est particulièrement pratique pour accéder à différents chapitres sans appuyer 100 fois sur l’écran pour passer 100 pages).

Enfin, pour finir sur ce qu’on peut faire une fois rentré dans un livre, il y a des fonctionnalités dont personnellement je ne me sers pas du tout, mais qui ont le mérite d’exister: le marque-page (avec la coque de protection que j’ai, quand je ferme la coque, la liseuse se met en veille et le livre s’ouvre là où j’étais arrêtée quand j’ouvre la coque, donc je ne vois aucun intérêt à cette fonction, mais elle existe :)), la possibilité de surligner une partie du texte ou de prendre des notes, et enfin le dictionnaire intégré, particulièrement pratique quand je lis en VO – un petit tapotement sur le mot inconnu et sa définition apparaît 🙂

La liseuse permet de trier les ebooks en « collections » qu’on crée et qu’on gère nous-même: ce sont comme des dossiers dans un ordinateur, et pour les livres, pour moi, ça s’apparente à des étagères. Il n’y a pas de collection pré-existante qu’on devrait remplir, c’est à nous de tout créer, donc on est libre de ranger les livres comme on le souhaite. Personnellement, je les range par genre (SFFF, contemporain, thrillers etc), mais ce serait tout à fait possible de faire des catégories en fonction de la nationalité de l’auteur, par ordre alphabétique..

Un des gadgets que je préfère sur la liseuse (et je dois admettre que mine de rien, ça a carrément joué dans ma décision d’en acheter une), ce sont les statistiques de lecture. La Kobo permet à la fois de savoir à quel pourcentage du livre on se situe, mais de façon plus générale, quel pourcentage de livres on a lu sur la liseuse, et combien d’heures on a passé à lire (à la fois par livre et dès le début de l’utilisation de la liseuse). Vous pouvez voir ici à quoi ça ressemble.

Malheureusement pour moi, cet onglet statistiques déconne depuis le début. le premier mois, il ne marchait pas du tout, tous les indicateurs restaient à zéro; lors d’une mise à jour système, il s’est mis à jour d’un coup en m’affichant le temps que j’avais passé à lire sur les premières semaines, et il a marché plusieurs mois, mais depuis un moment déjà, il dysfonctionne à nouveau, et je n’arrive pas à remettre en route le compteur. Le nombre de livres lus se met à jour quand je termine un livre, mais le nombre d’heures lues est bloqué sur 198 et les statistiques d’un livre donné ne marche pas du tout, tous les indicateurs restent à zéro 🙁 du coup, je suis assez déçue car cet aspect là car je trouve l’idée géniale, mais chez moi, ça bug. Un jour, je prendrai le temps d’aller voir à la Fnac d’où peut venir le souci.

Autres petits détails qui ont leur importance: l’affichage de la batterie restante sous forme de pourcentage (c’est très précis), et il faut noter que la batterie tiens longtemps, c’est génial (la fiche technique disait 2 mois – je trouve ça assez nul comme indicateur car tout dépend du temps qu’on passe à lire par jour. Un mec qui lit 2h par jour épuisera forcément sa batterie plus vite que quelqu’un qui ne la sort que 2h par semaine. Je trouverais ça beaucoup plus parlant de donner la batterie en heures d’utilisation. Pour ma part, je la recharge environ toutes les deux semaines – c’est nettement moins que les deux mois théoriques, mais ça reste bien meilleur que nos smartphones qu’on doit recharger tous les jours!).

Il y a aussi l’horloge intégrée – comme je vous l’ai dit, je lis la nuit (je suis insomniaque, pour ceux qui se poseraient la question), et j’aime savoir l’heure qu’il est sans avoir à ressortir mon téléphone ou à allumer la lumière pour regarder ma montre.

 

Un autre point rapidement déjà évoqué: la coque de protection. Elle est vendue à part (donc ça augmente le coût total..) et contrairement aux coques de téléphone, le choix n’est pas hyper varié, mais elle est bien fichue (en tout cas celle que j’ai): elle est magnétique est dès qu’on la ferme, la liseuse se met automatiquement en mode veille. Dès qu’on rouvre la coque, la liseuse se rallume à la page où on s’était arrêté. Je trouve ça très chouette 🙂 Par contre, pour cette première édition, il n’y a pas énormément de choix et c’est du archi classique en terme de design, c’est un peu dommage.

Je voulais aussi revenir sur la « navigabilité » (je ne sais pas si ce mot existe…): plus je l’utilise et plus je trouve qu’il y a de vrais progrès à faire à ce niveau. L’écran est tactile, il n’y a aucun bouton à part le on/off, et pour un tactile, la réactivité est hyper moyenne. J’ai bien conscience qu’il ne s’agit pas d’une tablette ou d’un smartphone et que l’usage n’est pas le même, mais j’ai du mal à comprendre pourquoi c’est si peu réactif sur la Kobo. Dans un livre, quand on passe d’une page à l’autre, j’ai pris le pli, je tapote l’écran à l’avant dernière ligne de la page et j’ai le temps de lire la dernière ligne avant que la page ne passe à la suivante. Par contre, quand on navigue sur l’écran d’accueil, dans les collections etc, c’est vraiment laborieux et c’est une des choses qui m’ont poussée à m’intéresser à l’achat d’une autre liseuse.

Caractéristiques: 

Poids: 232g

Largeur: 12.95g

Hauteur: 17.93g

Epaisseur: 0.95cm

Prix: 180 € sans coque de protection (à l’époque de mon achat en janvier 2017). La version 2 de cette liseuse est sortie en mai 2017, et elle est également vendue à 180€.

Autonomie en jours: 60 (2 mois)

Coque fournie: non (compter + 20-30 € pour une coque de protection de qualité)

Chargeur secteur fourni: non (câble oui)

Affichage couleur: non

Nombre de polices disponibles: 11

Nombre de tailles de police disponibles: 24

Capacité de stockage: 4 Go (dont 1 Go utilisé par le système d’exploitation, donc 3 Go au réel, ce qui équivaut à plusieurs milliers de livres)

Les +

  • Un package de fonctionnalités et paramètres très complet
  • La précision des affichages (heure, pourcentage de batterie, pourcentage d’éclairage de l’écran)
  • La durée de la batterie
  • La taille de l’écran, qui est ni trop grand ni trop petit

Les –

  • Le prix, et la coque vendue à part qui alourdit encore la facture
  • Le dysfonctionnement des statistiques de lecture (là c’est vraiment personnel, je pense que c’est ma liseuse qui déconne)
  • La réactivité du tactile qui laisse à désirer
  • Pas d’écran couleur (j’étais hyper déçue au départ, je pensais vraiment que les couvertures seraient en couleur alors que non, c’est exclusivement du NB. J’ai été induite en erreur par des photos sur instagram – je pense que les gens qui ont de la couleur llisent sur tablette).

N’hésitez pas à me donner votre avis sur cette liseuse, à la comparer à d’autres ou simplement me parler de votre rapport à la lecture numérique 🙂

4 réflexions au sujet de « Lecture sur liseuse – la Kobo Aura H2O (1ère édition) »

  1. J’ai la même, je ne m’en suis pas servie beaucoup, mais je suis tout de même assez satisfaite. Le côté “waterproof” contrairement à toi m’a attiré, car comme je traîne toujours avec moi une bouteille d’eau et/ou de thé, le risque est plus élévé que je la mouille, alors ça m’a beaucoup plu cet aspect-là. 😉

    Personnellement, j’ai acheté ma coque de protection sur eBay et son prix était assez abordable.

    Ceci dit, je suis d’accord pour la réactivité du toucher à l’écran, c’est parfois assez lent. Mais je pense que c’est normal pour les liseuses.

  2. Ping : Tour du monde, #2: Les préparatifs (Départ J-2 mois) | Les chroniques de Totoro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *