Les filles du Nightingale (Nightingale, tome 1) – Donna Douglas

Synopsis: 

Londres, 1936 Trois jeunes femmes complètement différentes deviennent apprenties infirmières dans un grand hôpital. Dora a décidé de quitter sa misérable maison bondée de la classe ouvrière pour une meilleure vie, mais également pour échapper à son détestable beau-père. Possède-t-elle ce qu’il faut pour suivre les autres filles mieux éduquées ? Helen est la plus calme des trois, une jeune femme qui évite toute sorte d’amusement. Dans l’ombre de sa toute puissante mère, administratrice de l’hôpital et de la vie de sa fille, arrivera-t-elle à trouver sa propre voie ? Millie, Lady Camilla, est une aristocrate rebelle, dont l’attitude insouciante lui vaudra de se heurter encore et encore à l’infirmière en chef, la terrifiante Sister Hyde. Retournera-t-elle à la vie luxueuse pour laquelle elle est née ou gardera-t-elle courage pour continuer sa carrière ?

image9 bis

Mon avis: 

J’avais vu des très bons avis sur cette saga il y a quelques mois et historique + Londres + domaine médical, forcément ça m’attirait bien. Je n’ai pas du tout été déçue puisque j’ai adoré cette histoire 🙂

Nous suivons différents personnages du Nightingale, un hôpital londonien donc, dans les années 30, et plus particulièrement trois jeunes filles très différentes qui partagent leur chambre pendant leur formation d’infirmière. Helen, en deuxième année, est mal vue des autres et n’a pas d’amies. Elle est très sérieuse et est terrifée par sa mère, qui fait partie du conseil de l’administration de l’hôpital et qui régit toute sa vie. Dora, qui entame la formation, vient d’un milieu populaire désargenté et fait l’objet de moqueries des autres filles, qui viennent de milieux plus fortunés. Elle cherche surtout à suivre son beau-père, qui a abusé d’elle pendant des années… Enfin, Millie redouble sa formation préliminaire suite à un comportement un peu trop léger. Elle a pourtant à coeur d’échapper au milieu aristocratique dans lequel elle est née. En plus de ces trois personnages principaux, il y en a toute une ribambelle d’autres, notamment les infirmières « senior » de l’hôpital, l’infirmère en chef, la mère et le frère d’Helen, un des patients de l’hôpital, la famille de Dora et ses voisins, et quelques proches de Millie. Ca fait du monde et c’est une des petites choses qui m’empêchent d’en faire un vrai coup de coeur: un poil trop de personnages à mon goût, parfois j’étais un peu perdue. 

Deuxième mini bémol, ce sont les coquilles que j’ai pu retrouver dans le texte ou les soucis de mise en page (deux ou trois fois, j’ai du relire des passages avant de comprendre qu’il aurait dû y avoir un saut de ligne pour indiquer qu’on passait à quelqu’un d’autre, mais ce n’était pas là.)

En dehors de ces deux petits points noirs, j’ai tout aimé dans ce roman. L’atmosphère surannée des anciens hôpitaux et la différence entre les infirmières d’alors et celles d’aujourd’hui, le décalage existant entre le statut des femmes de l’époque et celles d’aujourd’hui (dans les relations à leur famille, à leurs hommes et tout simplement la façon dont elles étaient considérées par la société). Les trois personnages principaux m’ont toutes plu et je serais bien en peine de vous dire laquelle j’ai préféré – elles m’ont toutes touchée, chacune à leur manière. Les personnages secondaires, bien que nombreux, enrichissent le récit et beaucoup sont attachants également. Quant à la plume de l’auteure, elle est très agréable.

J’ai hâte de lire la suite que je démarre de ce pas 🙂

 

En résumé: 

7 réflexions au sujet de « Les filles du Nightingale (Nightingale, tome 1) – Donna Douglas »

  1. Ping : Les soeurs du Nightingale (Nightingale, tome 2) – Donna Douglas | Les chroniques de Totoro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *