Les valises – Sève Laurent-Fajal

Synopsis: 

Ce dimanche de 1982 dans le car qui emmène sa classe, Sarah n’est pas de bonne humeur. Sa meilleure amie, Josy, ne lui parle plus. Ce frimeur de Jérôme avec sa cour l’exaspère. Et ce voyage scolaire pour aller voir les barbelés d’Auschwitz est interminable. Mais sur place, devant un amoncellement de valises exposées dans une vitrine, elle est bouleversée. Un nom écrit à la craie sur l’une d’elles la saisit jusqu’au malaise: Levin. De retour chez elle, Sarah est déterminée à obtenir les réponses aux questions qu’elle se pose depuis toujours: qui est son père? Pourquoi ne l’a-t-elle jamais vu? Pourquoi sa mère est-elle incapable d’en parler.

image9 bis

Mon avis: 

J’ai vu passer ce bouquin sur un blog (pretty books) l’an dernier quand il est sorti. Le sujet me parlait, et je l’avais mis sur ma wish-list. Je l’ai finalement lu pendant mes vacances et j’ai été franchement déçue – non seulement c’est archi-jeunesse (en tout cas, bien trop pour moi) au niveau de l’écriture, mais je m’attendais à de l’émotion, de l’historique (sur la seconde guerre mondiale – il est tout de même question d’Auschwitz dans le résumé), et finalement c’est plutôt une quête identitaire d’une adolescente amoureuse.

Le livre commence dans le bus qui emmène un groupe d’ados à Auschwitz. Nous sommes en 1982. Vu les scènes décrite et le style d’écriture, je pensais au départ qu’on avait affaire à des collégiens, mais j’ai compris par la suite que c’était des lycéens. (Pour le coup, j’ai trouvé les personnages et les dialogues d’une immaturité criante par rapport à l’âge qu’ils sont censés avoir). Sarah se fait draguer par un garçon qu’elle n’apprécie pas trop – mais en fait si, elle finira quand même dans ses bras (un peu de constance que diable !). Alors qu’il joue aux fiers pour se faire remarquer au départ, il deviendra un personnage essentiel dans sa quête de vérité. A Auschwitz, Sarah prend en effet conscience qu’elle ne connait pas son histoire familiale, elle qui vit en vase clos avec sa mère depuis qu’elle est petite. Mais au retour, avant qu’elle ne puisse vraiment l’interroger, sa mère a un accident et tombe dans le coma – Sarah va donc se débrouiller elle-même pour comprendre d’où elle vient.

L’idée de base n’est pas inintéressante mais le traitement de l’histoire par l’auteure ne m’a pas du tout plu. Le lien entre l’histoire familiale de Sarah et la grande Histoire est presque ténu, en tout cas, je m’attendais à quelque chose de plus fort et plus poignant – d’autant que le récit passe plus de temps sur la romance de Sarah avec son bellâtre qu’autre chose. Je me suis ennuyée, je n’ai pas du tout accroché à la plume de l’auteure (je serais moins sévère s’il y avait eu une mention vraiment « primaire / collège », mais clairement c’est destiné à un public plus jeune que du YA), je n’y ai pas trouvé ce que j’espérais, bref, une déception pour moi.

En résumé: 

2 réflexions au sujet de « Les valises – Sève Laurent-Fajal »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *