Juste avant le bonheur – Agnès Ledig

Synopsis: 

Julie, 20 ans, qui élève seule son fils Lulu est caissière dans un supermarché. Elle attire l’attention d’un client, quinquagénaire aisé à nouveau célibataire. Généreux et désintéressé, Paul invite Julie à passer quelques jours dans sa belle villa de bord de mer en Bretagne. Ils y retrouvent Jérôme, le fils de Paul, qui se remet mal du suicide de sa jeune femme. Gaieté et optimisme reviennent grâce à l’attachante présence du petit Lulu. Mais au retour, un nouveau drame survient. Une chaîne de soutien, d’affection et de tendresse se forme autour de Julie. Avec elle, à travers elle, des êtres désemparés tentent de réapprendre à vivre et de saisir une deuxième chance. La force des épreuves surmontées, l’espoir d’un nouvel amour, ainsi qu’une bonne dose d’intelligence et d’humour peuvent réussir ce miracle.

image9 bis

Mon avis: 

Agnès Ledig, ça fait un petit moment que ses livres m’intriguent. Une de mes copines au boulot ne lit pas beaucoup mais ces livres-là, elle les a tous lus. Du coup, j’ai fini par me laisser convaincre et j’ai acheté celui-ci. Au final, ça donne quoi? Un livre très sympathique, à mi-chemin entre Deux petits pas sur le sable mouillé (pour le thème) et la plume des Legardinier (pour le côté feel good).

Juste avant le bonheur, c’est un roman assez court (à peine plus de 300 pages en format poche) sur Julie, 20 ans, caissière, qui galère à joindre les deux bouts mais qui tient bon pour son fils Ludovic, 3 ans. Un beau jour, elle attire l’attention d’un des clients de sa caisse, Paul, un quinquagénaire fraîchement divorcé qui se prend d’amitié pour elle et lui propose de l’accompagner en vacances en Bretagne. Elle y retrouve également Jérôme, le fils de Paul, qui ne se remet pas du suicide de sa femme quelques mois plus tôt. On va suivre ces différents personnages pendant leurs quelques jours de vacances, qui vont leur donner une leçon de vie à tous (Jérôme, à commencer à faire son deuil, à admettre que la vie continue; Julie, à faire confiance aux autres, surtout aux hommes), mais arrive le temps de reprendre la vraie vie, et là, sur la route du retour, c’est l’accident de voiture…

Le roman est découpé en deux partie bien distinctes: il y a les vacances, qui est déjà une partie positive en soi quant aux messages qu’elle véhicule, et il y a l’après, qui démarre mal mais qui, finalement, reste une partie positive malgré le côté beaucoup plus dramatique, où le message serait quelque chose comme « quoi qu’il arrive, soyez heureux, ne culpabilisez pas de vivre, la vie mérite d’être vécue« .

La plume est agréable (quoi que pas extraordinaire), mais ce qui est surtout important ici, ce sont vraiment les messages véhiculés. Au travers d’une histoire en apparence simple, Agnès Ledig transmet des valeurs fortes et puissantes sur le deuil, la confiance et la vie tout simplement.

Ce n’est pas un coup de coeur pour moi car je trouve ça presque trop, trop de bons sentiments peut-être, et puis rien que le postulat de départ sur un célibataire quinquagénaire qui flashe sur une caissière qu’il emmène en vacances, ça ne me paraît pas du tout crédible, mais je suis peut-être trop pessimiste et négative sur ce coup-là.

En tout cas, j’ai passé un bon moment avec ce bouquin, je suis contente d’avoir enfin découvert cette auteure et j’en lirai d’autres par curiosité 🙂

En résumé: 

3 réflexions au sujet de « Juste avant le bonheur – Agnès Ledig »

  1. Je me souviens que j’avais eu un coup de Coeur… et c’est tout ! Même en lisant ton résumé je ne me souviens absolument pas de l’histoire. Comme quoi, il y a coup de Coeur, et COUP DE COEUR ! ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *