Alice de l’autre côté du miroir (Alice, tome 2) – Lewis Carroll

Synopsis: 

Dans cette suite directe du chef-d’oeuvre de Lewis Carroll (traduite par Henri Parisot), Alice décide de passer « de lautre côté du miroir » et s’y métamorphose ! De pion, elle deviendra reine. Le monde du miroir se présente comme un monde inversé. L’espace et le temps y sont mis à mal… Il faut courir très vite pour rester sur place ! Certaines pages se déplient à la façon d’un plateau de jeu d’échec et accompagnent la bascule dune dimension à l’autre ; décors, personnages évoluent littéralement. Benjamin Lacombe se délecte en proposant ainsi une vision, une interprétation singulière de la beauté étrange d’un monde, bercé par un délicieux mélange de poésie, d’humour et de non-sens, qui vise implicitement à former les plus jeunes.

image9 bis

Mon avis: 

Comme pour le premier, le travail éditorial autour de cette version illustrée est incroyable. L’objet-livre est juste magnifique, dans des couleurs en miroir par rapport au tome 1 (est-ce voulu à cause du titre?). Le contenu est dans la même veine: préface, illustrations parfois sur des pages à déplier, texte dont la forme se modifie pour accompagner le fond, annexes – toujours sur l’exercice de traduction des nombreux jeux de mots, biographie de l’auteur, de l’illustrateur et du traducteur, et puis ‘contes’ rédigés par l’auteur pour ses étudiants (il était prof) intégrant des problèmes de maths. J’avoue que je n’ai pas lu l’intégralité des problèmes, mais la partie sur la traduction est toujours aussi intéressante! Les dessins de Lacombe ont toujours ce côté un peu dérangeant mais qui colle à la perfection avec l’univers d’Alice.

L’histoire en elle-même m’a moins parlé que la première, parce que, contrairement au Pays des merveilles, je ne la connaissais pas du tout. Certains éléments de cet opus ont pourtant été intégrés au film de Disney, mais je l’ai vu il y a tellement longtemps que mes souvenirs sont flous et je suis incapable de me rappeler des détails. En tout cas, j’ai eu l’impression que certains passages me disaient quelque chose – ceux qui ont été intégrés dans le dessin animé, en fait. Mais globalement, je me suis un peu moins intéressée à ce tome-ci.

Le style et l’intrigue sont toujours aussi délirants et dénués de tout sens. L’auteur a un talent certain pour les jeux de mots (ce qui doit être infernal à traduire, d’où l’intérêt de l’annexe dédiée à cet exercice) et les réflexions mettant en exergue une logique absurde et pourtant pleine de sens. J’ai été pas mal lassée par l’ajout de chansons / poèmes dans le texte – ce n’est pas du tout ma came et il y en a plusieurs tout au long du livre, aussi court que le premier, je trouvais ça un peu trop.

Globalement, l’histoire en elle-même, si elle est clairement dans la veine du premier, m’a moins intéressée que le Pays des merveilles, probablement parce que je ne la connaissais pas d’avance. Si je l’avais lu dans une autre édition, je pense que je lui aurais mis une note nettement inférieure. Mais cette version illustrée sublime le texte et vaut le détour!

En résumé: 

2 réflexions au sujet de « Alice de l’autre côté du miroir (Alice, tome 2) – Lewis Carroll »

  1. Je n’avais jamais lu cette suite non plus avant la version illustrée, ce qui a fait que c’est probablement mieux passé. Oui il y a des passages qui se retrouvent dans le film de Disney, qui a un peu mélangé le tome 1 et 2 🙂

Répondre à totorotsukino Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *