La consolation – Flavie Flament

Synopsis: 

Je n’aurais jamais imaginé mener l’enquête sur ma propre vie. J’ai fait un long voyage dont je suis ressortie extraordinairement vivante, avide de mon prochain et d’existence. Mais le trajet fut long, solitaire, douloureux et angoissant. Un voyage dans une mémoire enfouie, quelque part, au fond de moi, un coffre à secrets scellé du sceau de la honte, de la protection, des mensonges et des aveuglements. On l’appelle la mémoire traumatique. C’est un fantôme qui vous poursuit, assaillant invisible de vos nuits blanches et de vos bonheurs troublés. J’ai subi les premiers assauts du souvenir, sorte de flashs venant d’un infini indéfini, anéantie, soumise, interdite devant les hurlements d’un passé que plus rien n’empêchait de surgir. Alors j’ai décidé de faire face. J’ai laissé remonter les images de l’enfance, dans un désordre fou, j’ai essuyé les bourrasques, résisté au tourbillon et, assurée par des gardiens de la psychiatrie, j’ai recomposé ce film dont la projection m’était, depuis mes 12 ans, interdite. C’est mon histoire, celle de Poupette, à qui il manquait un morceau d’existence aussi vital qu’un battement de cœur. J’ai assemblé, une à une, les séquences du saccage d’une innocence, comme on recompose une photo que les coupables ont un jour sciemment déchirée. Aujourd’hui, je suis Moi, intégralement, plus forte. Consolée.

image9 bis

Mon avis: 

J’ai entendu parler de ce livre – et de l’histoire du viol de Flavie Flament et du téléfilm de façon plus générale – assez récemment. Je ne regarde pas la télé mais c’était une animatrice que j’appréciais quand j’étais petite (à l’époque de Stars à domicile, pour vous dire comme ça remonte!), et je continue aujourd’hui d’avoir une bonne image d’elle, je la trouve assez naturelle et sympa. Bref, j’ai donc eu envie de lire son livre. Et je dois dire que je suis plutôt déçue – pas par ce qu’elle a vécu, attention, mais bien uniquement en terme de style: c’est la narration qui m’a gênée. Le contenu en lui-même (son adolescence et son histoire avec le photographe David Hamilton) est bien entendu effroyable (je ne fais pas partie des gens qui remettent son vécu en doute) et mérite d’être diffusé.

La consolation, c’est donc l’histoire de Flavie adolescente (alors surnommée Poupette), dans les années 80. En vacances avec sa mère au bord de la mer, à 13 ans, elle est repérée par un photographe célèbre. Sa mère l’accompagnera chez lui tous les après-midi et partira vaquer à ses occupations, laissant sa fille se faire photographier, seule. Le photographe en profite donc pour violer Flavie / Poupette.

Le texte alterne les passages du présent de Flavie (au moment où elle a une crise d’angoisse, consulte et que les souvenirs qu’elle avait enfouis remontent à la surface) et ceux des années 80, où elle a raconte ce qui lui est arrivé – ou plutôt, ce qui est arrivé à Poupette, puisqu’elle en parle à la troisième personne, comme pour mettre de la distance entre elle et les évènements, ou comme si elle ne parvenait pas à réaliser que c’est bien son histoire.

Ce qui me frappe le plus dans les souvenirs, ce n’est pas le viol en lui même mais le comportement quotidien de sa mère, proprement hallucinant. Le dénigrement permanent, l’absence totale d’empathie et d’écoute, et finalement, un manque patent d’amour, j’en reste vraiment sans voix. A se demander comment Flavie Flament a pu devenir une personne (semble-t-il) équilibrée. Après, comme je le disais plus haut, je n’ai malheureusement pas accroché du tout à la plume de l’auteure, trop abstraite, éthérée, pas assez concrète pour moi. Après le fameux viol de David Hamilton, je ne suis même pas certaine d’avoir compris la suite de l’histoire, c’est pour vous dire. Il faudrait que je voie le téléfilm car c’est un récit au fond très intéressant, c’est vraiment la forme qui ne m’a pas touchée. 

En tout cas, je peux comprendre la difficulté de l’animatrice d’en parler et le besoin d’écrire un livre sur le sujet, ça doit avoir quelque chose de cathartique. A lire pour se faire sa propre opinion je pense. 

En résumé: 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *