La servante écarlate – Margaret Atwood

Synopsis: 

Dans un futur peut-être proche, dans des lieux qui semblent familiers, l’Ordre a été restauré. L’Etat, avec le soutien de sa milice d’Anges noirs, applique à la lettre les préceptes d’un Evangile revisité. Dans cette société régie par l’oppression, sous couvert de protéger les femmes, la maternité est réservée à la caste des Servantes, tout de rouge vêtues. L’une d’elle raconte son quotidien de douleur, d’angoisse et de soumission. Son seul refuge, ce sont les souvenirs d’une vie révolue, d’un temps où elle était libre, où elle avait encore un nom. Une œuvre d’une grande force, qui se fait tour à tour pamphlet contre les fanatismes, apologie des droits de la femme et éloge du bonheur présent.

image9 bis

Mon avis: 

J’ai honte de dire qu’avant le coup de com’ d’Emma Watson qui a dispersé des exemplaires du roman dans Paris il y a quelques mois, je n’avais jamais entendu parler de ce roman. Il semble pourtant être culte chez les anglo-saxons, tout en rejoignant le Panthéon des meilleures dystopies « classiques » type 1984 ou Fahrenheit 451. Finalement, j’ai regardé la série (qui a beaucoup fait parler cette année) avant de lire le livre; et j’ai adoré la série, mais beaucoup moins le livre.

 Nous sommes dans un futur proche, les Etats-Unis s’appellent désormais Gilead; la plupart des femmes sont désormais stériles et un coup d’état a transformé en profondeur la société, dans laquelle les femmes sont désormais divisées en catégories. Nous avons les Epouses (stériles), les Marthas (= domestiques) et les Servantes, ces femmes qui justement ne sont pas stériles et qui se mettent au service d’une famille pour porter les enfants du mari. Le tout sur fond de délation et de pensée unique. Comme dans toute bonne dystopie, ça fait véritablement froid dans le dos car il y a toujours un côté où on se dit « ça pourrait arriver ». Ca donne à réfléchir. Ca n’a rien à voir avec les dystopies YA qui sont légion depuis quelques années, c’est bien plus crédible, et surtout plus noir. 

Le récit a quelque chose de très visuel et je trouve que la série est un meilleur format, plus percutant pour cette histoire franchement horrible (même si excellente). La série a pris pas mal de libertés avec le texte de Margaret Atwood, et j’applaudis les changements, car je trouve qu’ils sont vraiment au service de l’histoire et qu’ils complètent admirablement le texte original. Le texte a un côté très « flou » (notamment sur la gestion des flash-backs, qui surviennent sans prévenir, pas dans l’ordre chronologique.. c’est un peu perturbant à la lecture) qui est nettement moins prononcé dans la série. L’écriture de façon générale ne m’a pas vraiment accrochée, tout s’enchaine sans qu’il y ait de distinctions entre les passages, les dialogues, ce n’est pas super agréable à lire. 

Là où je trouvais les personnages vraiment intéressants et bien traités dans la série (notamment le Commandant et sa femme Serena Joy), je les ai découverts à peine esquissés ici, surtout Serena Joy qui a un rôle plus que secondaire dans le roman. Le livre ne s’extraie pas de la narration de June / Offred (ou Defred en VF), nous n’avons que son point de vue et le texte souffre de longueurs qui n’existaient (je trouve) pas dans la série.

En bref, là où la série avait été véritablement un coup de coeur cet été, je suis assez perplexe sur le livre qui à mon sens souffre de personnages pas assez développés et d’une plume qui ne m’a pas convaincue. A côté de ça, l‘histoire en elle-même est proprement extraordinaire et vraiment à découvrir, je vous conseille donc d’avantage la série 🙂 En tout cas, je suis contente d’avoir découvert le texte malgré tout!

En résumé: 

8 réflexions au sujet de « La servante écarlate – Margaret Atwood »

  1. Comme toi, je n’ai entendu parlé du livre que lorsqu’Emma Watson les a distribué, puis a la sortie de la série. J’étais attirée, puis c’est devenue le succés de la blogo, et ca m’a fait peur ^^ Du coup, j’attends patiemment que l’engouement retombe, comme pour GoT, et que je puisse tranquillement me faire mon propre avis 🙂 En tous cas, ta chronique me décourage encore plus, et si un jour j’ai l’occasion, je me tournerai d’avantage vers la série.

  2. J’ai lu le livre avant la série, mais je suis de ton avis, la série est bien mieux ! Mieux travaillée , plus profonde , et très bien réalisée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *