Nexus (Nexus, tome 1) – Ramez Naam

Synopsis: 

L’an 2040. Nexus est une nouvelle nano-molécule capable de relier les cerveaux entre eux. Alors que certains veulent l’exploiter, d’autres cherchent à l’anéantir. Kade, un jeune étudiant biologiste, voit dans cette drogue de nouvelles possibilités de communication et un immense progrès pour la société. À l’aide d’une poignée d’amis, il parvient à l’améliorer afin qu’il ne soit plus nécessaire de la consommer régulièrement pour en ressentir les effets. Mais les agences gouvernementales sont à leurs trousses… Sam, une espionne travaillant pour le compte de l’ERD (Emerging Risks Directory), les contraint à coopérer : Kade doit servir d’appât en intégrant l’équipe de Su-Yong Shu, une célèbre et géniale scientifique chinoise soupçonnée par l’ERD de travailler sur une technique lui permettant d’asservir les gens contre leur volonté. Dans un monde où se mêlent scientifiques chinois, moines bouddhistes et agents de la CIA, le jeune homme ne tardera pas à s’apercevoir que les enjeux sont bien plus importants qu’un simple trafic de stupéfiants…

image9 bis

Mon avis: 

Je suis assez perplexe sur ce livre, qui me faisait de l’oeil depuis un moment et que j’ai finir par emprunter à une amie. La SF est souvent à double tranchant pour moi, ça passe ou ça casse. Ici, finalement, je ne sais pas trop. 

L’auteur nous met tout de suite dans le bain dans ce texte qui démarre en fanfare – l’intrigue en elle-même met clairement du temps à démarrer, mais l’univers de Nexus est présenté dès le départ comme quelque chose d’acquis ou presque, Ramez Naam ne s’apesantit pas sur une présentation longue, et j’ai trouvé qu’il fallait s’accrocher pour tout comprendre. Paradoxalement, de fréquents chapitres « bonus » nous présentent justement le contexte historique de Nexus (qui se passe en 2040), ce qui permet d’y voir un peu plus clair justement en terme de politique gouvernementale, même si le côté scientifique reste expédié rapidement. (J’ai l’impression de n’être absolument pas claire pour le moment ^^).

L’histoire, c’est qu’une drogue issue des nanotechnologies existe depuis plusieurs années et permet aux utilisateurs d’être connectés les uns aux autres. Kade, un doctorant, a mis au point avec des amis une version améliorée de la drogue, le Nexus 5. Mais il est repéré par le gouvernement, qui finit par le faire chanter: soit il accepte d’espionner une de ses consoeurs scientifiques pour leur compte, soit c’est la prison pour lui et ses amis. Acculé, Kade n’a d’autre choix que d’accepter…

L’univers géopolitique de Nexus est incroyablement riche, travaillé et crédible. De ce point de vue là, clairement je tire mon chapeau à l’auteur, qui a fait un boulot formidable. On est sans arrêt à la croisée des genres entre polar, espionnage, science fiction, manipulation, terrorisme… et les questions éthiques sont très pertinentes et déjà d’actualité (ou presque): qu’est-ce qu’un humain? les personnes « améliorées » par la technologie peuvent-elles conserver ce qualificatif et bénéficier des mêmes droits?

Les réflexions des personnages nous font naviguer entre différents points de vue (les pour le Nexus, censé rapprocher les peuples, et ceux qui sont contre car ils craignent que Nexus soit utilisé à de mauvaises fins) et finalement, tout se brouille et on ne sait plus trop qui a tort et qui a raison, qui est gentil et qui est méchant – d’ailleurs, ce n’est tout simplement pas aussi simple que ça et il n’y a pas de bonne réponse quant à l’utilité du Nexus.

A contrario, je n’ai pas du tout accroché aux personnages – aucun ne m’a touchée, je n’ai pas ressenti d’empathie pour eux, et j’avais hâte que le livre se termine pour passer à autre chose. A la fin, je ne faisais même plus trop attention à ce que je lisais, c’est pour dire. Pourtant en terme d’écriture je n’ai rien à reprocher à l’auteur, mais je n’ai pas été totalement convaincue… même si l’univers est très intéressant, ça ne fait pas tout et je ne lirai pas la suite. 

En résumé: 

3 réflexions au sujet de « Nexus (Nexus, tome 1) – Ramez Naam »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *