Le complexe d’Eden Bellwether – Benjamin Wood

Synopsis: 

Cambridge, de nos jours. Au détour d’une allée de l’imposant campus, Oscar est irrésistiblement attiré par la puissance de l’orgue et des chants provenant d’une chapelle. Subjugué malgré lui, Oscar ne peut maîtriser un sentiment d’extase. Premier rouage de l’engrenage. Dans l’assemblée, une jeune femme attire son attention. Iris n’est autre que la sœur de l’organiste virtuose, Eden Bellwether, dont la passion exclusive pour la musique baroque s’accompagne d’étranges conceptions sur son usage hypnotique…

image9 bis

Mon avis: 

Je dois bien avouer que je suis assez déçue par ce livre 🙁 Ce n’est pas une catastrophe mais j’ai failli l’abandonner plusieurs fois.

Que je m’explique: on suit Oscar, un aide-soignant de Cambridge de 20 ans qui fait la connaissance par hasard d’Iris et d’Eden, deux frère et soeur de son âge qui, eux, font des études et appartiennent à un milieu social bien « supérieur ». Tous les deux jouent d’un instrument mais Eden est véritablement obsédé par la musique, et pense même parvenir à guérir les gens grâce à ce qu’il joue.

Où ça coince? Déjà, ces réflexions constantes des personnages quant à la différence de milieu social entre Oscar et les autres. Oui, il n’est pas riche, il n’a pas fait d’études supérieures et il est aide-soignant, on comprend vite que ça n’a rien à voir avec les autres. Est-ce que c’est la peine de le rappeler toutes les dix pages, je ne suis pas sûre. En tout cas, moi ça m’a un peu dérangée qu’il soit stigmatisé à ce point-là à cause de ça, comme s’il n’avait aucune légitimité à être avec les autres car d’un milieu différent. Un peu nauséabond à mon goût.

Ensuite, simplement le style de l’auteur. Quelque chose n’est pas passé. J’ai trouvé l’ensemble très fade et plat. Il n’y a pas de rythme et très honnêtement, je me suis vraiment ennuyée pendant ma lecture. Pourtant, je suis franchement amatrice de romans avec une grosse dimension psychologique / manipulation, mais là, je n’ai rien ressenti de tout ça et j’avais hâte que le roman s’arrête. Les dialogues et les relations entre les personnages m’ont parus biaisés, artificiels, bref, je n’y croyais pas.

Quant à l’intrigue en elle-même… je suis passée à côté aussi. Eden qui pense pouvoir guérir grâce à la musique, sa soeur qui pense qu’il est fou puis qui change complètement d’avis, mais finalement non, le côté très élitiste des personnages secondaires, toute cette espèce d’enquête autour d’Eden ne m’a pas du tout parlé. Bizarrement, j’arrive tout de même à comprendre les bonnes notes du livre, je comprends qu’on puisse lui trouver des qualités littéraires, mais ça n’a pas fonctionné avec moi. Il y a un côté roman d’atmosphère évident, d’ailleurs ça m’a beaucoup fait penser au Maître des illusions de Donna Tartt pour ce côté étudiants/université très sélects. Je m’attendais vraiment à autre chose en fait, et du coup je suis super déçue 🙁

En résumé: 

4 réflexions au sujet de « Le complexe d’Eden Bellwether – Benjamin Wood »

  1. C’est tellement dommage que tu n’es pas accroché ! Pour ma part, je n’ai pas relevé les détails qui t’ont gênés. La différence faite entre Oscar et les autres servait vraiment le propos de l’auteur et permettait de faire le lien entre le lecteur et le narrateur, mais peut-être qu’en le relisant, cela me gênerait 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *