Le pacte d’Emma – Nine Gorman

Synopsis: 

Emma, 21 ans est atteinte du syndrome de Beckyngton, une maladie neurodégénérative. Elle est pourtant bien décidée à profiter des dernières années de sa vie, alors elle se rend à New York où elle trouve un poste auprès du directeur d’un groupe prestigieux : Anderson Corp. Cette rencontre bouleverse sa vie, mais Emma ne sait pas si elle peut faire totalement confiance à cet homme.

image9 bis

Mon avis: 

Je vais annoncer la couleur d’entrée de jeu: je n’ai pas aimé le livre de Nine Gorman. Pourtant, elle, je l’aime bien 🙂 je la suis depuis quelques années maintenant et j’étais super contente pour elle quand j’ai vu que son roman allait être édité. Mais pour avoir vu/lu ce qu’elle en disait, je savais que ça ne risquait pas trop de me plaire, et je ne l’ai lu que parce que j’ai trouvé l’ebook un peu par hasard – j’étais quand même curieuse: une blogueuse qui devient connue grâce à Youtube et qui finit par sortir un livre, c’est quand même un peu un rêve pour beaucoup de chroniqueurs littéraires ^^.

Le pacte d’Emma (qui s’appelait au départ Le pacte sanguinaire) a démarré sa carrière sur Wattpad (comme After par exemple). Dès le début du livre j’ai tiqué – à vrai dire, dès le premier mot: « Je ». Il se trouve que je n’aime pas trop les romans écrits à la première personne (je sais que je ne suis pas en majorité sur ce coup-là, mais j’ai toujours préféré les narrateurs extérieurs ou omniscients), même s’il y a des exceptions, c’est toujours un mauvais point pour moi quand je démarre un texte. Première impression négative donc. La seconde, qui est venue très vite également, c’est la plume de Nine que je trouve très (trop) simple, pas assez travaillée ni aboutie, très peu de descriptions (je sais que beaucoup de lecteurs n’aiment pas quand il y en a trop mais là c’est l’inverse – d’ailleurs, pour avoir déjà vu/lu Nine expliquer qu’elle appréciait se promener dans les endroits présents dans ses histoires pour mieux rendre l’atmosphère et pouvoir mieux les décrire, je suis perplexe car je suis déjà allée à New York où se passe le bouquin, eh bien, ça se serait passé à Stockholm que c’était la même chose), dialogues naïfs, niais et au style oral (j’ai horreur de ça: on écrit pas comme on parle), bref, plutôt un flop de ce côté-là. J’en viens à me demander si le bouquin aurait vraiment été publié s’il avait été écrit par quelqu’un d’autre: pour moi, c’est vraiment niveau fan fiction de base, pas du niveau d’un livre publié (par une grande maison d’édition en plus).

Autre déception: le thème de la maladie d’Emma, appelée dans le livre la maladie de Beckyngton (Emma surnomme d’ailleurs sa maladie « Becky »). Je travaille dans le domaine de la santé et dès qu’il y a une thématique médicale dans un livre, ça me parle, mais là, ça sert juste d’excuse, c’est une béquille dont s’est servie Nine pour construire son histoire mais c’est très bancal (Emma veut être transformée en vampire pour ne plus être malade), la partie « maladie » est franchement trop peu traitée, je ne sens aucun travail de recherche derrière (pourtant les maladies neuro-dégénératives c’est super intéressant), franchement, Emma n’aurait pas été malade que ça n’aurait rien retiré au bouquin, alors que c’est un des piliers de l’intrigue à la base… dommage donc! et puis j’avoue avoir du mal à croire que quelqu’un avec un Huntington (je suppose que c’est la maladie dont s’est inspirée Nine) en phase avancée puisse passer inaperçu auprès de ses proches et de son boulot, car c’est vraiment une plaie cette maladie, et les gens doivent vite se rendre compte, hors, là, ce n’est pas du tout le cas, Emma garde sa maladie secrète et personne ne remarque rien… j’avoue que niveau crédibilité je suis plus que perplexe. (D’ailleurs, pourquoi changer le nom de la maladie? je ne sais pas..).

L’intrigue en elle-même ensuite: une succession de clichés et de déjà-vu en terme de contenu, un mélange incertain niveau genre, là encore, je ne suis pas du tout convaincue. La classification du livre est un joyeux gloubi-boulga entre entre romance (ça reprend tous les codes de la romance érotique mais avec très peu de scènes de sexe et très soft, pour coller au public YA visé j’imagine), fantastique (les vampires) et YA donc. Chaque genre est tellement bourré de clichés qu’on a juste l’impression que l’auteure a coché toutes les cases du cahier des charges de chaque genre sans vraiment chercher à en faire quelque chose de censé ou d’équilibré: la jeune fille sans expérience un peu fragile, le patron super riche, super sexy / mystérieux et plutôt odieux au premier abord, la meilleure copine extravertie (pour la romance), le thème du vampire, la jeune fille qui ne demande qu’à être transformée (pour le côté fantastique).. Au final, le récit tombe plus côté romance que côté fantastique, mais sans jamais réussir à me faire ressentir le moindre frisson ou la moindre émotion, que ce soit pour Emma ou pour Andrew. Certains lecteurs se sont plaints du triangle amoureux avec Matthew (le frère d’Andrew), moi, je trouve qu’on est à la limite du carré amoureux puisqu’Emma est proche d’un troisième personnage masculin: Nathan. Et que fait Nathan dans la vie? Nathan est une rock-star. Mais il a beaucoup de temps libre à consacrer à Emma. Vu son statut, j’avoue qu’encore une fois, je n’ai pas trouvé ça crédible deux secondes, mais c’est vrai que je ne suis pas spécialiste es-rock stars, donc pourquoi pas après tout. En tout cas, le côté fantastique pâtit de cette orientation trop romance du texte, puisque côté univers vampirique, on est proche du néant en fait, mis à part un très rapide dialogue à la toute fin du livre qui nous en apprend un tout petit peu plus, c’est un aspect de l’intrigue qui ne sert que d’excuse pour parler vampires, mais franchement, ce n’est pas au centre du texte, c’est le moins qu’on puisse dire. Dommage, car j’aurais aimé découvrir une nouvelle interprétation du mythe. On repassera. Je n’ai d’ailleurs pas compris qu’Emma ne pose pas plus de questions à Andrew sur ce statut de vampire, ou qu’elle ne s’étonne pas deux minutes de ce qu’elle découvre: visiblement, avoir un vampire tueur pour patron, ça lui parait normal.

L’intrigue en elle-même est encore une fois plein de clichés du genre (enfin, des genres fantastique et romance) et manque totalement d’origalité. Encore une fois, j’avais la sensation que Nine avait juste accolés les différents poncifs du genre sans chercher à se démarquer – fan fiction bonjour. Au niveau des références, on a un mix entre Cinquantes Nuances et Beautiful Bastard pour les romances new adult et Twilight et Vampire diaries pour le côté vampires (elle avoue d’ailleurs s’être basée sur l’histoire de Daemon et Stephan en commençant à réfléchir à son histoire). Enormément de scènes ou d’éléments m’ont donné une impression de déjà vu. En clair, trop de choses, trop d’influences visibles, trop de genres différents, au final on ne comprend pas trop ce qu’a voulu faire Nine, mais que ça soit côté romance ou côté fantastique, ça perd tout son impact.

Nine est aussi assez branchée musique je pense, et ça se sent dans son texte puisque l’un des personnages est donc une rock star et il y a beaucoup de références à la musique ou à des chansons. Pas de bol, il se trouve que moi, je ne suis pas spécialement amatrice de musique et c’est donc un univers qui ne me parle pas et auquel je n’accroche pas spécialement. Bon, là, clairement, c’est un détail comparé au reste, mais ça ne m’a pas aidée à remonter mon appréciation générale. En tout cas, on devine clairement ses influences et je trouve ça presque trop grossier: les rendre plus discrètes pourrait être un axe d’amélioration pour ses futurs textes. On sent trop l’auteure et ses goûts ici et il faudrait qu’elle arrive à s’effacer pour qu’on se concentre sur l’histoire en elle-même.

Vous l’aurez compris, je n’ai malheureusement pas trouvé grand chose à sauver dans Le Pacte d’Emma. Dommage car j’espérais vraiment être surprise à la lecture 🙁 J’imagine que ça s’explique aussi en partie par le fait que je ne dois pas faire partie du public visé, clairement plutôt adolescent.

En résumé: 

13 réflexions au sujet de « Le pacte d’Emma – Nine Gorman »

  1. Ton ressenti est vraiment très juste ! Il exprime exactement la même chose que j’ai senti en lisant ce bouquin. Vu que tu es allée voir ma chronique, je pense que tu peux voir dans les commentaires la réponse à quelques-unes de nos question par rapport au nouveau nom de la maladie d’Emma ou encore pourquoi il y a autant de cliché dedans. Ce que j’ai retenu, c’est que Nine a écrit un livre qu’elle voudrait lire, maintenant il a plu à certaines personnes donc j’imagine qu’on était pas le bon public pour ! En tout cas, ta chronique est superbement écrite 🙂

  2. Je n’étais déjà pas trop emballée à la base parce que je ne suis pas une grande fan de tout ce qui tourne autour des vampires, mais plus je lis d’avis sur ce roman, plus je me dis que ce n’est vraiment pas pour moi. Le côté fanfiction et les clichés, ça risque de ne vraiment pas passer.

  3. En effet, nos avis se rejoignent ! Je suis d’accord avec le fait que le style de Nine n’est pas très poussé. Ca ne m’a pas dérangé dans le sens où finalement c’est ce qui fait que la lecture passe vite.

  4. Coucou !
    Je te remercie pour ton avis très poussé. De base je n’étais pas super tentée par le livre, je ne me sentais pas particulièrement visée et j’avais aussi cette impression de déjà vu. Ton avis n’a fait que confirmer ce que je supposais, j’attendrai qu’elle sorte (peut-être ?) autre chose qui me corresponde davantage.
    Après très souvent, lorsque l’on regarde les bibliographies de certains auteurs, on se rend compte que les premiers romans ne sont pas toujours les meilleurs, le style s’acquiert à force je pense. J’ai cru lire qu’il y aura peut-être une suite à ce livre, est-ce que tu la liras par curiosité ou même pas ? 🙂

    • oui je pense que je la lirai mais c’est surtout parce que je ne supporte pas de ne pas finir une saga que j’ai commencée haha je suis névrosée avec ça mais sinon j’ai un sentiment d’inachevé et ça me frustre. Donc même si je n’aime pas, je me force un peu à lire la suite ^^ mais effectivement il y aura au moins un tome 2, c’est marqué à la fin du livre et la fin appelle une suite de toute façon!

  5. Ping : Le souffle de Midas (Chroniques Homérides, tome 1) – Alison Germain | Les chroniques de Totoro

Répondre à Emy lit Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *