L’héritage Boleyn (The Tudor series, tome 3) – Philippa Gregory

Synopsis: 

1539. Trois ans après avoir fait fait décapiter sa deuxième épouse, Anne Boleyn, qui n’a pas enfanté l’héritier mâle qu’il espérait, le roi Henry VIII d’Angleterre se marie avec l’Allemande Anne de Clèves – faire alliance avec les Protestants est d’une importance stratégique. D’abord éblouie par les fastes de la cour, la nouvelle reine se sent vite prise au piège. Et surtout menacée par la très jeune Catherine Howard, nièce de l’ambitieux Thomas, duc de Norfolk… Pourra-t-elle échapper à l’héritage funeste ? Faisant suite à Deux Soeurs pour un roi, où Philippa Gregory racontait avec brio la rivalité de Marie et Anne Boleyn, L’Héritage Boleyn plonge à nouveau le lecteur dans les coulisses de la cour d’Angleterre.
S’y nouent des intrigues pour accéder – ou conserver – le pouvoir, dont les femmes sont souvent les premières victimes…

image9 bis

Mon avis: 

Après avoir lu Deux soeurs pour un roi (The other Boleyn Girl) en 2015, ça faisait un petit moment que je voulais lire la suite, L’héritage Boleyn. Dommage que le précédent soit le seul de la saga à avoir fait l’objet d’un film: comme le précédent, il est excellent, et je regrette vraiment que tous les tomes ne soient pas parus en français. (Pour info, cette saga comporte sept tomes: le premier sur Catherine d’Aragon, la première femme d’Henry VIII, le second est Deux soeurs pour un roi, le troisième celui-ci – L’héritage Boleyn, le quatrième sur la 6ème et dernière femme d’Henry, et les trois tomes suivants sur les rivalités et règnes successifs de Mary, Elizabeth (les filles d’Henry) et de Marie d’Ecosse. En fait, seuls les tomes 2 et 3 ont été traduits, et j’aimerais vraiment que les autres finissent par l’être car je trouve l’histoire des Tudors fascinante et les bouquins tops. Le style est cependant déjà très ampoulé et pas évident en français, je ne pense pas être capable de les lire en VO pour le coup :(). En tout cas, il n’y a pas forcément besoin d’avoir lu le tome précédent pour lire celui-ci je trouve.

Assez digressé, parlons un peu bouquin. L’héritage Boleyn nous amène donc en 1939, trois ans après le décès d’Anne Boleyn, la femme d’Henry VIII la plus célèbre; après sa mort, il avait été brièvement remarié à Jane Seymour (je ne me rappelle d’ailleurs pas du tout de ce personnage dans le tome précédent, je me demande si l’auteure en avait parlé) qui était morte en couche en 1937. En 1939 donc, Henry, plus tout jeune (48 ans, pour l’époque c’était beaucoup) n’avait plus rien du charme qui le caractérisait des années plus tôt. Il était obèse et souffrait d’une plaie purulente à la jambe depuis des années que les médecins ne parvenaient pas à traiter et qui sentait terriblement mauvais (à la façon dont c’est décrit, dans ce livre et dans la série Les Tudors, je suis d’ailleurs étonnée qu’il ait survécu si longtemps à une blessure qui semble infectée et qu’il n’ait pas eu de gangrène et de septicémie, mais passons). Bref, rien de très engageant pour une éventuelle future femme, surtout quand on voit comment il avait traité les précédentes. A cette époque-là, il se décide pour une jeune allemande d’une vingtaine d’années, Anne de Clèves, qu’il n’a jamais vu qu’en portrait. Anne arrive donc en Angleterre pour se marier… mais sa première rencontre avec le roi, basée sur un malentendu entièrement imputable à Henry, se passe très mal, et il ne lui pardonnera jamais. D’autant plus qu’elle était d’éducation très stricte et ne parlait presque pas anglais – bref, elle ne lui plaisait pas, et il a vite jeté son dévolu sur une des suivantes d’Anne, Katherine, qui n’avait que 14 ou 15 ans à ce moment-là…

L’héritage Boleyn (tout comme The other Boleyn girl avant lui), c’est un savant mélange de vérité historique, de recherches poussées, d’hypothèses de l’auteure pour combler les lacunes des historiens (qui pourraient tout à fait être exactes), de complots, d’intrigues de Cour, de passion, d’adultère… bref, ça devrait plaire aux amateurs du genre! Philippa Gregory nous permet de suivre l’intrigue (qui se déroule entre 1939 et 1942) par le biais de 3 points de vue féminins: Anne de Clève et Katherine Howard bien sûr, mais aussi Jane Boleyn, qui était mariée au frère de Mary et Anne Boleyn, George, qui est ici devenue une des suivantes de la nouvelle reine. Ces trois femmes très différentes apportent une vraie richesse au récit et permettent de bien comprendre à quel point les femmes étaient manipulées et n’avaient pas voix au chapitre à l’époque (mais HEUREUSEMENT que nous ne vivons pas au XVIème siècle!). Quelle que soit leur situation, elles étaient instrumentalisées en permanence pour assouvir les besoins/ambitions/désirs des hommes qui les entouraient, et chacune y réagissait différemment. Une fois le bouquin refermé, la seule qui gardera ma sympathie, ce sera Anne. Jane était un personnage manipulé et sans morale, et Katherine, si stupide qu’elle semblait être, incapable de réfléchir et surtout de se remettre en question, m’a beaucoup agacée, même si sa jeunesse l’excuse en partie. En tout cas, c’est clairement d’un intérêt historique considérable et je salue le travail de l’auteure qu’il doit y avoir derrière des romans comme celui-là!

Comme pour le premier, je mets un bémol sur l’écriture (je ne sais pas si c’est la même chose dans le texte original ou si c’est la traduction qui fait ça cela dit), c’est très soutenu / ampoulé, avec des formulations franchement surannées – alors, ça peut être logique quand le texte se passe plusieurs siècles en arrière, mais je pense que le parler du XVIème siècle était encore fort différent de celui-là et du coup, quitte à ne pas pouvoir le reproduire pour rester compréhensible, je pense que des tournures moins stylisées « Renaissance » n’auraient pas choqué. J’apprécie quand les plumes ne sont pas trop simplettes et un minimum travaillées, attention, mais là, il faut tout de même un peu de temps pour s’habituer. Cela dit, une fois qu’on a pris le pli, on ne fait plus attention ^^.

En tout cas, si vous aimez les romans historiques, je vous conseille fortement ces deux livres (Deux soeurs pour un roi et celui-ci), ils sont excellents! Pour ceux que ça intéresse, L’héritage Boleyn reprend l’histoire de la fin de la saison 3 et la saison 4 de l’également excellente série Les Tudors – bandes annonces ci dessous 🙂

En résumé: 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *