Descente en enfer – Preston & Child

Synopsis: 

Après que sa femme, Hélène, est enlevée sous ses yeux, l’agent spécial Pendergast, du FBI, se lance à la poursuite des ravisseurs, les pourchassant à travers les États-Unis jusqu’à Mexico. Mais là, ils lui échappent et Pendergast, brisé, rentre à New York pour s’enfermer dans son appartement, refusant tout contact avec le reste du monde. C’est son fidèle ami, D’Agosta, qui vient le sortir de sa retraite. Il a besoin de son aide pour résoudre une série de meurtres étranges commis dans plusieurs hôtels de Manhattan. Le coupable ? Un garçon qui semble doué de capacités psychiques hors du commun, au point d’échapper chaque fois à la police de manière inouïe. Pendergast découvre bien vite que les meurtres sont en fait un message des ravisseurs d’Hélène. Pourquoi ? La réponse se trouve au plus profond d’une forêt d’Amérique du Sud, où Pendergast affrontera un ennemi redoutable. Un vieux démon qu’il avait déjà combattu…

image9 bis

Mon avis: 

J’ai passé à nouveau un très bon moment avec ce dernier tome de la trilogie Hélène (malgré une fin en demi-teinte pour moi). Le livre reprend exactement au cliffhanger de la fin du tome précédent (l’enlèvement d’Hélène donc) et la première partie est consacrée aux heures qui vont directement suivre l’enlèvement pour Pendergast: va-t-il réussir à retrouver sa femme? Cette première partie est d’une intentité terrible pour le lecteur qui frémit avec le personnage.

Dans la partie suivante, nous découvrons un Pendergast au fond du trou une fois rentré à New-York, et un nouveau tueur en série qui laisse bizarrement des morceaux de son propre corps sur les scènes de crime… d’Agosta espère que cette nouvelle enquête permettra à Pendergast de se remettre sur les rails. De son côté, Corrie, qui doit échapper à des nazis, se cache chez son père, qu’elle n’a pas vu depuis 15 ans et qui est injustement accusé de hold-up, tandis que le psy de Constance essaie désespérément de comprendre le passé de sa patiente.

Cette fois-ci, je dois bien avouer que la sous-intrigue autour de Corrie m’a paru vraiment de trop et n’apporte rien à l’histoire. Je reste par contre totalement intriguée par Constance. La nouvelle enquête de ce tome m’a fascinée, même si tout n’est pas forcément archi-crédible, dans l’univers de la saga, ça se tient. Le rythme est vraiment mené tambour battant dans ce dernier opus de la trilogie Hélène, le lecteur ne dispose pas d’une seconde pour souffler, et l’enquête de Pendergast est à nouveau captivante – pendant les 3 premiers quarts du livre, j’étais à deux doigts du coup de coeur. Malheureusement le dernier quart ne m’a pas autant convaincue, je décrochais, je trouvais ça trop explosif, trop « testostéroné », c’était un peu trop pour moi. Dommage, car le reste du bouquin est vraiment bon.  En tout cas, ça m’aura permis de comprendre des éléments des tomes suivants que j’avais lus avant 🙂 et la saga reste toujours aussi sympa!

En résumé: 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *