L’apprenti assassin (L’assassin royal, tome 1) – Robin Hobb

Synopsis: 

Au royaume des six Duchés, le prince Chevalerie, de la famille régnante des Loinvoyant – par tradition, le nom des seigneurs doit modeler leur caractère- décide de renoncer à son ambition de devenir roi-servant en apprenant l’existence de Fitz, son fils illégitime. Le jeune bâtard grandit à Castelcerf, sous l’égide du maître d’écurie Burrich. Mais le roi Subtil impose bientôt que FITZ reçoive, malgré sa condition, une éducation princière. L’ enfant découvrira vite que le véritable dessein du monarque est autre : faire de lui un assassin royal. Et tandis que les attaques des pirates rouges mettent en péril la contrée, Fitz va constater à chaque instant que sa vie ne tient qu’à un fil : celui de sa lame…

image9 bis

Mon avis: 

L’Assassin Royal fait partie de ces sagas, comme Mortal Instruments ou Harry Potter, que tout le monde semble avoir déjà lu. Il se trouve que la fantasy et moi, comme vous le savez peut-être, on est pas très copains. Du coup, je n’ai jamais pris la peine de me pencher sur cette série avant (d’autant qu’elle fait tout de même 13 tomes !). Et puis j’ai découvert les Archives de Roshar de Sanderson, et ça m’a (un peu) réconciliée avec la fantasy. Et je me suis décidée à essayer les Robin Hobb.

Au final, c’est plutôt une bonne surprise car l’univers de l’Assassin Royal ressemble fort à notre Moyen Age et le côté « magie » est très limité. Du coup, pas de vocabulaire inconnu à n’en plus finir et un univers plutôt familier finalement. Les noms propres sont des mots de la langue courante également donc à nouveau, pas très compliqué de les retenir. De ce côté-là, c’est clairement une bonne pioche 🙂 l’aspect fantastique est présent à deux niveaux : d’un côté, nous avons « l’Art », une sorte de télépathie dont sont dotés certains membres de la famille royale et de la cour, un don envié, et il y a aussi le « Vif », une capacité à communiquer avec les animaux, capacité qui par contre est très mal vue.

J’ai été pourtant refroidie dès le début car le récit est à la première personne et je n’ai jamais aimé ce type de narration. Ca ne m’empêche pas de lire un livre, attention, mais je ne les apprécie pas autant que ceux à la troisième personne ; ici, globalement, ma lecture a été bonne, mais c’est clairement un des points qui m’ont fait tiquer.

Ensuite, dans les autres points « négatifs » (c’est à nuancer bien sûr), c’est le fait que l’histoire nous raconte la vie de Fitz (l’assassin du titre) de ses 6 ans à son adolescence. Je ne suis pas forcément hyper à l’aise avec les personnages aussi jeunes, j’ai du mal à me retrouver dans leurs préoccupations, et finalement c’est plutôt bien passé, mais j’ai eu quelques craintes au début du roman, quand Fitz est encore très jeune – je trouvais qu’il y avait des longueurs. Mais en même temps, pour une saga de 13 tomes, c’est assez logique de commencer aussi tôt ; de toute façon, ce premier tome est vraiment introductif pour le reste de la série, et il présente l’univers sans être jamais ennuyeux.

Globalement, le reste du livre est très bon. Ce n’est pas un univers aussi riche, dense et travaillé que Les archives de Roshar, mais ça reste un niveau assez haut malgré tout, et je comprends que ça ait du succès. On est plongés dans des intrigues de cour au milieu de la famille royale – dont Fitz fait partie sans vraiment en faire partie, puisqu’il est le fils bâtard d’un prince disparu. Le roi Subtil, son grand père, le forme et l’utilise pour éviter qu’il ne finisse par se retourner contre lui. Autour de lui, le reste de la cour n’est pas tendre avec lui, que ce soit son « parrain » Burrich, son oncle Royal, celui qui doit le former à l’Art (Galen)… les personnages les plus attachants sont son deuxième oncle (Vérité) et son maitre Assassin (Umbre). (Je me rends compte en écrivant qu’il n’y a pratiquement que des hommes là dedans ^^ il y a bien deux personnages féminins, mais qui n’ont pas encore un grand rôle dans la série dans ce premier tome).

Maintenant que j’ai bien tous les personnages en tête, je pense que je vais enchaîner sur la suite assez rapidement ^^

En résumé: 

5 réflexions au sujet de « L’apprenti assassin (L’assassin royal, tome 1) – Robin Hobb »

  1. J’ai prévu de me l’acheter le week-end prochain aux Imaginales, j’espère vraiment aimer. J’ai lu Les cités des anciens 1, du même univers bien que ce soit une autre saga, et j’ai eu du mal Avec tous les noms bizarres et le coté vraiment Fantasy, donc tu me rassures pour celui-ci ! On m’avait prévenu qu’il y a des longueurs, ce que tu confirmes, donc je verrai bien. Je vais tenter 🙂

  2. C’est un tome vraiment introductif, il permet de nous familiariser avec les personnages principaux et l’univers. Ca devient de plus en plus fouillé par la suite, on va suivre Fitz quand même pendant toute sa vie 😉
    Une de mes sagas chouchoutes <3 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *