Le faiseur de rêves (Strange the Dreamer, tome 1) – Laini Taylor

Synopsis:

Il est une ville, au centre du désert, où nul n’a le droit de se rendre sous peine de mort. De ses entrailles sortaient autrefois d’interminables caravanes chargées de trésors mais, depuis deux cents ans, la cité est coupée du reste du monde… Pire encore, un soir d’hiver, le nom de ce lieu de légende s’évanouit en un clin d’œil de la mémoire de tous – Lazlo Lestrange, orphelin de cinq ans à peine, ne fait pas exception à la règle. Frappé au cœur, le petit garçon restera irrémédiablement fasciné par cette énigme.

image9 bis

Mon avis: 

Ma lecture de ce roman s’est faite en deux temps. Je l’ai repéré dès l’année dernière, lors de sa sortie VO – il faisait des émules sur Instagram, avec sa couverture absolument sublime (dans la version hardback, qui a été reprise pour la VF). Je n’ai pas hésité longtemps avant de l’acheter (en VO donc), d’autant que j’ai juste adoré la première saga que j’ai lue de l’auteure, Fille des chimères (dont le dernier tome n’a jamais été traduit en français faute de succès – ça me désole :(. Du coup, je n’ai jamais lu la fin… mais j’ai fini par me racheter l’intégralité de la trilogie en anglais, donc ça ne devrait plus tarder ^^). Bref, j’ai donc acheté Strange The Dreamer l’an dernier, et c’est l’un des plus beaux livres de ma bibliothèque. Le souci, c’est que j’ai commencé à le lire, mais que je n’ai jamais réussi à le finir. Je ne sais pas si c’est moi qui était trop fatiguée à ce moment-là, ou si le niveau d’anglais du récit est particulièrement ardu, mais je n’ai pas terminé ma lecture en VO. Je me préparais depuis des mois à la reprendre quand j’ai vu que Lumen allait éditer une VF – avec la même couverture que la VO! Je n’ai pas hésité longtemps avant de me décider à acheter le livre en VF également – le jour de la sortie, tant qu’à faire, depuis le temps que j’attends! et j’ai donc enfin dévoré ce premier tome ce week-end.

Strange the dreamer (ou Le Faiseur de Rêves en VF), c’est l’histoire de Lazlo, de Sarai, et surtout d’une ville oubliée, qui occupe un rôle prépondérant dans le récit. Nous sommes dans un univers de fantasy; depuis deux siècles, personne n’a plus entendu parler de la ville de Weep (Désolation en VF), sans que l’on sache ce qui a pu arriver à ses habitants. D’ailleurs, Weep n’est pas le vrai nom de cette ville – le vrai a été effacé de la mémoire collective il y a des années. Lazlo Strange (Lestrange en VF), qui donne son titre au livre, est un orphelin devenu bibliothécaire, et passionné par Weep, dont le mystère le fascine depuis l’enfance. Un beau jour, une délégation de Weep arrive dans sa cité, pour la première fois depuis deux siècles, et explique qu’ils ont besoin d’aide pour résoudre le souci qui a plongé leur ville dans l’oubli – sans expliquer de quel problème il s’agit. Lazlo voit ça comme une opportunité unique d’enfin voir ce ces yeux cette ville mythique qui le passionne depuis des années…

En parallèle de l’histoire de Lazlo, nous suivons un petit groupe de jeunes, et particulièrement le personnage de Sarai, dont il vaut mieux que je ne dise rien pour ne pas trop spoiler. Mais en gros, Sarai et ses congénères vivent à l’écart du monde, dans une citadelle abandonnée, et ruminent leur vengeance contre les humains qui les ont condamnés à cette vie – car ils ne sont pas vraiment humains.

J’ai trouvé l’univers de Strange the Dreamer absolument génial. Le côté fantasy ne m’a pas trop perdue car ça reste d’un style un peu médiéval, il n’y a pas beaucoup de lieux ou de peuples décrits. On rencontre à la fois de la magie, des mythes, des livres, de l’alchimie… bref, un cocktail qui pouvait difficilement me rebuter. Et j’ai totalement adoré me plonger dans le monde de Lani Taylor. Comme Lazlo, Weep m’a fascinée, j’ai adoré découvrir ses secrets, soulever le voile du mystère qui l’entoure, même si à la fin, il reste encore beaucoup de questions en suspend – normal, c’est un dyptique, il y aura un second tome (Muse of Nightmares, prévu pour octobre). La plume de l’auteure est particulièrement travaillée pour du YA – d’ailleurs, justement, pour moi, ce roman aurait tout à fait sa place en fantasy adulte. J’avais déjà adoré Daughter of Smoke and Bone, je reste conquise par son style dans Strange the Dreamer.

Ce n’est pourtant pas un coup de coeur, la faute à un personnage principal un poil fade je trouve (Lazlo, justement trop rêveur, pas assez ancré dans la réalité), et puis une romance qui, si elle parait justifiée vu le passif des personnages, a un peu éclipsé les enjeux majeurs du roman sur la fin, ce qui est un peu dommage. Mais justement, je pense que tout sera peut-être rééquilibré dans le tome 2, dont j’attends la sortie avec beaucoup d’impatience. En tout cas, c’est globalement une lecture excellente qui m’a totalement accrochée et que j’avais beaucoup de mal à lâcher, que je conseille aux amateurs de YA et aux lecteurs de SFFF de façon plus générale, rien que pour l’originalité de l’intrigue!

(Dernier petit bémol sur la VF: à peine 200 pages de lues et le doré de la couverture s’effaçait complètement… l’aile droite du papillon a pratiquement entièrement disparu une fois le livre terminé, je suis dégoûtée… heureusement que j’ai toujours le hardback VO, qui, lui, ne risque pas de s’abîmer… un argument supplémentaire en faveur des hardbacks…)

En résumé: 

3 réflexions au sujet de « Le faiseur de rêves (Strange the Dreamer, tome 1) – Laini Taylor »

  1. Coucou ! Une très belle lecture aussi de mon côté, sauf qu pour moi c’est un coup de coeur ahah ! Sinon j’ai le même problème que toi concernant le doré de la couverture… une partie du titre et du papillon se sont envolées xD. C’est bien dommage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *