Le sort du Tearling (La Reine du Tearling, tome 3) – Erika Johansen

Synopsis: 

En moins d’un an, Kelsea Glynn est passée de l’adolescente maladroite à la puissante reine.  Alors qu’elle est devenue la reine du Tearling, la bornée et visionnaire Kelsea a transformé son royaume. Dans sa quête de justice et pour mettre fin à la corruption, elle s’est fait de nombreux ennemis, notamment la Reine Rouge, sa plus féroce rivale, qui a déclaré la guerre au Tearling. Pour protéger son peuple de l’invasion, Kelsea fait l’impensable, elle se rend, avec son saphir magique, à l’ennemi, et nomme Massue, son fidèle chef des gardes, régent à sa place. Mais Massue va tout faire pour sauver sa reine, prisonnière de Mortmesne. Dans cette fin de partie pleine de suspense va se jouer le destin de la reine Kelsea, et du Tearling lui-même.

image9 bis

Mon avis: 

Une saga fantasy que je conseille à tous 🙂 (même à ceux qui, comme moi, ne seraient pas trop fans du genre). Dans Le sort du Tearling, nous assistons à la fin de l’intrigue d’Erika Johansen puisque c’est le dernier tome de la trilogie, et c’est avec regret que j’ai refermé l’ouvrage.

Je vais démarrer tout de suite avec le bémol qui m’a empêchée de vraiment adorer ma lecture, c’est que j’avais lu le tome 2 début juin, donc il y a cinq mois et demi, et j’avais bien en tête l’intrigue globale mais j’avais pas mal oublié les personnages secondaires. Du coup, comme la trame suit pas mal de personnages finalement, j’avais du mal à m’y retrouver et ça ne m’a pas aidée à me replonger dans l’histoire. C’est le seul gros point négatif que j’ai ressenti – mais ça m’a pas mal gênée car il n’y a vraiment pas de rappels en début d’ouvrage et j’ai eu du mal jusqu’à la fin avec certains éléments (alors que ma lecture du tome 2 ne remonte pas non plus à plusieurs années).

En dehors de ça, j‘ai adoré retourner au Tearling et essayer de comprendre les tenants et les aboutissants de ce pays et son histoire. Le tome 2 avait introduit des flash-backs assez longs qui permettaient de comprendre les origines du Tearling (qui est en fait le futur de notre monde actuel), et même si c’était un peu perturbant au départ, j’avais trouvé ce choix de l’auteur assez audacieux et très intéressant. Dans ce dernier opus, nous retrouvons les flash-backs, mais cette fois à une autre période puisque nous allons suivre Katie, une adolescente qui vit dans le Tearling une quinzaine d’années seulement après sa création – d’ailleurs, le pays ne s’appelle pas encore comme ça. Ces flash-backs nous permettront d’obtenir des réponses sur des personnages comme le Fetch ou la Sombre Chose (qui sont-ils, comment en sont-ils arrivés là?), tout en nous mettant en lumière la communauté utopiste dont il était question au départ. J’ai vraiment aimé ces passages « historiques » que Kelsea voit à travers ses visions, je trouve que ça apporte une vraie richesse à l’univers et qu’ils sont bien plus intéressants dans ce tome-ci que dans le précédent.

Au niveau de l’intrigue proprement dite, il y a plusieurs points de vue différents dans ce dernier tome puisque Kelsea est désormais prisonnière de la Reine Rouge, tandis que la Sombre Chose a été libérée. Nous suivons donc Kelsea et la Reine Rouge d’un côté, et tous les personnages restés au Tearling de l’autre, notamment Massue, désormais Régent. Il doit faire face à la montée de l’insurrection de l’Eglise (l’Arvath), gérer le royaume, retrouver la reine, et bien plus encore. Le récit est riche, dense, on en a pour notre argent – entre les rebondissements et les révélations, ce dernier tome est vraiment intéressant et rythmé. La fin va en déconcerter plus d’un mais j’avoue que je l’ai trouvée vraiment sympa, même si ça a un côté très frustrant. En tout cas, chapeau à l’auteure car il fallait oser l’écrire et oser perturber ses lecteurs 🙂

En résumé: 

8 réflexions au sujet de « Le sort du Tearling (La Reine du Tearling, tome 3) – Erika Johansen »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *